Temps de lecture : 9min

Prendre soin de sa peau grasse : bons gestes & pièges à éviter

Ecrit le 05.Feb.15 par Anne-Marie — Mis à jour le 09.Dec.20


 

Soigner une peau grasse n'est pas facile, entre nettoyants trop agressifs et soins matifiants qui oublient d’hydrater : difficile de trouver le bon équilibre. Nous avons régulièrement des retours de personnes qui vivent mal ce type de peau. Alors pour une belle peau, on commence par s'accepter ! Les imperfections passagères ne sont pas une fatalité si on évite une routine trop agressive et quelques idées reçues.



Pour les personnes qui passent par ici qui ont davantage un problème d'acné que de peau grasse, nous avons aussi écrit un article traitant de l'acné adulte causée par une mauvaise utilisation des cosmétiques.



Les spécificités d'une peau grasse



D'abord, comprendre, et le mot magique est... sébum ! Le sébum est fondamental dans le bon fonctionnement de la peau : il est ce qui maintient le film hydro-lipidique qui protège la peau et lui donne sa souplesse. Il lui permet notamment de maintenir un bon niveau d'hydratation en retenant l'eau. La peau grasse provient d'un défaut de régulation des glandes sébacées qui produisent trop de sébum, d'où l'aspect "luisant" tant redouté. D'ailleurs, c'est sur la zone T que se concentrent les follicules pileux par lesquels s'écoulent le sébum : d'où la peau mixte pour certaines personnes.



Pourquoi la peau grasse a-t-elle tendance à être plus prône aux imperfections ? Cette surproduction finit par boucher les pores et la peau ne respire plus, il lui suffit d'un rien pour provoquer des imperfections :

  • microkystes ouverts : comédon ouvert que l'air oxyde et donne une couleur noire, ce sont les points noirs
  • microkystes fermés : le comédon, est recouvert d'une pellicule, ce sont les petites boules blanches
  • pores dilatés : les petites ouvertures du follicule pileux se dilatent pour répondre à la trop grande production de sébum
  • acné : les imperfections s'inflament et les bactéries se développent, apparaissent alors les pustules rouges ou blanches et douloureuses

Les différents états de la peau grasse


La peau grasse est un type de peau, pas un état : on conserve le même type de peau toute sa vie. Ce qui signifie qu'il est important de savoir différencier une peau grasse dèshydratée d'une peau sèche par exemple pour en prendre soin au mieux. Oublions tout de suite tout espoir de changer de type de peau... Ce que l'on peut faire, c'est bien la comprendre pour mieux l'entretenir.


Les différents états de la peau grasse :

  • peau grasse "normale" : elle brille et fait des imperfections de temps en temps mais sans gêne particulière
  • peau grasse déshydratée : le film hydro-lipidique est fragilisé et la peau n'arrive plus à retenir l'eau, une sensation d'inconfort et de tiraillement survient
  • peau grasse sensible et réactive : elle peut l'être par nature ou a été fragilisée et irritée par des soins inadaptés, et a tendance à développer de l'acné
  • peau mixte : grasse sur la zone T, sèche sur les joues, jackpot !

Tu ne sais pas où te situer ? Nous t'aidons à déterminer ton type de peau grâce à notre diagnostic de peau offert accompagné de plein de bons conseils.



Prendre soin d'une peau mixte à grasse


1 . Un nettoyage doux et respectueux de la peau


Ce qu'il faut éviter : le cercle vicieux du nettoyage trop agressif.

Pour se nettoyer le visage, les personnes à la peau grasse apprécient généralement les gels et mousses nettoyants pour la sensation de fraicheur et propreté qu'ils procurent. Mais restons vigilants : plus il mousse, plus il y a de chances que le nettoyant contienne des détergents sulfatés très efficaces pour décaper un sol mais inadaptés à la peau. Les détergents sulfatés contiennent des tensio-actifs qui éliminent les lipides essentiels à la protection de la peau puisqu'ils forment le film hydro-lipidique qui retient l'eau (l'hydratation). La peau est alors incapable de s'auto-réguler : bonjour excès de sébum, peau qui brille et boutons, le tout avec une sensation d’inconfort puisque la peau est dèshydratée. Le serpent qui se mord la queue en somme. Même le meilleur sérum au monde n'y fera rien. Ces détergents vous les connaissez tant ils ont mauvaise presse, notamment avec les plus connus : les SLS (Sodium Lauryl Sulfate) et SLES (Sodium Laureth Sulfate) par exemple.


Bon à savoir : la cosmétique certifiée bio ne garantit pas nécessairement l'absence de sulfates, le label Ecocert notamment autorise le sodium lauryl sulfate. Pour savoir quel label vous garantit la meilleure composition possible, nous avons dressé un tableau comparatif des labels bio.


Envie d'en savoir plus (il y a du croustillant ) ? Découvrez notre article sur les détergents sulfatés et leurs dangers.


Remettre en question nos habitudes : la question du gommage

A en croire certains magasines féminins, la peau grasse est impure et il faudrait la récurer à grand renfort de gommages exfoliants à grains, aidès de brosses tournoyantes à moteur (bravo au génie marketing ayant réussi à inventer ce besoin). Peau grasse ne rime par forcément avec acné, sauf si on l'irrite avec des produits décapants qui provoquent des inflammations. Le risque, c'est alors de provoquer une acné dite mécanique. L'action des gommages à grain, par exemple, va irriter la peau puis provoquer un état d'inflammation, qui se manifestera par l'apparition de boutons et mycrokystes.


Si vous tenez vraiment à votre gommage, optez alors pour une option plus douce : le gommage enzymatique (chimique) avec la plus grande modération. Et pour les forcenés des accessoires dans la salle de bain : une éponge konjac (100% naturelle) nettoiera les petites peaux mortes avec plus de douceur qu'une brosse (se brosser le visage, quelle drôle d'idée).


Le bon geste

Que faire alors ? Il y a mille et une façons de se nettoyer le visage en douceur tout en gardant ses habitudes :


  • Si tu apprécies les nettoyants moussants :

Opte pour des gels aux tensio-actifs doux, sans sulfates (il suffit d'éviter les produits avec "sulfate" dans la liste INCI, voir notre article cité plus haut pour plus de détails). Pour une option économique et écologique, il y a d'excellentes gammes de savons surgras à base d'huiles végétales saponifiées à froid. Attention, ce n'est pas juste un détail : seule la saponification à froid te garantit un savon qui a gardé ses propriétés hydratantes et émollientes.


  • Si tu apprécies nettoyer ton visage avec des laits ou une eau micellaire :

Tu craqueras pour un nettoyage à l'hydrolat : une eau florale qui délasse la peau comme les sens. Carotte, citron, lavande vraie, hamamélis... Les eaux florales sont pleines de propriétés utiles et sont sans risque pour la peau, et il y en a pour toutes les préférences de senteurs. Il est aussi possible de les utiliser en tonique. L'eau florale de lavande par exemple est excellente en tonique pour les peaux grasses en raison de ses propriétés astringentes.


Le geste écolo qui sauve ta peau : si tu optes pour un nettoyant qui nécessite du coton, pense à utiliser des lingettes lavables réutilisables. Les disques de coton à usage unique sont très nocifs pour l'environnement car ils gaspillent les ressources. Et il sont très souvent traités au chlore, or la peau le supporte très mal. Cela peut provoquer des inflammations et l'apparition de comédons... Encore un bon chemin vers l'acné : la chloracné.


2. Choisir un soin adapté et utile à la peau


Ce qu'il faut éviter : les compositions inertes, inutiles et comédogènes

Déjà entendu parler d'ingrédients occlusifs (qui bouchent les pores et asphyxient la peau) ? Les plus célèbres sont les silicones, suivis des huiles et cires minérales (parrafinum liquidum, petrolateum, etc.). Ils sont parfois mis en avant comme atout marketing (rappelez-vous de la mode des silicones dans les produits capillaires avant qu'ils ne soient pointés du doigt). Des composants dérivés du pétrole présents dans la grande majorité de la cosmétiques conventionnelle, et même dans la parfumerie de luxe. Que se passe-t-il lorsqu'on les applique sur la peau ? Ils viennent simplement déposer une couche imperméable et inerte sur la peau : c'est à dire qu'ils n'ont aucune action bénéfique, aucun effet hydratant. Certes, le fini velouté d'un silicone et l'effet émollient d'une huile minérale font bonne illusion, mais une fois nettoyée, la peau n'en a tiré aucun bénéfice. Pire, au jour le jour ces couches successives se lavent de plus en plus mal : les pores se bouchent et les imperfections suivent de très près.


Bien sur elles sont très pratiques pour les industriels : très peu coûteuses, elles servent d'agent émollient et... elles remplissent le flacon à bas prix !


Le geste écolo qui sauve ta peau : mauvaises pour ta peau, elles le sont encore plus pour l'environnement ! D'abord lors du processus d'extraction, puis lors de leur rejet dans la nature puisqu'elles ne sont pas biodégradables. Voilà une bonne raison de passer au bio ! Tous les labels bio en cosmétiques interdisent les silicones et huiles minérales.


Vigilance : On en retrouve beaucoup dans le maquillage, notamment dans les fonds de teint et poudres compactes. Alors attention à choisir du maquillage d'origine naturelle.


Si cet aperçu sur la composition de tes cosmétiques t'intrigue, tu peux lire notre article complet sur les huiles minérales en cosmétiques ou la scandaleuse aberration.


Le bon geste : des huiles végétales de première qualité

En ce qui concerne la crème hydratante, il en existe des plus ou moins bonnes destinées aux peaux mixtes à grasses. Lesquelles privilégier ? Celles qui conjuguent efficacité matifiante et hydratation grâce à la qualité de leur composition.

 

La peau mixte à grasse a autant besoin d'hydratation que les autres. La barrière lipidique doit être protégée et renforcée pour permettre à la peau de se réguler correctement. Concrètement : il lui faut du corps gras ! Il ne faut donc pas avoir peur de choisir des soins à base d'huile, bien au contraire. Elle aidera à matifier et réguler la peau du moment qu'elle est bien choisie :

  • non comédogène : une huile qui résiste bien à l'oxydation notamment. Quelques exemples : amande douce, argousier, nigelle, onagre ou macadamia.
  • sébo-régulatrice : L'huile de jojoba par exemple est excellente car elle ressemble beaucoup au sébum (sébum mimétique). Avec cet apport, la peau comprend qu'elle en a assez et évite d'en produire trop. Adieu peau qui brille !
  • non estérifiées ou hydrogénées : des processus qui font perdre toute utilité à l'huile car elle est vidée de ses nutriments (on vous dit tout sur les huiles estérifiées et les huiles hydrogénées).

Et pour éviter les imperfections, la peau doit rester la plus saine possible. Il faut privilégier les actifs qui apaisent la peau, et qui faciliteront la cicatrisation en douceur en cas de comédon. La composition de vos soins doit donc contenir des actifs :

  • anti-inflammatoires : la peau reste sereine
  • anti-microbiens : pour que la peau puisse se défendre si une imperfection survient.

Par exemple, la propolis ou l’aubépine sont de bonnes alliées.


Que faire en cas d'imperfections ?

 

Toujours bon à rappeler, le sempiternelle : surtout ne pas triturer les boutons ! Pour isoler le problème et éviter que l'inflammation ne se propage : une goutte d'une huile essentielle anti-bactérienne (arbre à thé par exemple) appliquée de manière ciblée. Il faut ensuite être patient, mais si vous choisissez votre soin d'après nos conseils, votre peau aura plus de facilité à cicatriser.


En ce qui concerne les points noirs et mycrokystes, soyons clairs : ils ne peuvent être retirés que mécaniquement. Un cosmétique n'y fera rien - une bonne raison de plus pour jeter ce gommage à grain... Le mieux est de prendre rendez-vous avec un dermatologue équipé d'un tire comédon et d'huile de coude. Ou alors le faire soi-même, mais il faudra un petit peu d'entraînement avant de pouvoir repartir sur de bonnes bases !


S'il y a donc deux règles d'or à retenir : nettoyer la peau avec douceur, et choisir un soin hydratant d'origine naturelle et avec des ingrédients actifs. Ne jamais s'arrêter à la promesse marketing que donne le flacon. Seules une bonne compréhension de la peau et quelques connaissances sur les ingrédients permettent de faire de bons choix en toute conscience.


Que propose oOlution ?

 

Maintenant que vous savez tout ça, jetez un œil à la composition de notre soin visage pour peau mixte à grasse Check Matte, qui conjugue efficacité matifiante avec confort et hydratation. Nous l'avons aussi enrichi en actifs anti-bactériens et anti-inflammatoires pour prévenir la survenue des imperfections et les marques résiduelles.


La liste d'ingrédients complète est sur sa fiche produit, en voici un petit aperçu :


Huiles végétales pures et bio de : Jojoba, Onagre, Kendi (Kukui nut), Melon du Kahalari, Perilla, Macadamia, Argan, Fruit de la passion, Thé vert, Bourrache, Andiroba, Lin, Coco, Amande douce, Sésame, Raisin, Grenade, Rose Musquée, Baobab, Noix du Brésil, Rose musquée, Moringa, Mogongo, Marula…


Extrait bio de : Baobab, Immortelle Bleue, Chlorella Vulgaris, Spiruline, Prêle, Guimauve, Olive, Marron d’Inde, Bardane, Bleuet, Pensée sauvage, Alfalfa, Cacao, Ginseng panax, Thé vert, Prunella vulgaris, Cresson, Tournesol, Calendula, Vigne, Carotte, Goji, Echinacée Pourpre, Mûres, Physalis, Pourpier, pulpe de Baobab, Mimosa Tenuiflora, Bouleau, Achillée Millefeuille, Alchémille, Chardon-Marie, Capucine, Genévrier, Reine des prés, Eglantine, Réglisse, Epilobe, Goji, Physallis, Pourpier...


Retrouvez mon intervention dans la Quotidienne !