Temps de lecture : 5 min

Pourquoi le maquillage bio c'est mieux ?

Ecrit le 07.Dec.20 par Anne-Marie GABELICA — Mis à jour le 07.Dec.20


Vous avez commencé par les légumes. Depuis, toute votre alimentation est devenue bio. Dans votre salle de bain, soins et produits d'hygiène riment désormais avec naturel. Mais pour la maquillage... arf, ça coince. Vous hésitez à passer le cap : Vais-je retrouver les mêmes rendus et les teintes que j'affectionne ? Et puis, dans le fond, ça change vraiment quelque chose, le maquillage bio ? Oh que oui ! On vous explique tout.

Style & glamour : le maquillage bio fait (au moins) aussi bien

Quelques années en arrière on vous aurait dit : Ok, on comprend. Gammes peu étendues, teintes limitées, effets et tenues pas franchement au rendez-vous, le maquillage bio convainquait surtout ... ceux qui ne se maquillaient pas vraiment. Avec des prix élevés, des textures sèches et lourdes, des emballages tristounets, il fallait même une bonne dose de militantisme pour s'enthousiasmer pour le maquillage bio. Mais ça, c'était avant.

 

Boom de l'offre, innovations : aujourd'hui le maquillage bio n'a rien à envier au conventionnel. Prix, effets, gammes, le choix est aussi vaste. Cires et beurres végétaux offrent des textures fondantes et les extraits de plantes ajoutent des odeurs délicates et naturelles. Quant aux pigments minéraux, ils permettent d'obtenir une large palette de couleurs. Avec un avantage : mieux assimilé et accepté par la peau, le maquillage bio s'y fond pour un effet réellement naturel. Et ça, c'est tendance ! Côté packaging, à vous de voir mais nous on est (en toute objectivité) absolument fans de notre so chic Brush up 😉

Cependant, pour être tout à fait honnêtes, le maquillage bio ne peut pas rivaliser sur deux points. Vous ne trouverez pas de vernis bio : faute d'alternatives à leurs solvants chimiques, c'est tout simplement impossible. Surtout, le maquillage bio ne peut promettre les tenues surréalistes de certains maquillages conventionnels. Non, un rouge à lèvres (vraiment) bio ne reste pas en place 36 heures. Inutile de chercher un mascara bio super waterproof qui triple le volume de vos cils même après quatre heures dans l'eau. Et quand on se penche sur le pourquoi du comment de tels exploits : heu-reu-se-ment !

 

Beauté : le maquillage bio, meilleur allié

de votre routine

C'est notamment en renonçant à ces effets superflus que le maquillage bio est vainqueur par K.O ... Sur tout le reste. Le maquillage conventionnel fait partie des cosmétiques les plus problématiques pour l’épiderme. Royaume de la pétrochimie, friand d’huiles minérales, paraffines et silicones occlusives, il fait la part belle aux conservateurs, pigments et parfums synthétiques a minima irritants. Votre épiderme semble bien tolérer votre maquillage conventionnel ? Méfiez-vous : c’est une bombe à retardement. Sous les couches de fond de teint occlusif, l’épiderme étouffe, il est moins bien oxygéné et les pores s’obstruent.. Irrité, l'épiderme finit par s’assécher et/ou produit plus de sébum en défense. Acné, desquamation, allergies cosmétiques couvent.

En face, le maquillage bio a tout bon. Déjà, il bannit ces substances irritantes, allergisantes : les peaux, notamment sensibles, le tolèrent beaucoup mieux (attention cependant aux huiles essentielles). Mais il ne se contente pas de ce pacte de non-agression : bien formulé avec des ingrédients de qualité, il devient carrément bénéfique. Limitant excipients et ingrédients de remplissage, il est riche en actifs qui pénètrent la peau sans l’étouffer : huiles et beurres végétaux nourrissants, poudres minérales régulatrices, extraits de plantes assainissantes... Grâce à eux, votre maquillage répare, hydrate, régule et renforce. Les épidermes hypersensibles, les peaux acnéiques ont une solution maquillage 100% recommandable ! Pas au point de vous passer de vos soins habituels, évidemment… Mais quand le maquillage conventionnel contrarie leurs effets, votre maquillage bio, lui, les renforce.

 

Maquillage des yeux : du bio

sinon rien

Passer au maquillage bio est particulièrement important pour les yeux. Fragiles et réactifs, ils supportent vraiment mal le maquillage conventionnel. Ils piquent, pleurent, brûlent ? Rien d’étonnant : PVP (polyvinylpyrrolide), pentaérythrityle, quaternium-33 ou acétate de phénylmercure, entre autres, des mascaras synthétiques sont des irritants et allergisants oculaires. Coucou conjonctivites et orgelets…

L’épiderme si fragile de nos paupières déteste les mascaras ou liners waterproofs. Au programme, démangeaisons, gonflements, desquamations… aggravés au démaquillage, quand on doit frotter de longues minutes pour s’en débarrasser. Enfin, leurs silicones étouffent les cils : dénutris, ils sont de moins en moins fournis. Alors on en rajoute une couche… qui les étouffe un peu plus.

Les réponses du maquillage bio ?

- Des actifs apaisants et décongestionnants : Bleuet, Camomille, Euphraise, Mélilot pour que vos yeux adorent leur liner.

 

  • - Des cires et huiles végétales pour un mascara nourrissant et respectueux des paupières, des cils de plus en plus beaux … et de moins en moins besoin de maquillage. Un joli cercle vertueux que vous offre notre Brush up avec sa cire de Carnauba protectrice. Pour une super tenue ET un démaquillage facilité, ses huiles de Jojoba ou Rose Musquée nourrissantes et anti chute, son Amande douce anti-radicaux-libres, son huile de Coco à effet volume…

Respectueux, protecteur, fortifiant : avec le maquillage bio, se maquiller ce n’est plus ni agresser ni camoufler.

 

Santé : le maquillage bio

pour ne pas risquer sa peau

Vous avez scrupuleusement décortiqué les compositions de vos crèmes et produits d'hygiène, en avez exclu tout perturbateur endocrinien, ingrédient toxique ou controversé. Votre routine est 100% naturelle : bravo. Alors pourquoi tout gâcher avec du maquillage conventionnel ? Vous pensez que c'est moins important parce qu'il reste à la surface de la peau ? au contraire ! Ces ingrédients problématiques ont d'autant plus l'occasion de passer la barrière cutanée qu'ils y restent des heures, quotidiennement. Sur des zones ô combien perméables : épiderme fin, muqueuses, yeux, bouche. Oui, bien choisir votre maquillage est essentiel pour votre santé. Et ça n'est pas une nouveauté : en 1603, Elisabeth I d'Angleterre serait décédée empoisonnée par le plomb de sa poudre éclaircissante ... Ça remonte, certes. Mais connaissez-vous les risques que vous fait courir votre maquillage conventionnel ? On y trouve des conservateurs en veux-tu en voilà, le maquillage étant très sensible aux contaminations : BHT, BHA, parabènes, phénoxyéthanol allergènes, toxiques, cancérigènes, perturbateurs endocriniens. Des correcteurs de pH comme le triethanolamine qui produit des nitrosamines cancérigènes dans les mascaras et eyeliners. Des silicones perturbateurs endocriniens comme les cyclopentasiloxane ou dimethicone, PEG et PPG issus de la chimie lourde, du plomb dans les rouges à lèvres… Et souvent ça ne sent pas très bon : hop, on ajoute quelques parfums synthétiques. Et bien sûr, les incontournables pigments, nacres, colorants que le maquillage conventionnel va chercher… dans les déchets industriels toxiques, cancérigènes, allergisants, photosensibilisants, traités par chimie lourde. Miam. Maquiller vos yeux de pétrole, goudron avec plein de COV ça vous dit ? Ce mascara ultra-noir ? Bourré de nanoparticules...

Bien sûr, tout ceci est réglementé avec des seuils jugés sans risques… dans les limites de nos connaissances actuelles et pour chaque produit. Mais un peu dans mon mascara + un peu dans mon fond de teint + un peu dans mes épinards + un peu (beaucoup) dans mon air, ça donne un effet cocktail détonnant !

Le maquillage bio vous préserve de tout ça : pigments minéraux, ingrédients végétaux qui sentent naturellement bon aux vertus antibactériennes et antioxydantes sans ajout de conservateurs… Sans parler des résidus de pesticides et métaux lourds évités. A condition de bien le choisir, évidemment. Packaging vert vantant les 2 (médiocres) ingrédients naturels d’un océan synthétique, confusion rendu naturel / composition naturelle : les pièges ne manquent pas. Les labels ? Un repère insuffisant : 95% d’ingrédients naturels, cela laisse de la place aux autres… y compris certains conservateurs synthétiques autorisés. Hum. Eh oui, un mascara non labellisé peut être plus naturel et bio !

Pour vous aider, tout est là : Maquillage bio : comment le choisir ?

 

Éthique : la planète et les animaux

préfèrent votre maquillage bio

Enfin, bien sûr, question éthique, le (vrai) maquillage bio fait la course en tête. Des ingrédients naturels biodégradables produits dans le respect de l’environnement : cueillette durable, culture biologique excluant les produits phytosanitaires polluants. Pas de chimie lourde, pas de pétrochimie mais une chimie verte respectueuse de la planète et de ses ressources : pression à froid, estérification, saponification, hydrolyse, fermentation, échange ionique, neutralisation, oxydo-réduction. Côté conventionnel, silicones, huiles minérales, parfums synthétiques, phénoxyéthanol, BHT ... : impossible d'établir un palmarès exhaustif des ingrédients désastreux pour l'environnement !

Mais ne vous en contentez pas : un maquillage bio digne de ce nom se doit d’exclure tout ingrédient qui pose des problèmes éthiques et ou environnementaux. Pour cela, le critère naturel est insuffisant : pensez à l'huile de palme, bien sûr, mais aussi à l'huile de coco non éthique, aux ingrédients d'origine animale ... Les tests sur les animaux ? La plupart des labels bio et la réglementation européenne les excluent mais les mentions Cruelty-free et Vegan sont les seules véritables garanties. Considérez le produit dans son ensemble : emballages recyclés, recyclables, rechargeables. Mais aussi l'attention portée aux fournisseurs, à l’impact environnemental et social global…

Une fois que l'on a regardé de plus près ce que contient et ce qu'implique le maquillage conventionnel, c'est souvent l'électrochoc : on passe au maquillage bio et naturel sinon on s'en passe ! Bien sûr, changer ses habitudes en la matière n'est pas toujours évident. Mais ça vaut le coup, non ?