Votre panier

Nos suggestions pour votre peau

Choisissez votre miniature offerte

Vous bénéficiez de la livraison et d'une huile visage nourrissante offertes !
Plus que pour bénéficier
 
Livraison offerte
 
Huile visage nourrissante offerte

Choisissez votre miniature offerte

Nos suggestionspour votre peau

Votre miniature offerte

Crème visage hydratante bio

Mini Glow Up

OFFERT

Crème nourrissante corps bio

Mini Body Guard

OFFERT

Huile sèche corps et cheveux bio

Mini Oil Lala

OFFERT

Huile démaquillante bio

Mini Oil Right

OFFERT

10% de réduction sur vos produits et la livraison offerte en vous abonnant.

en savoir plus

Fraisde livraison

En raison d'un nombre de commandes important, les délais de livraison sont allongés. Julie alias superwoman fait au plus vite !

Livraison sans signature - 5,90 € TTC - Gratuit dès 49€ d'achat (France, Belgique, Luxembourg)

Jusqu'à 9,90€ pour le reste du monde !

Mondial Relay - 3,90 € (France, Belgique, Luxembourg))

offerte dès 49€ d'achat.

Temps de lecture : 5 MIN

Le guide de l'autopalpation mammaire réussie

Ecrit le 26.Sep.21 par Anne-Marie Gabelica — Mis à jour le 26.Sep.21


L’autopalpation mammaire, on en parle beaucoup, notamment à l’occasion d’Octobre Rose. Mais partager de jolis visuels invitant à l’auto-examen des seins sans mode d’emploi ne sert pas à grand-chose ! Alors, voici notre contribution à la lutte contre le cancer du sein : un guide pratico-pratique pour vous aider à intégrer l’autopalpation à votre routine santé. Quand, pourquoi, comment, que chercher : on vous dit tout sur l’autopalpation des seins !


Autopalpation des seins

L’autopalpation, indispensable complément au dépistage précoce du cancer du sein

Près d’une femme sur 8 développe un cancer du sein à un moment de sa vie. Cancer féminin de loin le plus fréquent, son incidence a quasi doublé depuis les années 90… Et malheureusement, en France, près de 12.000 femmes décèdent chaque année du cancer du sein.

Pourtant, lorsqu’il est pris en charge à temps, on guérit 9 fois sur 10 d’un cancer du sein. Et plus cette prise en charge est précoce, plus les chances sont élevées, avec des traitements beaucoup plus légers. Dans la majorité des cas, en effet, un cancer du sein met plusieurs mois voire années à se développer et s’aggraver. Un diagnostic précoce est donc plus que décisif !

Bien sûr, cela passe d’abord par un suivi médical régulier :

 

• La mammographie et/ou l’échographie

Mais qui ne peut pas tout ! Au mieux annuelle après un certain âge (une fois tous les 2 ans à partir de 50 ans, hors facteurs de risques particuliers), elle ne permet pas toujours de tout détecter, surtout si vous êtes jeunes : les seins trop denses la rendent ininterprétable. Bien que les cancers du sein se déclarent chez des femmes de plus en plus jeunes, systématiser la mammographie dès le plus jeune âge n’est absolument pas la solution ! (même chez les femmes plus âgées, d’ailleurs, la mammographie comme outil quasi unique de dépistage est controversée).

 

• La palpation régulière par un·e professionnel·le de santé formé·e à cet examen

Les cancers du sein peuvent se manifester par des symptômes internes et même externes qu’il est possible de détecter visuellement ou par le toucher. Mais hors souci ou contexte particulier, à quelle fréquence consultez-vous votre sage-femme ou gynécologue ? Tous les ans? Tous les 6 mois ? Et cela fait rarement partie des examens de routine chez le généraliste. La recommandation officielle, en France : un examen annuel à partir de 25 ans.

L’auto-examen des seins ou autopalpation mammaire est donc un complément indispensable pour un dépistage le plus précoce possible. Concrètement, un ensemble de gestes très simples, absolument indolores. Le plus compliqué? S’y mettre et s’y tenir 😉.



L’autopalpation des seins : quand et où la réaliser ?

A partir de quel âge commencer l’autopalpation mammaire ?

On évoque souvent la quarantaine, mais Il n’est jamais trop tôt pour commencer l’autopalpation. C’est au fil du temps qu’on apprend à connaître ses seins, à identifier le moindre changement anormal. Et le cancer du sein est plus rare avant 50 ans, oui, mais pas inexistant et bien souvent plus agressif.

Et si nous apprenions l’autopalpation à nos filles dès la puberté ? Dans certains pays nordiques, c’est systématique, inclus dans le package d’informations données à ce moment-là. Et il se trouve que ces pays ont également d’excellents taux de guérison du cancer du sein...

Vous ne savez pas comment vous y prendre ? Proposez à votre fille un rendez-vous avec une sage-femme pour une séance de questions-réponses sur son corps, ses transformations, sa santé. Vous lui offrirez ainsi des outils pour mieux connaître son corps, l’aimer et devenir actrice de sa santé. L’autopalpation n’est pas seulement un geste de détection précoce du cancer du sein, l’empouvoirement passe aussi par-là !

Enfin, bien, sûr, il n’est jamais trop tard non plus pour s’y mettre 😉.


A quel moment faire une autopalpation des seins ?

La régularité est la clé ! Mais inutile de vérifier vos seins tous les jours ni même toutes les semaines.

La bonne fréquence ? Une fois par mois.

Et, surtout, réalisez votre autopalpation toujours au même moment : la forme, l’aspect, la densité de nos seins changent au cours du cycle. Il est important d’avoir toujours le même repère au risque de vous alarmer pour rien ou, au contraire, de passer à côté de quelque chose. Programmez une alerte mensuelle sur votre téléphone 😉.

Le meilleur moment du cycle pour procéder à cet auto-examen des seins ? Environ une semaine après la fin des règles : les seins sont généralement moins sensibles.

Le meilleur moment du cycle pour procéder à cet auto-examen des seins ? Environ une semaine après la fin des règles : les seins sont généralement moins sensibles.

Sur quelle partie du sein doit s’étendre l’autopalpation mammaire ?

La zone autour des mamelons ? Oui, bien sûr. Mais c’est tout à fait insuffisant pour une autopalpation efficace !

Petit détour par notre anatomie :

• les glandes mammaires sont constituées d’une vingtaine de sacs entourés de graisse : les lobes.

• Chaque lobe est lui-même composé de petits lobules chargés de sécréter le lait, reliés au mamelon (des fibres musculaires) par des canaux qui acheminent le lait.

• Et nos seins contiennent un important réseau de vaisseaux lymphatiques (essentiels au système immunitaire) et de ganglions chargés de drainer la lymphe qui s’étendent largement au-delà du sein lui-même.

Il existe plusieurs types de cancers du sein. Certains se développent au niveau des glandes des canaux, d’autres des lobules, des ganglions, des vaisseaux lymphatiques ou encore des tissus mous… Bref, vous voyez où nous voulons en venir : l’autopalpation des seins doit aller du sternum jusqu’au creux des aisselles en passant par les clavicules.

auto-examen mensuel des seins

Comment réaliser une autopalpation mammaire efficace : les bons gestes

Vous allez vite prendre le coup, mais pour les premières fois, aidez-vous de ce pas à pas :

 

1. Commencez par l’examen visuel de vos deux seins

Regardez-vous ! Debout, devant un miroir, observez chaque sein dans les détails dans différentes positions :
• bras le long du corps,
• bras levés au ciel,
• mains sur les hanches, penchée en avant puis de chaque côté.

Prenez votre temps : 3 minutes ne sont pas de trop pour bien faire le tour ! Et notez tout ce qui vous semble inhabituel : taille, forme, couleur, aspect du sein lui-même, du mamelon, de la peau, écoulement, rougeur, chaleur….

 

 

2. Passez à l’autopalpation d’un sein

Levez un bras et posez votre main derrière votre tête afin d’homogénéiser les tissus et faciliter l’examen.
Pour examiner le sein correspondant, utilisez la pulpe de 3 doigts (index, majeur et annulaire) de l’autre main.
Commencez par le bord haut extérieur (vers l’aisselle) :
• Faites plusieurs petits cercles sans décoller vos doigts, de la largeur d’une pièce de monnaie en accentuant progressivement la pression,
• Finissez par appuyer assez fermement (sans vous faire mal !) en restant attentive à ce que vous ressentez,
• Déplacez un peu les doigts sans les décoller puis recommencez jusqu’à faire le tour de tout le sein, de la clavicule jusqu’au-dessous du sein et du sternum à l’aisselle (palpez vraiment la zone des os). Faites un aller-retour sur chaque zone, en cercles ou en lignes (parallèles ou en étoiles autour du mamelon).

Là aussi notez tout ce qui vous semble inhabituel.

 

 

3. Attardez-vous sur l’autopalpation approfondie de la zone axillaire

Insistez particulière sur la zone entre le sein et l’aisselle et l’ensemble de l’aisselle : c’est là que se développent la majorité des cancers du sein.

 

 

4. Examen du mamelon

Terminez par le mamelon : pressez-le délicatement entre deux doigts pour vérifier qu’aucun écoulement ne se produit. Vous avez accouché ou arrêté d’allaiter récemment ? Pas d’inquiétude : les écoulements de lait peuvent perdurer plusieurs mois !

 

 

5. Passez à l’autopalpation de l’autre sein

En reprenant à partir de l’étape 2.



dépistage du cancer du sein et autopalpation

Autopalpation des seins : que faire ensuite ?


Quand faut-il s’inquiéter ?

Jamais ! L’autopalpation des seins n’est pas un autodiagnostic. Elle ne se substitue jamais à un contrôle et un diagnostic médicaux. Et résistez toujours à la tentation de chercher sur internet ce que signifie cette boule que vous sentez dans votre sein.

Détendez-vous : tout élément anormal n’est pas un cancer du sein. D’ailleurs dans la grande majorité des cas, une grosseur n’est pas un cancer : mastite (notamment quand on allaite), IST, calcification, kyste, tumeur non cancéreuse, infection bénigne faisant gonfler les ganglions… se détectent aussi lors de l’autopalpation.

Mais on ne le sait pas sans examen approfondi. Et même ces affections bénignes peuvent nécessiter un traitement.

Bref, certains signes doivent toujours vous amener à consulter, avancer la date de votre visite annuelle ou au moins passer un coup de fil à votre soignant·e. Et ce à tout âge !


Autopalpation des seins : qu’est-ce qui est normal / anormal ?

Une fois pour toutes : il existe des seins de toutes tailles, toutes formes, aux aréoles plus ou moins pigmentées, aux mamelons qui ressortent plus ou moins, certains entourés de poils, de glandes sébacées volumineuses... Les seins asymétriques sont normaux, une consistance irrégulière l’est tout autant. Ils vous semblent soudainement mous ou au contraire très tendus ? Leur aspect fluctue sous l’influence des œstrogènes et de la progestérone. Tout ceci est NOR-MAL.

Ce que vous devez chercher c’est ce qui sort de VOTRE normalité, de l’aspect habituel de VOS seins. D’où l’importance de procéder à l’autopalpation au plus tôt et le plus régulièrement possible 😉. Au début vous allez certainement tâtonner mais très vitre vous connaîtrez vos seins par cœur !

Réalisez votre première autopalpation juste après un contrôle médical, vous aurez un repère fiable qui vous rassurera. Et n’hésitez pas à solliciter une répétition générale guidée à votre sage-femme ou médecin à ce moment-là.


Quels signes doivent m’inciter à consulter ?

Ce que vous devez observer ? Les symptômes perceptibles peuvent être très différents selon les types de cancers du sein.

Tout changement dans l’aspect habituel de vos seins, leur forme, taille, une rétractation du mamelon, des veines beaucoup plus visibles sur l’un de vos seins.
Des changement cutanés : aspect irrégulier de peau d’orange, épaissement de l’épiderme, fossette, crevasse, pli…
Tout écoulement, saignement, induration, rougeur, grosseur...
Vos sensations, également : chaleur, douleur, sensation de décharge, démangeaisons de type eczémateux sur le mamelon…

Vous sentez des boules sous la peau ? Homogènes, elles constituent normalement le tissu mammaire. C’est la présence d’une boule plus dure, indolore, qui semble fixe et se distingue des autres qui doit vous inciter à consulter.

Faites-vous confiance et en cas de doute ne vous abstenez jamais : sollicitez toujours un avis médical sans avoir peur de déranger pour rien !

Enfin, profitez de votre autopalpation pour faire la paix avec vos seins ! Familiarisez-vous avec leur forme, leur aspect, ce que vous considérez comme des défauts. Aimez-vous !


Les conseils d'Anne-Marie

Notre créatrice vous offre ses conseils personnalisés « Je veux restaurer l’équilibre naturel de votre peau pour des résultats concrets, sans compromis pour votre santé et la planète. »

Anne-MarieGabelicaoOlution.png

Notre vocation

Créer une beauté sans concession : des soins riches d’une diversité unique de plantes, 100% naturels, bio, vegan, made in France, sans huile de palme, sans ingrédients de remplissage et consignés.