coton

Pourquoi opter pour les lingettes lavables au quotidien ?

Par le 27 juin 2018

Ménage, démaquillage, change de bébé, toilette nomade… De la cuisine à la salle de bain ou glissées dans le sac, les lingettes jetables ont envahi notre quotidien. 40% des foyers français en utilisent 7 par jour en moyenne ! Hyper pratiques, toujours prêts pour un nettoyage express, ces « textiles sanitaires » sont séduisants, certes. Mais c’est bien leur seul point positif. Santé, environnement, épiderme et même votre porte-monnaie plaident pour que vous les remplaciez par des lingettes lavables. On fait le point.

 

Une bombe à retardement sanitaire

Et ça n’est pas tout. Imaginez qu’on vous propose ce deal : gagner quelques petites secondes par jour au prix du bien-être de votre épiderme, de votre santé et de celle de vos enfants. Vous passez votre chemin ! C’est pourtant le pacte que vous signez à chaque paquet de lingettes.

Car ces si pratiques lingettes sont imprégnées de chimie lourde, de nombreuses substances irritantes et allergisantes : PEG, parfums de synthèse, SLS, SLES… Sans oublier l’alcool et quelques huiles minérales comédogènes. Un cocktail franchement pas terrible pour la peau. Mais si ce n’était que ça…

Le plus inquiétant ? Leur teneur en conservateurs perturbateurs endocriniens : phénoxyéthanol, EDTA, parabens. Oui, ces tristement célèbres substances, impliquées dans les pubertés précoces, les problèmes de fertilité, malformations congénitales et cancers de l’appareil reproductif, diabètes, maladies neurodégénératives, maladies du foie, prématurités, fausses couches… Avec les lingettes jetables nous nous y exposons volontairement. Juste pour nous simplifier un peu le quotidien.

Et nous les utilisons sans rinçage, sur des zones de peau fine et perméable : visage, aisselles, toilette intime… et pour les tout-petits ! Oui : nous appliquons des substances perturbatrices du système hormonal directement sur les parties génitales de nos bébés. On marche sur la tête, non ? L’exposition répétée même à petites doses étant le principal danger, comptez le nombre de changes et débarbouillages de bébé à coups de lingettes… Cerise sur le gâteau, les effets des perturbateurs endocriniens  se transmettent sur plusieurs générations. L’OMS l’affirme : c’est une véritable menace mondiale sur la santé publique.

Bref, prudence pour tous, redoublée pour les bébés de moins de 2 ans et les femmes enceintes : on oublie définitivement les lingettes jetables.

 

Les lingettes jetables : un désastre environnemental

Oui, un désastre. Et on pèse nos mots.

Les fabricants ont un discours marketing bien rodé qui ferait passer leurs lingettes jetables pour écologiques. Carrément ! L’argument ? Tooouuute l’eau économisée grâce à elles pour le ménage ou la toilette. Mais quid de l’eau utilisée pour les fabriquer ? La pollution engendrée par leurs composants chimiques et leur transport ? Pas besoin d’un dessin : le bilan n’est pas fameux.

Surtout que ces petites serviettes imprégnée de lotion ou de produit ménager sont toutes prêtes à l’usage… unique. Et donc à être jetées aussi sec. Et nous voilà croulant sous les déchets de cette révolution. Car si la plupart des fibres textiles peuvent être recyclées voire utilisées pour produire de l’énergie, rien de tout ça pour les lingettes jetables. Il n’existe aucune filière de tri, aucune possibilité de recyclage. La raison ? Les produits chimiques dont elles sont imbibées. Résultat : 23 kg de déchets polluants par an et par personne. Gloups. La mention « biodégradable dans l’eau » de vos lingettes vous rassure ? Les jeter dans les canalisations, c’est répandre ces substances polluantes directement dans nos eaux.

 

Le coton ? Peut mieux faire !

Ces textiles sanitaires révolutionnaires, on s’en est très bien passé pendant très longtemps. Ils ne sont pas incontournables. Et si on revenait à des pratiques plus saines et raisonnées ?

Première option pour notre peau ou celle de bébé : le coton jetable. Gros avantage : il permet d’utiliser le nettoyant ou soin de qualité de notre choix : bio, sain, naturel.

Mais il y a un (très gros) mais. La culture du coton conventionnel est très gourmande en eau et en pesticides. C’est même la culture la plus polluante au monde : plus du quart des pesticides utilisés sur notre planète le sont juste pour elle. Et au bout de la chaîne, notre disque démaquillant ou carré de change reste bourré de résidus de pesticides : 85% des produits d’hygiène en coton contiennent des traces du fameux glyphosate. Sans oublier bien sûr les premières victimes : les travailleurs des champs. La culture du coton serait responsable de 22.000 morts par an dans le monde. On est bien au-delà de la lubie d’écologiste radical, non ?

Et le coton jetable bio ? C’est mieux. En tout cas pour éviter les pesticides et, en général, le blanchiment au chlore. Mais c’est une solution onéreuse, qui ne résout pas non plus la problématique des déchets. 6 millions de disques démaquillants sont consommés chaque mois en France. Soit environ 7m3 de déchets par personne sur une vie, sans compter le plastique dans lequel ils sont emballés. Enfin, leur surface légèrement abrasive finit par irriter les peaux les plus sensibles et le siège de bébé. Alors, oui au coton bio jetable en solution d’appoint. Mais au quotidien il y a encore mieux.

 

Les lingettes lavables, elles ont tout bon !

Recourir aux lingettes lavables, c’est décrocher le tiercé gagnant : écologiques, économiques et pratiques.

Une seule lingette lavable permet d’éviter l’utilisation d’au moins 300 cotons ou lingettes jetables. Et de réaliser de belles économies : jetable, le coton est 6 fois plus cher et les lingettes 16 fois. Soit une économie moyenne de 180 euros sur le cycle de vie d’un jeu de lingettes lavables… Quand même !

Au-delà des idées reçues, elles sont aussi pratiques qu’un disque de coton jetable. Imbibez-les du produit de votre choix : lait, huile, eau pour le démaquillage, liniment ou pain surgras pour bébé. Ou utilisez-les pour retirer impuretés et surplus après avoir appliqué votre produit à la main.

Niveau entretien, c’est totalement transparent : vos lingettes s’intègrent à vos lessives habituelles en machine à 30 – 40°C, directement dans le tambour ou dans un filet. Pratiquez tout au plus un léger prélavage au savon après un démaquillage waterproof ou un change un peu coloré de bébé. Et pour les garder toutes douces ? Il suffit de quelques minutes au sèche-linge ou, encore plus éco-responsable, de les frotter ensemble une fois sèches. En voyage, un lavage rapide au savon suffit, le grand nettoyage peut attendre votre retour.

 

Bien choisir vos lingettes lavables

Il existe aujourd’hui une offre très large en la matière, vous trouverez certainement votre bonheur. Stockées dans de jolis pots, pochettes ou boîtes elles participeront même à votre déco 😉 .

Privilégiez des matières naturelles et bio, plus respectueuses de l’épiderme et de la planète : coton non blanchi, lin, bambou, eucalyptus, chanvre… Le top ? Pour le démaquillage, des lingettes bifaces : un côté en coton bio pour nettoyer en douceur et un autre plus poreux, en chanvre par exemple, pour ôter les traces de maquillage les plus tenaces. Plus grandes que les disques jetables, une seule suffit pour un nettoyage – démaquillage complet du visage : pas besoin d’en acheter des dizaines.

Pour bébé, de petits gants de change et carrés lavables en coton doux ou bambou nettoient tout en douceur, sans besoin de frotter contrairement aux cotons jetables. Autre immense avantage que tout jeune parent débordé et fatigué saura apprécier : plus de risque de rupture parce qu’on a zappé les lingettes ou le coton sur la liste de courses 😊 .

Une fois lancés, autant poursuivre avec le ménage : des carrés de tissus, voire des chutes de vieux t-shirt ou torchons font très bien l’affaire. Des débarbouillettes à tout faire dans la cuisine remplacent avantageusement les lingettes jetables et les essuie-tout.

Rien à voir avec une lubie d’écolo extrémiste ou un retour en arrière : les lavables c’est l’avenir ! Passer au lavable, c’est contribuer à changer le monde avec un niveau de contrainte proche de zéro, le tout en faisant du bien à notre peau, notre santé et notre porte-monnaie. Alors, vous vous y mettez quand ?

Experte beauté sur France 5, Anne-Marie Gabelica, la créatrice de notre gamme de cosmétiques 100% naturels oOlution, vous explique les bienfaits des lingettes lavables pour votre santé et votre porte-monnaie :

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Partager :
Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *