Votre panier

Nos suggestions pour votre peau

Choisissez votre miniature offerte

Vous bénéficiez d'un sérum éclat + savon agrumes + coffret corps offerts !
Plus que pour bénéficier
 
sérum éclat offert dès 40€
 
sérum + savon offerts dès 75€
 
sérum + savon + coffret corps offerts dès 145€

Choisissez votre miniature offerte

Nos suggestionspour votre peau

Votre miniature offerte

Lait démaquillant bio

Mini Milky Way

OFFERT

Baume réparateur bio

Mini Loving Balm

OFFERT

Masque purifiant bio

Mini Smooth Operator

OFFERT

Huile repulpante bio

Mini Plump It

OFFERT

-10% sur vos soins et la livraison offerte sur toutes vos commandes avec l'abonnement !

en savoir plus

Fraisde livraison

En raison d'un nombre de commandes important, les délais de livraison sont allongés. Julie alias superwoman fait au plus vite !

Livraison sans signature - 5,90 € TTC - Gratuit dès 49€ d'achat (France, Belgique, Luxembourg)

Jusqu'à 9,90€ pour le reste du monde !

Mondial Relay - 3,90 € (France, Belgique, Luxembourg))

offerte dès 49€ d'achat.

Temps de lecture : 5MIN

Allergies au soleil : les conseils 0 risques

Ecrit le 24.Mar.21 par Anne-Marie Gabelica — Mis à jour le 08.Jun.21


Eruptions cutanées inesthétiques, démangeaisons désagréables, impossibilité de profiter du soleil : une allergie au soleil peut vraiment vous gâcher la belle saison. Et ne vous pensez pas à l’abri ! Une réaction allergique au soleil peut se déclarer à tout âge, sur toutes les peaux. Mêmes mates. Même après des années d’exposition solaire sans aucun problème, pas même un coup de soleil. Aïe. Mais en adoptant les bonnes habitudes, il est possible de limiter les risques d’allergie au soleil.

prevenir allergie au soleil

L’allergie au soleil : mieux vaut la prévenir

L’allergie au soleil se déclenche sans prévenir. Un beau jour, quelques heures après quelques minutes d'exposition au soleil, ou dans les heures qui suivent, votre peau se couvre de petits boutons, papules ou vésicules, plaques rouges, démange intensément. Alors qu’elle s’est toujours bien entendue avec les rayons solaires, votre peau est granuleuse sur les zones exposées, semble couverte de piqûres d’orties. Cela ressemble fort aux symptôme d’une réaction allergique au soleil.

Il existe plusieurs formes d’allergie au soleil : lucite polymorphe, lucite estivale bénigne, urticaire solaire pour les principales. La plupart, sans gravité, se résorbent d’elles-mêmes… mais ont un sacré potentiel pour vous gâcher la vie.

Une fois déclarée, l’allergie au soleil nécessite de s’abstenir de toute exposition au soleil pendant 1 à 2 semaines minimum. Vos 10 jours de vacances à la mer ? Elles se dérouleront sans plage ni déjeuner en terrasse. Sans parler des démangeaisons -le prurit- parfois insupportables, des risques de cicatrices si vous vous grattez.

Et l’allergie au soleil ne s’en va pas si facilement : plusieurs années de suite, elle va ressurgir à la moindre exposition solaire : printemps, été et même soleil montagnard hivernal vont rimer avec éruptions cutanées et fortes démangeaisons sur les zones exposées au soleil. Un traitement médical à base de corticoïdes et antihistaminiques peut être nécessaire pour l’atténuer et limiter les récidives.

Bonne nouvelle : même si on ne sait pas clairement expliquer les causes de l’allergie au soleil, quelques bonnes habitudes permettent d’en limiter les risques d’apparition, réapparition ou aggravation.



5 conseils pour éviter les allergies au soleil

L’allergie au soleil est une surréaction du système immunitaire aux dégâts provoqués dans nos cellules par les radicaux-libres des rayons ultraviolets ou même de la lumière visible. Logiquement, tout ce qui aide la peau à mieux résister aux UV limite les risques de réaction allergique au soleil.

1 – Préparer sa peau au soleil

Booster les défenses naturelles de la peau face aux UV, avant les premiers beaux jours et les premières expositions au soleil, limite sérieusement les risques de réaction allergique. Mais en matière de préparation au soleil, attention aux mauvaises solutions.

Oubliez les cabines de bronzage : leur nocivité pour la santé et votre capital soleil n’est plus à démontrer et bombarder votre peau d’UV artificiels n’est d’aucune utilité pour prévenir les réactions allergiques au soleil. Les allergies au soleil sont des une hypersensibilité aux rayonnements UV : elles sont aussi bien provoquées par les rayons UV artificiels que les rayons solaires. Bref, à moins d’être prescrits et réalisés par un professionnel de santé pour les cas d’allergies au soleil sévères, c’est non.

Ne vous ruez pas non plus sur les compléments alimentaires, comprimés ou caspules de préparation au soleil. Onéreux, potentiellement dangereux pour la santé, déconseillés en cas de grossesse ou allaitement, ils ne tiennent pas la comparaison avec les apports d’une alimentation naturelle et équilibrée, notamment les vitamines C et E, le sélénium (fruits de mer, abats, oléagineux) et, surtout, les caroténoïdes. Et plus particulièrement les précurseurs de la vitamine A comme le bêta-carotène des fruits et légumes colorés, bio et de saison : carottes, poivrons rouges, abricots, pastèques, tomates, fruits rouges sont des aliments sans équivalent pour doper la mélanine responsable du bronzage protecteur de la peau et renforcer l’épiderme.

Pour une meilleure assimilation des nutriments et une peau plus résistante, associez-leur de bons acides gras. Particulièrement les omega-3 d’huiles végétales (lin, colza, noix…), oléagineux (noix, pistaches…), œufs, fromages et poissons gras : anti-inflammatoires, ils aident l’épiderme à mieux résister aux éruptions allergiques. Préférable aux traitements antipaludéens anti-inflammatoires parfois prescrit dans ce même but, non ?

2 – S’exposer progressivement avec modération

Les premières expositions solaires de l’année sont les plus à risque. Et pas besoin d’une séance de bronzage intensif : les premiers rayons de soleil printaniers dont on se méfie si peu sont les grands responsables des réactions allergiques au soleil. Même en ville, en moins d’une heure, à travers la vitre de la voiture ou du bureau, vous pouvez déclarer une lucite polymorphe !

Les réflexes à adopter :

• On ne passe pas d’un coup d’un corps totalement couvert et enfermé au maillot de bain en plein soleil de midi : au début du printemps, commencez par exposer bras, jambes, visage 10 minutes maximum le matin ou en fin de journée. Augmentez très progressivement la durée d’exposition : votre peau va mettre en ordre de bataille ses défenses anti-UV mais le bronzage est un processus lent.

• Evitez le soleil entre 12h et 14h (16h en été) : le rayonnement solaire est maximal.

• En vacances au soleil, même principe : hors de question de rester toute la journée au soleil, surtout les premiers jours. Et jamais aux heures les plus chaudes. Vous utilisez un autobronzant pour ne pas arriver blanc·he sur la plage ? Attention, il colore votre peau mais n’active pas la protection du bronzage.

Cela vous semble contraignant ? Dites-vous qu’avec une lucite polymorphe ou une lucite estivale, vous n’aurez plus d’autre choix qu'une éviction solaire totale…


allergie au soleil et alimentation

3 – Faire attention aux produits cosmétiques et médicaments photosensibilisants

Certains médicaments et cosmétiques peuvent provoquer une réaction phototoxique ou photosensibilisation. Ce n’est pas exactement une allergie au soleil, mais le soleil y a sa part. Surtout, le résultat sera le même pour vous : éruption cutanée, peau qui souffre et interdiction d’aller au soleil.

Pour les médicaments et crèmes médicamenteuses, c’est assez simple : le risque de réaction cutanée en cas d’exposition solaire même par temps voilé est clairement indiqué par un pictogramme. Un soleil et un nuage dans un triangle rouge ? En cas d’application externe, couvrez totalement la zone de peau concernée. En cas de médicament photosensibilisant par voie orale (certains antibiotiques, anxiolytiques, antidiabétiques…), toute exposition est proscrite, même par temps nuageux.

Pour les cosmétiques, c’est plus compliqué : ils n’ont aucune obligation de se signaler. Pourtant les ingrédients cosmétiques photosensibilisants ou photoallergisants sont courants : parfums et conservateurs synthétiques comme le triclosan des cosmétiques conventionnels mais aussi certaines huiles essentielles des cosmétiques naturels. Les huiles essentielles d’agrumes tout particulièrement... composant de choix des eaux de toilettes estivales. Oups. Attention avec les crèmes contre l’acné, les cosmétiques contenant du rétinol ou des acides de fruits et… les crèmes solaires. Oui : de nombreuses crèmes solaires contiennent des parfums, conservateurs synthétiques, ingrédients pétrochimiques sensibilisants et des filtres anti-UV photosensibilisants ou photoallergisants comme l’octocrylène ou les benzophénones. Incroyable mais vrai, l’application au soleil de certaines crèmes solaires est risquée ! Tout comme certaines crèmes hydratantes et anti-âge ou produits de maquillage, nombreux à contenir ces mêmes filtres UV.

Photosensibilisant ne veut pas dire que vous ferez forcément une réaction au soleil mais prudence : autant éviter éruptions cutanées, taches indélébiles et brûlures, non ? En été, on ne met jamais de parfum directement sur la peau en journée, zéro parfum en cas d’exposition au soleil. Et comme toujours, on décortique les étiquettes de tous les cosmétiques.


eviter les allergies au soleil

4 – Bien protéger sa peau du soleil

Protéger sa peau est essentiel pour éviter les surréactions face aux UV. Évidemment, hors de question de faire l’impasse sur la protection solaire en cas d’exposition… mais pas n’importe comment.

On présente souvent les écrans totaux comme LA solution contre les allergies au soleil. En théorie, peut-être, mais l’écran total anti-UV n’existe pas. Même les crèmes solaires aux plus forts indices de protection SPF laissent passer des UV, notamment des UVA responsables de la lucite estivale. Concept marketing, les écrans totaux sont même dangereux : se croyant à tort parfaitement protégé du soleil, on néglige les règles de base de protection contre le soleil.

Les bons réflexes ? Opter pour un soin solaire haute protection à large spectre, capable de filtrer aussi bien les UVA que les UVB grâce à des actifs naturels photoprotecteurs et antioxydants. Et pas forcément des filtres solaires : avec d’excellentes qualités anti-UV et antioxydantes, certaines huiles végétales sont bien plus intéressantes. Framboise, Karanja, Baobab, Avocat… offrent une protection solaire 100% naturelle dépourvue d’ingrédients douteux pour la santé ou photosensibilisants, ce qui permet de les utiliser sans risque au quotidien si vous êtes sujet·te aux allergies au soleil. Attention : ne concoctez pas vos propres recettes : ne vous fiez qu’à des soins dont le niveau de protection est garanti par des tests dédiés en laboratoire.

Une crème de protection solaire n’empêchera pas à coup sûr toute allergie solaire. Dès que possible, particulièrement pour les phototypes clairs, les enfants, les femmes enceintes et pour tout le monde au plus fort du rayonnement solaire, privilégiez la protection physique contre le soleil : portez des vêtements et chapeaux à larges bords, préférez ombre et parasol. Notamment pour les zones de peau les plus à risque de lucite estivale bénigne : décolleté, cou, bras, épaules, arrière des jambes, dessus des pieds.

5 – Apaiser et renforcer sa peau avant, pendant et après l’exposition au soleil

Une peau en pleine santé résiste mieux aux UV et donc aux risques d’allergie au soleil : pour préparer un été serein, hydratez et nourrissez votre épiderme toute l’année selon ses besoins.

Évitez de fragiliser votre peau : faites la chasse aux agents sulfatés dans vos produits d’hygiène et abandonnez les gommages à l’approche des beaux jours. Ils décapent le film hydrolipidique, irritent, affinent et fragilisent la peau qui devient plus perméable aux UV.

Apaisez systématiquement votre peau après toute exposition solaire : les réactions allergiques au soleil apparaissent lorsque l’agression des UV semble trop importante à votre système immunitaire. Sa contre-attaque ? Bombarder ses anti-inflammatoires à très haute dose. Les éruptions cutanées en sont les dommages collatéraux. Pour enrayer le processus, adoptez une routine de soin après-soleil : un brumisateur d’eaux florales apaisantes et, selon votre type de peau, un lait, une crème ou un baume réparateur nourrissant composé d’huiles et beurres végétaux riches en acides gras et antioxydants (Bourrache, Onagre, Inca Inchi, Karité…) qui la protègeront également du vieillissement prématuré.

Recherchez-les également dans votre soin de protection solaire : une huile ou un beurre protecteur anti-UV riche en beurre de Karité, huile végétale d’Amande douce, Courge, Thé Vert, Argan… protège, hydrate, nourrit et répare en un seul geste même les peaux sensibles.

Même suivis à la lettre, ces conseils limitent les risques d’allergie au soleil mais n’offrent pas une garantie totale. Petits boutons, rougeurs et démangeaisons apparaissent malgré tout après une exposition solaire ? Consultez un médecin généraliste ou dermatologue pour établir le bon diagnostic, soulager les démangeaisons et atténuer les lésions cutanées. Il pourra également vous prescrire un traitement préventif contre les récidives. Et, dans tous les cas, pour votre peau et votre santé, gardez toujours une relation raisonnable au soleil.

Trouvez le menu sur-mesure de votre peau

En 2 min top chrono, notre fondatrice vous dévoile :
- les vrais besoins de votre peau,
- une routine 100% naturelle adaptée,
- plein de conseils pour en prendre soin ;)

Anne-MarieGabelicaoOlution.png

Nourrir sa peau comme on nourrit son corps

Nous créons une cosmétique à la hauteur de nos assiettes : généreuse, équilibrée, 100% naturelle, bio, végane, fabriquée en France, sans huile de palme, sans ingrédients de remplissage et consignée.

Vous aimerez aussi

reaction allergique soleil

Comment reconnaître une réaction allergique au soleil ?

octocrylène

L'octocrylène : danger pour notre santé et la planète !