shampoing naturel

Le vrai shampoing naturel existe-t-il ?

Par le 28 avril 2020

Modifié le 07 août 2020

Vous nous le demandez fréquemment : à quand le super shampoing naturel made by oOlution ? C’est vrai, le shampoing est le basique hygiène et beauté grand absent de notre gamme. Et pour une bonne raison : nous refusons de revoir à la baisse nos exigences pour vous ! Hors de question de vous proposer des produits qui ne soient pas 100% naturels, bénéfiques pour votre chevelure, votre santé et l’environnement. Or, ce shampoing idéal, le véritable shampoing naturel n’existe pas. On vous explique tout.

 

C’est quoi, un shampoing ? 

 

La question peut paraître étrange, tant il fait partie de notre quotidien. Pourtant, ses origines et sa composition sont plutôt méconnues. Le shampoing tel qu’on le connaît aujourd’hui est un produit cosmétique récent, mis au point dans les années 1930. Auparavant, on recourrait à des solutions naturelles à base de plantes et, surtout, des mélanges de savon et soude. Leur efficacité laissait franchement à désirer : LE shampoing au mieux mensuel laissait dépôts blanchâtres, sensation poisseuse et cheveux emmêlés. Depuis le marketing est passé par là, nous convainquant que oui, cette chevelure soyeuse et brillante était un idéal atteignable grâce à un usage (très) fréquent de leurs shampoings. Et aujourd’hui, il est difficilement concevable de s’en passer. Appliqué (parfois trop) fréquemment et directement rejeté dans nos eaux, il est à choisir avec le plus grand soin. Alors que trouve-t-on dans notre shampoing ? 

 

Tous les shampoings conventionnels sont formulés sur le même modèle : de l’eau, des agents émulsifiants pour homogénéiser et stabiliser, un détergent synthétique permettant de nettoyer sans savon, des conservateurs pétrochimiques contre la prolifération bactérienne. Mais on n’attend pas seulement de notre shampoing qu’il lave : il faut encore ajouter divers additifs à action anticalcaire, démêlante, texturante, nourrissante, éclaircissante, parfumante, colorante… dont très souvent les désastreuses silicones, quasi incontournable dans les soins capillaires conventionnels. Et voilà LE problème des shampoings : à base de SLS, SLES, silicones et PEG, phenoxyethanol…, ils sont un pur produit de l’industrie pétrochimique. Prenez la composition de n’importe quel shampoing conventionnel, c’est une ode au pétrole et à la chimie lourde ! 

 

Passer au shampoing naturel, qu’est-ce que cela change(rait) ? Les parfums peuvent être naturels, il existe des émulsifiants et conservateurs naturels, huiles, beurres et extraits végétaux remplacent avantageusement les illusionnistes silicones et autres additifs par ailleurs dispensables. Mais il reste un défi de taille pour formuler un shampoing naturel : l’incontournable tensioactif détergent. Représentant jusqu’à 50% voire 60% de la composition d’un shampoing solide, c’est lui qui remplit sa mission numéro 1 : laver. 

 

Le shampoing naturel : petits mensonges et gros greenwashing 

 

Qu’à cela ne tienne, il suffit de faire appel à un tensioactif naturel, non ? Devant l’explosion du marché des shampoings naturels, difficile d’y croire mais attention, révélation : le tensioactif naturel, respectueux de la santé et de l’environnement, efficace et doux n’existe pas ! Sceptiques ? Passons les prétendants en revue. 

 

Bon marchés, très moussants et faciles à intégrer dans une formulation, les tensioactifs sulfatés sont les plus courants. Utilisés depuis longtemps, on les connaît très bien et leur nocivité pour la peau, pour la santé et l’environnement ne font aucun doute : Sodium laureth Sulfate (le SLS, le plus courant) ou Sodium myreth sulfate, Sodium lauryl sulfoacetate, Disodium laureth sulfosuccinate pour les pires. Les shampoings naturels ne peuvent honnêtement pas recourir à ces tensioactifs les plus synthétiques, sauf à VRAIMENT se moquer du monde ! Mais dans la famille, certains cousins se prétendent verts : le Sodium coco sulfate, notamment. Alors oui, il est issu de la Coco, autorisé par certains labels bio et souvent brandi comme alternative naturelle saine aux SLS et SLES. Et pourtant… Toxique pour la vie aquatique, fabriqué avec de l’acide sulfurique incriminé dans les pluies acides et irritant, il ne vaut pas mieux que ses camarades Disodium lauryl sulfosuccinate et Disodium Laureth Sulfosuccinate.

 

Des tensioactifs plus récents, sans sulfates, existent. La liste est longue de ceux que vous pouvez retrouver dans la formulation de votre shampoing naturel : Sodium Cocoyl Glutamate, Disodium Cocoyl Glutamate, Coco-betaine, Sodium Cocoamphoacetate, Babassuamidopropyl betaine… Réputés doux, ils sont issus des acides gras de l’huile de Coco, de Babassu (un palmier) ou de sucres et acides aminés aux vertus conditionnantes et moussantes. Parfait pour les cheveux ! Certes, ils sont très chers, compliqués à produire et intégrer dans une formulation. Rien d’insurmontable, en réalité. Sauf que cela ne vaut pas tellement le coup. Le problème ? Leurs procédés de fabrication. Les bétaines sont généralement produits avec des hypochlorites (la famille de la javel…), dangereux pour ceux qui les manipulent, corrosifs pour l’environnement. Les acides aminés sont le plus souvent synthétiques. Un exemple : le Cocamidopropyl Betaine, très fréquent dans les shampoings naturels, issu de l’huile de coco mais mélangée à du diméthylaminopropylamine, une substance pétrochimique. Bref, on est loin du compte. Le SCI (Sodium Cocyl Isethoniate) ? Encore plus courant, loué par de nombreuses marques se voulant naturelles et écologiques, issu lui aussi de la Coco mais produit par éthoxylation. Un désastre environnemental et sanitaire, expressément exlu par les labels Nature & Progrès ou BDIH. Plus récent, le Sodium lauryl methyl isethionate (SLMI), présenté comme la solution pour un shampoing vraiment naturel. Alerte greenwashing ! S’il est plus doux pour le cuir chevelu, il est aussi en partie synthétique et obtenu par le même procédé polluant et toxique. Pour le côté naturel, on repassera. 

 

Restent les Alkylpolyglucosides (APG), des tensioactifs très doux, d’origine végétale (amidon de maïs ou de blé), non toxiques et facilement intégrables aux formules. Coco Glucoside, Lauryl Glucoside ou Decyl Glucoside sont obtenus par réaction simple, à partir de matières premières renouvelables et sont totalement biodégrables. Logiquement ils ont su séduire les labels. Seuls bémols, ils sont très chers et leur pouvoir lavant est un peu limité. Ils font très bien l’affaire au quotidien, mais accrochez-vous en cas de cheveux très sales ou après un bain d’huile ! Surtout, au top pour la peau et les cheveux, ils le sont beaucoup moins pour la planète : tous ont recours à la désastreuse huile de palme à un moment de leur procédé de fabrication. Faible coût, facilité d’approvisionnement et effet texturant : les acides gras de l’huile de palme ont effectivement de sacrés arguments. Certes, l’huile de palme utilisée peut être labellisée responsable. C’est d’ailleurs à cette condition qu’un label exigeant comme Nature & Progrès l’accepte. Mais pour nous, il n’y a aucun débat : équitable ou non, l’huile de palme c’est non ! Première marque cosmétique au monde à exclure toute goutte de dérivé d’huile de palme dans tous nos ingrédients, à toutes les étapes de leur fabrication sans aucune exception, il est hors de question que nous renoncions à nos convictions et principes pour compléter notre gamme. 

 

Quelle(s) solution(s) écolos pour mes cheveux ? 

 

Concilier convictions pour l’environnement et chevelure de rêve est réellement difficile. Le shampoing est l’obstacle que la cosmétique naturelle n’arrive pas (encore) à sauter. En attendant, comment faire ? 

 

Le shampoing solide a pour lui le zéro déchet et permet de zapper les conservateurs. Mais il ne peut se passer de tensioactif et même en proportion plus importante du fait de sa nature solide ! Du coup, la tendance du No-Poo (littéralement no shampoo) ou au moins du Low-Poo (moins de shampoing) gagne du terrain en slow cosmétique.

 

Vous pouvez opter pour un bon savon saponifié à froid, 100% naturel, comme notre Soap Rise avec deux lavages successifs, toujours très soigneusement rincés. Ajoutez un peu (pas trop, ce serait trop agressif) de vinaigre de cidre à l’eau tiède du dernier rinçage afin d’éliminer les résidus de savons, rétablir le pH du cuir chevelu et rendre vos cheveux doux et brillants. Le vinaigre est d’ailleurs un bon allié pour lutter contre les effets indésirables – gratouillis, plaques voire dermatite de contact- provoqués par l’usage prolongé de tensioactifs trop agressifs. Hélas, ce n’est pas l’idéal pour les cheveux très secs ou très longs et épais qui risquent de s’alourdir et mal se démêler. Des cures d’huile de Ricin peuvent contrer les effets indésirables. 

 

Le retour aux alternatives naturelles anciennes a le vent en poupe. Poudres végétales, argiles (Rhassoul notamment), association bicarbonate – vinaigre, œuf, maïzena, eau claire, longs brossages, cures de sébum : les suggestions ne manquent pas pour viser, parfois, un retour au shampoing quasi trimestriel de nos aïeux ! Expérimentez et peut-être trouverez-vous une solution qui vous conviendra ? Dans tous les cas, espacer (même un peu) vos shampoings ne pourra qu’être bénéfique à votre chevelure comme à la planète, en attendant qu’un shampoing naturel, vraiment naturel, soit mis au point.

 

Le shampoing naturel est un peu le graal de la slow cosmétique : on ne sait pas si on le trouvera un jour… Soyons optimistes : depuis le règne sans partage du SLS, des progrès réels ont été réalisés. Alors, un jour peut-être, serons-nous fiers de vous présenter le shampoing naturel oOlution ?

 

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Ce article est également disponible en anglais.

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *