Votre panier

Nos suggestions pour votre peau

Choisissez votre miniature offerte

Vous bénéficiez de la livraison et du nettoyant mains offerts !
Plus que pour bénéficier

Choisissez votre miniature offerte

Nos suggestionspour votre peau

Votre miniature offerte

Crème visage hydratante bio

Mini Glow Up

OFFERT

Crème nourrissante corps bio

Mini Body Guard

OFFERT

Huile sèche corps et cheveux bio

Mini Oil Lala

OFFERT

Huile démaquillante bio

Mini Oil Right

OFFERT

Economisez 10% sur votre commande en vous abonnant à vos produits chouchous.

en savoir plus

Fraisde livraison

En raison d'un nombre de commandes important, les délais de livraison sont allongés. Julie alias superwoman fait au plus vite !

Livraison sans signature - 5,90 € TTC - Gratuit dès 49€ d'achat (France, Belgique, Luxembourg)

Jusqu'à 9,90€ pour le reste du monde !

Mondial Relay - 3,90 € (France, Belgique, Luxembourg))

offerte dès 49€ d'achat.

Temps de lecture : 6min

Cosmétiques bio vs cosmétiques naturels, que choisir ?

Ecrit le 12.Nov.20 par Anne-Marie — Mis à jour le 24.Dec.20


Buzz de la Clean beauty, succès des applications cosmétiques et même multiplication de gammes vertes de marques conventionnelles : l’aspiration à une cosmétique plus saine n’est plus confidentielle. C’est une tendance de fond ! On veut plus de naturel, on veut plus de bio… et on les confond souvent. Mais est-ce si simple que bio = naturel = mieux ?



Cosmétiques naturels, bio ou conventionnels : qu’est-ce que ça change ?



Bio, naturel : honnêtement, qui n’a jamais utilisé un terme pour un autre ? Ça n’est pas comme si on parlait de deux univers opposés ! Cosmétiques naturels ou bio ont en effet une philosophie commune : faire mieux que la cosmétique conventionnelle.



Cosmétiques conventionnels : non merci



Définir les cosmétiques conventionnels, pour le coup, est plutôt simple : ce sont des cosmétiques qui s’autorisent tous les ingrédients que la législation permet. Leur argument ? Le règlement cosmétique européen étant le plus strict au monde, si c’est autorisé c’est tout bon. Mmmh… avec de sérieuses limites ! Celles de nos connaissances actuelles, peut-être remises en cause demain : pensez aux parabènes, sels d’aluminium ou nanoparticules. Celles de doses et concentrations autorisées négligeant l’effet cocktail : un peu + un peu + un peu, ça peut finir par faire beaucoup. Et quid de leur impact sur l’environnement, les travailleurs, producteurs ? Silicones et filtres solaires chimiques, huile de palme ou composants éthoxylés sont parfaitement autorisés…



Pour résumer, les cosmétiques conventionnels ne cherchent pas à faire mieux. Ni pour la santé, ni pour la planète. Alors, d’autres façons de faire des cosmétiques se sont développées en réaction :




  • les cosmétiques naturels qui font le tri dans les ingrédients autorisés pour en retenir les composants naturels et d’origine naturelle ;

  • et la cosmétique bio qui s’ajoute une contrainte : elle regarde en plus comment sont produits ces composants naturels et favorise ceux issus de l’agriculture biologique.



Une punchline résume souvent cette différence : un cosmétique bio est forcément naturel, un cosmétique naturel n’est pas forcément bio. Autrement dit, les cosmétiques bio seraient plus exigeants que les cosmétiques naturels. Vite répondue, alors, la question ? En théorie…



Les cosmétiques naturels : royaume du greenwashing



Le souci principal des cosmétiques naturels ? Leur appellation, ni contrôlée ni encadrée, souvent purement marketing. Un surf sur la tendance, motivé par la croissance à deux chiffres de la cosmétique non conventionnelle.



Tout le monde peut s’en prévaloir ou presque, sur simple bonne (ou moins bonne) foi : aucun % minimal d’ingrédients naturels n’est requis. Les marques jouent sur des à base de ou X% naturel qui mettent en avant 1 ou 2 composants d’origine végétale noyés dans une soupe synthétique. Comptez en parapharmacie les soins autoproclamés naturels qui contiennent du phénoxyéthanol, par exemple. Accompagné d’huiles végétales, de kaolin, d’hydrolats, peut-être. Et parfaitement autorisé. Mais absolument pas recommandable ! La norme ISO 16128 a bien tenté, en apparence, d’harmoniser tout ça, mais c’est finalement le greenwashing qu’elle verdit un peu plus…



Et puis un ingrédient naturel ou d’origine naturelle ce n’est pas forcément le top. Pour l’efficacité : composé à 100% d’eau, un cosmétique serait totalement naturel ! Pour l’environnement et l’éthique : nombre d’ingrédients de synthèse polluants, douteux ont une base naturelle comme les trop souvent désastreuses huile de Coco ou de palme. Le pétrole est aussi un ingrédient naturel, ses dérivés sont d’origine naturelle ! Bref, rien de plus facile que de verdir un cosmétique conventionnel lambda en boostant artificiellement sa naturalité.



Enfin, quand bien même votre cosmétique serait composé à 100% d’ingrédients naturels, quelles garanties qu’ils ne soient pas cultivés à grands renforts de produits phytosanitaires hautement polluants et toxiques, bourrés de métaux lourds et pleins d’OGM ?



Vous pensiez faire le bon choix en payant (souvent plus cher) un soin cosmétique naturel ? Vous voilà avec 95% de pétrochimie, quelques ingrédients naturels pas forcément très actifs obtenus par des procédés franchement bof. Oups.



Les cosmétiques bio : des labels contraignants… mais a minima



Les cosmétiques bio semblent éviter cet écueil : pour revendiquer cette appellation, ils doivent être labellisés par un organisme indépendant qui contrôle leur respect d’un cahier des charges précis et public. Ils y gagnent un logo permettant de les identifier à coup sûr, censé vous garantir :




  • Une traçabilité et un contrôle des matières premières au regard d’engagements éthiques, propres à chaque label : procédés de transformation plus respectueux de l’environnement, emballages a minima recyclables, respect des animaux… (on vous explique tout ici : Labels bio en cosmétiques : tableau comparatif pour comprendre ) ;

  • Un pourcentage minimum d’ingrédients naturels dont un pourcentage minimum doit être bio : des ingrédients cultivés sans pesticides ni engrais pétrochimiques, dans le souci des équilibres naturels.



Minimum, propres à chaque label… : les labels bio ne vous garantissent pas des cosmétiques forcément 100% naturels, 100% bons pour la planète, pour la peau et la santé. Ni même forcément un fort pourcentage de bio !



Sans référentiel unique harmonisé, européen ou national, sans certification publique, les labels offrent des garanties différentes, souvent insuffisantes. Même Cosmébio, label plutôt exigeant : 10% seulement de 95% des ingrédients doivent être bio. Cela laisse de la marge ! D’autant que dans ces quelques %, vous pourrez toujours trouver des conservateurs, émulsifiants, épaississants de synthèse. Autorisés seulement si considérés comme sûrs…dans l’état actuel de nos connaissances. Et avec parfois quelques accommodements côté pollution. Le SLS, les huiles estérifiées ou hydrogénées, les dérivés d’huile de palme ? Pour Cosmébio, c’est ok. Même Nature&Progrès, le plus complet, autorise quelques rares ingrédients synthétiques…



Cosmétiques naturels et bio : pourquoi choisir ?



Pas question pour autant de s’en contenter : viser le zéro concession, c’est possible !



Soyez exigeant.e !



Certes, entre termes dévoyés, raccourcis, approximations et micmacs marketing, il y a de quoi être méfiant.e.



Mais rien n’empêche un cosmétique bio de faire mieux que le cahier des charges du label.



Rien n’empêche un cosmétique naturel non certifié d’être plus naturel et plus bio qu’un soin labellisé !



C’est d’autant plus vrai que le marché de la cosmétique naturelle est majoritairement tiré par des PME et TPE innovantes pour lesquelles un processus de certification est long, onéreux et chronophage. Ou qui, comme nous, ne se reconnaissent dans aucun label bio parce qu’elles veulent faire mieux ! Et préfèrent investir dans la recherche, l’innovation, la formulation.



Bien sûr, différencier le vrai naturel du greenwashing n’est pas toujours simple. Composants à bannir ou à rechercher, procédés d’extraction et fabrication polluants ou verts : cela représente énormément d’informations à trouver et analyser. Des applications cosmétiques proposent de faire ce travail à notre place : pourquoi pas, pour un premier tri, mais vous rencontrerez très vite les mêmes limites qu’avec les labels (pour en savoir plus : Applications de notation cosmétique : vérité ou mensonge ?). On y revient toujours : il faut apprendre à lire et décoder les étiquettes, les chartes, questionner… Apprendre une nouvelle langue, en quelque sorte ! Pour vous aider : Comment reconnaître les vrais cosmétiques naturels ?



Faites-vous votre propre cahier des charges. Prospectez, interrogez pour tout savoir de l’origine, la qualité, la composition, les procédés de fabrication, les impacts environnementaux et sociaux, depuis la conception jusqu’à la biodégradabilité des produits et leurs emballages. C’est la seule façon de vous assurer de leur innocuité pour la planète, la santé, les animaux et de leur efficacité pour votre épiderme (le B-A-BA pour un cosmétique, non ?). Privilégiez les marques transparentes, qui vous donnent toutes les informations pour devenir vraiment consomm’acteur et définir où vous souhaitez placer le curseur.



oOlution, le choix de cosmétiques naturels et bio… et au-delà !



Pour nous, en tout cas, c’est très clair : hors de question de choisir entre naturel et bio ! Nous vous offrons une cosmétique écologique totale, sans renoncement :




  • Notre cahier des charges est plus strict que le plus strict des labels bio : nos soins sont fabriqués dans des laboratoires agréés par les labels bio et 100% de nos ingrédients sont soit naturels issus d’agriculture bio / cueillette durable soit d’origine naturelle obtenus exclusivement par les procédés de transformation non polluants de la chimie verte. Un ingrédient est seulement soupçonné d’être douteux pour la planète, la santé ou la peau ? C’est non pour nous.


  • Nous ne nous contentons pas de faire des cosmétiques naturels non nocifs, nous les voulons efficaces. Nous vous garantissons zéro ingrédient de remplissage : le boost de naturalité avec des ingrédients inertes, très peu pour nous! Et nous garantissons l’origine et la qualité de nos ingrédients : des huiles végétales exclusivement première pression à froid, des beurres non raffinés... Exit tout ingrédient d’origine naturelle qui aurait été dénaturé par des procédés lourds et polluants. Macération, distillation, fermentation préservent les nutriments des végétaux.


  • Enfin, nous allons plus loin en veillant à notre impact environnemental, social, éthique à toutes les étapes de notre activité. Depuis la production de nos composants jusqu’à la consigne de nos contenants. Cela passe notamment par l’exclusion de toute goutte d’huile de palme, de toute substance d’origine animale, l’utilisation de beurre de Karité ou d’huile de coco éthiques, la promotion de petits producteurs français, l’exclusion de tout composant favorisant la déforestation...



Plongez dans nos compositions, notre site, ce blog. Suivez-nous sur les réseaux sociaux. Tout y est, en toute transparence, y compris nos questionnements et nos insatisfactions. Et si jamais vous avez des doutes ou des questions, n’hésitez pas : on adoOre échanger avec vous !


Les conseils d'Anne-Marie

Notre créatrice vous offre ses conseils personnalisés « Je veux restaurer l’équilibre naturel de votre peau pour des résultats concrets, sans compromis pour votre santé et la planète. »

Anne-Marie Gabelica oOlution

Notre vocation

Créer une beauté sans concession : des soins riches d’une diversité unique de plantes, 100% naturels, bio, vegan, made in France, sans huile de palme, sans ingrédients de remplissage et consignés.