Votre panier

Nos suggestions pour votre peau

Choisissez votre miniature offerte

Vous bénéficiez de la livraison et du nettoyant mains offerts !
Plus que pour bénéficier
 
livraison offerte
 
Nettoyant mains offert

Choisissez votre miniature offerte

Nos suggestionspour votre peau

Votre miniature offerte

Crème visage hydratante bio

Mini Glow Up

OFFERT

Crème nourrissante corps bio

Mini Body Guard

OFFERT

Crème mains bio

Mini Happy Hands

OFFERT

Huile démaquillante bio

Mini Oil Right

OFFERT

Economisez 10% sur votre commande en vous abonnant à vos produits chouchous.

en savoir plus

Fraisde livraison

En raison d'un nombre de commandes important, les délais de livraison sont allongés. Julie alias superwoman fait au plus vite !

Livraison sans signature - 5,90 € TTC - Gratuit dès 49€ d'achat (France, Belgique, Luxembourg)

Jusqu'à 9,90€ pour le reste du monde !

Mondial Relay - 3,90 € (France, Belgique, Luxembourg))

offerte dès 49€ d'achat.

Temps de lecture : 5MIN

Crèmes solaires et environnement : quels impacts ?

Ecrit le 27.Jun.21 par Anne-Marie Gabelica — Mis à jour le 13.Sep.21


Appliquer une crème solaire avant de s’exposer au soleil, un geste anodin ? Hélas, les soins de protection solaire sont parmi les cosmétiques les plus problématiques pour la planète. Crèmes solaires et environnement sont-ils irréconciliables ? Quelle crème solaire choisir pour bronzer éco responsable ?

Crème solaire et environnement

Crèmes solaires et environnement : protéger sa peau ou les océans ?

Les filtres solaires, fléau des fonds marins

Même avec une peau mate bronzant facilement, l’exposition au soleil sans une bonne protection solaire c’est non. Car les méfaits du soleil ne concernent pas seulement les peaux claires avec des taches de rousseur ou les peaux sensibles au soleil : réactions allergiques, rougeurs, brûlures, rides et taches liées au vieillissement cutané prématuré, cancers de la peau (carcinomes et mélanomes) attaquent tous les phototypes, tous les types de peau. Bref, pour profiter du soleil à la plage, une bonne couche de crème solaire est incontournable.

Mais en cherchant à vous protéger des rayons du soleil vous contribuez à une pollution invisible : 25.000 tonnes de résidus de produits solaires déposés annuellement dans nos eaux de baignade menacent les écosystèmes aquatiques de toute la planète.

La cause des effets néfastes des crèmes solaires sur l’environnement ? Principalement leurs filtres UV. Les pires des pires, interdits par Hawaï ou Aruba : oxybenzone, octinoxate, octocrylène. Mais pas seulement : 28 filtres solaires sont autorisés par la réglementation européenne, aucun n’est inoffensif pour les fonds marins.


Filtres chimiques = désastre écologique

Polluants à produire, non biodégradables, ces filtres UV dits organiques persistent dans l’eau. Là, ils entravent la photosynthèse vitale aux organismes aquatiques en bloquant les rayonnements solaires, favorisent des virus fatals aux microalgues indispensables à de nombreuses espèces. Particulièrement aux coraux : sans elles, ils blanchissent et meurent. Une catastrophe équivalente à la destruction de l’Amazonie, menaçant des centaines d’espèces marines : les récifs coralliens abritent à eux seuls 35% de la vie marine ! Sans parler des risques de submersion des littoraux.

Et ces filtres chimiques ne se contentent pas d’être toxiques et perturbateurs endocriniens suspectés pour les humains : algues, moules, oursins, poissons, zooplanctons subissent des modifications d’ADN, de métabolisme, comportement, croissance, reproduction… On retrouve même des filtres solaires dans le foie des dauphins, les œufs d’oiseaux marins.


Filtres minéraux : faussement rassurants

Pour vous, tout est OK : votre crème solaire bio ne contient que des ingrédients biodégradables d’origine naturelle. Y compris son filtre minéral : dioxyde de titane ou oxyde de zinc. C’est mieux. Mais insuffisant pour réconcilier crèmes solaires et environnement.

Épais, difficiles à étaler, laissant d’inesthétiques traces blanches sur l’épiderme : les premiers écrans minéraux laissaient à désirer. Alors, pour rivaliser avec les textures légères des brumes et fluides solaires conventionnels, les industriels ont réduit leurs particules à un milliardième de mètre... les transformant au passage en nanoparticules productrices de peroxyde d’hydrogène, source de radicaux libres nocifs aux organismes marins et d’eau douce. Au programme ? Problèmes de croissance et photosynthèse du plancton, modifications du comportement des poissons, blanchiment des coraux. Et tous les filtres minéraux, même non nano, en contiennent… Que faire ?


Concilier crème solaire et environnement : quelles solutions ?

Se passer de crème solaire ? Éviter de se baigner ?

Éviter le soleil surtout en cas de fort ensoleillement, privilégier ombre protectrice et protection physique est effectivement la meilleure façon de véritablement se protéger des coups de soleils, du vieillissement prématuré de la peau et des risques de cancers cutanés. Car la crème solaire écran total arrêtant tous les rayons ultraviolets n’existe pas : même un soin solaire très-haute protection à indice de protection solaire élevé n’offre pas à lui seul une protection optimale.

Mais éviter l’exposition solaire n’est pas toujours possible, particulièrement quand… on se baigne ! Mettre de la crème solaire est alors incontournable pour se protéger du soleil. Ne pensez pas vous en passer grâce à des capsules de bronzage ou de (dangereuses) séances d’UV : la pigmentation de la peau par la mélanine n’est pas suffisamment protectrice pour profiter des rayons du soleil sans dommages. Même bronzé·e, on a besoin de se protéger contre le soleil. L’autobronzant ? Rien à voir avec une crème solaire teintée : il n’apporte qu’un effet bonne mine.

Et si on ne se baigne pas ? Les filtres solaires finissent tout de même dans nos eaux. Via le sable, particulièrement avec les sprays solaires qui les dispersent, ou nos douches : les stations d’épuration ne savent pas les traiter. C’est pourquoi il est important de traquer les filtres solaires dans tous vos produits cosmétiques : crèmes hydratantes, anti-âge, après-soleil, shampoings, mascaras, sticks à lèvres ont (trop) souvent recours à leur action anti radicaux-libres.


Crèmes solaires, environnement et greenwashing

L’impact des crèmes solaires sur l’environnement préoccupe les consommateurs ? Les marques répondent à coups de partenariats avec des associations environnementales, auto-labels ocean friendly, listes de sans … Des paravents marketing pour des compositions toujours problématiques.

Économisez votre temps : inutile de décortiquer compositions et labels pour traquer tout indésirable dans votre crème de protection solaire. Elle en contient forcément… par obligation légale ! Crème solaire bébé bio, crème solaire visage hypoallergénique de parapharmacie ou lait solaire pour le corps de supermarché : tout soin solaire revendiquant un indice SPF sur son flacon doit contenir au moins un filtre solaire autorisé, chimique ou minéral.

Aucune crème solaire n’est donc vraiment bonne pour l’environnement. Pas même la meilleure crème solaire minérale bio.


Un filtre solaire 100% végétal pour des vacances éco-responsables

Nous vous avons donc longtemps conseillé d’opter pour le moins pire en évitant les moins bonnes crèmes solaires pour l’environnement.

Un conseil valable tant qu’une crème solaire réellement respectueuse de l’environnement et la santé, protégeant efficacement la peau contre les rayons UV n’existait pas... mais nous l’avons créée ! Grâce aux précieuses propriétés anti-UV et antioxydantes des végétaux, notamment les huiles végétales.

Attention, vous enduire de beurre de Karité, huile de Coco, Roucou ou macérât de Carotte ne suffit pas pour une protection efficace contre les rayons solaires : il nous a fallu plus de 4 ans de R&D pour créer les premiers produits de protection solaire naturels à large spectre, efficaces contre les UVA et les UVB, garantis sans filtre chimique ni minéral !

Notre huile solaire visage et corps Hello Sunshine et notre baume de protection solaire No Ray vont même plus loin en excluant toute substance néfaste pour l’environnement. Les filtres solaires ne sont pas les seuls ingrédients désastreux des soins solaires : huile de palme, parfums et conservateurs synthétiques (parabens, BHT, Phénoxyéthanol, Triclosan…), silicones des crèmes waterproof résistantes à l’eau et autres composants chimiques synthétiques... Rien de tout ça dans nos soins protecteurs 100% naturels !

filtres solaires et fonds marins

Notre refus d’exposer les océans aux dangers des filtres solaires officiels a un prix : nous ne pouvons pas indiquer sur nos packagings le niveau de protection de nos soins solaires. Des FPS pourtant évalués dans les règles de l’art par des laboratoires indépendants. Tant pis ! Moins de 25% des récifs coralliens sont encore intacts aujourd’hui : nous ne pouvions attendre plus longtemps que la législation mesure enfin l’urgence de réconcilier crèmes solaires et environnement

Tant pis ! Moins de 25% des récifs coralliens sont encore intacts aujourd’hui : nous ne pouvions attendre plus longtemps que la législation mesure enfin l’urgence de réconcilier crèmes solaires et environnement…

Les conseils d'Anne-Marie

Notre créatrice vous offre ses conseils personnalisés « Je veux restaurer l’équilibre naturel de votre peau pour des résultats concrets, sans compromis pour votre santé et la planète. »

Anne-Marie Gabelica oOlution

Notre vocation

Créer une beauté sans concession : des soins riches d’une diversité unique de plantes, 100% naturels, bio, vegan, made in France, sans huile de palme, sans ingrédients de remplissage et consignés.