Votre panier

Nos suggestions pour votre peau

Choisissez votre miniature offerte

Vous bénéficiez d'un sérum éclat + savon agrumes + coffret corps offerts !
Plus que pour bénéficier
 
sérum éclat offert dès 40€
 
sérum + savon offerts dès 75€
 
sérum + savon + coffret corps offerts dès 145€

Choisissez votre miniature offerte

Nos suggestionspour votre peau

Votre miniature offerte

Lait démaquillant bio

Mini Milky Way

OFFERT

Baume réparateur bio

Mini Loving Balm

OFFERT

Masque purifiant bio

Mini Smooth Operator

OFFERT

Huile repulpante bio

Mini Plump It

OFFERT

-10% sur vos soins et la livraison offerte sur toutes vos commandes avec l'abonnement !

en savoir plus

Fraisde livraison

En raison d'un nombre de commandes important, les délais de livraison sont allongés. Julie alias superwoman fait au plus vite !

Livraison sans signature - 5,90 € TTC - Gratuit dès 49€ d'achat (France, Belgique, Luxembourg)

Jusqu'à 9,90€ pour le reste du monde !

Mondial Relay - 3,90 € (France, Belgique, Luxembourg))

offerte dès 49€ d'achat.

Temps de lecture : 5MIN

Hygiène intime : ai-je vraiment besoin d'un produit spécifique ?

Ecrit le 23.Mar.21 par Anne-Marie Gabelica — Mis à jour le 23.Mar.21


En matière d’hygiène intime, idées reçues et intox marketing règnent. Résultat : des conseils nombreux, souvent contradictoires, pas toujours judicieux. Notamment sur LE produit à utiliser. La mention hygiène intime, vous rassure ? Elle ne garantit pourtant pas forcément un soin idéal pour cette zone fragile et exposée... Mais pas d’inquiétude : à condition de respecter quelques principes de base, rien de plus simple qu’une gestion saine et naturelle de votre intimité !

quel produit pour hygiene intime

La zone génitale féminine : un efficace mais fragile équilibre

A la fois externe et interne, composée de muqueuses sensibles et de peau fine, colonisée par des milliards de bactéries : la zone génitale féminine est un écosystème complexe dont la bonne santé repose sur un équilibre délicat. Proximité de l’appareil génital avec l’orifice anal, replis favorisant la transpiration et la macération sont autant de facteurs propices à la prolifération de germes pathogènes, bactéries ou champignons. Les conséquences ? Brûlures, démangeaisons, infections vaginales et urinaires… Des problèmes généralement bénins, mais qui n’en sont pas moins désagréables voire douloureux.

Heureusement, notre corps a sa propre stratégie de défense, à base de … poils et de bactéries !

En première ligne : la pilosité pubienne retient la plupart des germes, les empêchant de coloniser vulve et vagin.

La flore vulvaire et vaginale naturelle se charge ensuite de ceux qui auraient franchi cette barrière. Composée de bonnes bactéries non pathogènes (levures et bacilles), elle crée un milieu au pH très légèrement acide qui empêche leur développement grâce, notamment, aux précieux lactobacilles. Enfin, tous les indésirables sont évacués avec les muqueuses qui desquament régulièrement et s’éliminent via les sécrétions vaginales. Une hygiène intime naturelle au top !

Une machine efficace, oui, mais fragile… Chaque millilitre de sécrétions vaginale a beau contenir jusqu’à un milliard de micro-organismes, un rien peut déstabiliser ce bel édifice en détruisant certaines bactéries, faisant varier le pH ou asséchant les muqueuses : variations hormonales au cours du cycle et de la vie (puberté, grossesse, ménopause…), pilule, maladies, traitement médicamenteux, irritations... Mais aussi une hygiène intime inadaptée : trop agressive, elle fragilise muqueuses et flore et ouvre la porte aux infections. Insuffisante, elle laisse toutes leurs chances aux indésirables.



Quel est le meilleur produit pour l’hygiène intime ?

Votre hygiène intime doit donc remplir deux missions : maintenir votre flore bactérienne tout en éliminant les pathogènes. Pas simple ! Faut-il pour autant utiliser des produits spécifiques hygiène intime ?

Au quotidien : de l’eau et un nettoyant doux

Pour la toilette quotidienne de la zone vulvaire, même pas besoin de produit : un bon lavage à l’eau chaude suffit. Ecartez délicatement les lèvres puis frottez doucement à la main, préalablement nettoyée, sous le jet d’eau chaude. C’est tout. Difficile de faire plus simple et naturel ! Les gels intimes antiseptiques et antibactériens sont inutiles et même contreproductifs : trop agressifs, ils détruisent les lactobacilles, modifient l’acidité et multiplient les risques de mycose vaginale, infection bactérienne et infection urinaire. Leur utilisation au quotidien n’a aucun autre fondement que … marketing : hors problème médical, votre vulve n’a absolument pas besoin d’être désinfectée. Au contraire.


Pour la zone pubienne et l’extérieur des lèvres : un produit nettoyant doux, ni trop acide ni trop alcalin, sans substances irritantes. Cela élimine d’office la quasi-totalité des gels douches et savons conventionnels, bourrés d’agents sulfatés et autres ingrédients irritants, asséchants, allergisants : sur leur passage tout trépasse, y compris la flore bactérienne. Les muqueuses et la peau s’assèchent, causant inconfort et tiraillements. Plus efficace pour dégraisser les moteurs que pour la peau fine et perméable de votre entrejambe...

Surtout, optez pour les produits riches en actifs naturels qui vous garantiront une efficacité respectueuse. C’est d’autant plus important que cette zone est particulièrement perméable : les substances toxiques pénètrent directement notre organisme et s’y accumulent. Et que trouve-t-on sur la plupart des gels intimes conventionnels ? Pétrolatum, paraffine, parfums, colorants et conservateurs synthétiques... : des ingrédients dont beaucoup sont cancérigènes et/ou perturbateurs endocriniens. Hallucinant !

La meilleure solution ? La même que pour le reste de votre peau : tout simplement un savon doux saponifié à froid, riche en huiles végétales et glycérine naturelle. Certaines huiles végétales sont même particulièrement bénéfiques pour la toilette intime : les apaisantes huiles d’Amande Douce, Baobab, Bourrache, Macadamia, Olive, Onagre, Périlla que vous retrouvez toutes dans notre savon saponifié à froid bio Soap Rise.

Règles, grossesse, mycoses, démangeaisons : dois-je changer mes habitudes d’hygiène intime ?

Les règles comme la grossesse ne requièrent pas de toilette spécifique. Si ce n’est qu’elle doit être encore plus douce : la flore vaginale est alors particulièrement sensible.

En cas d’irritations ou démangeaisons légères votre gel d’hygiène intime est peut-être la cause de vos inconforts : appliquez nos conseils, votre corps vous demande de passer au naturel ! Après la douche, un massage doux aux huiles végétales des lèvres et de l’entrée du vagin peut aussi considérablement améliorer les choses. Une solution 100% naturelle pour prévenir sécheresse intime et mycoses en aidant votre lubrification naturelle et atténuant les frottements de vos sous-vêtements. Vos muqueuses apprécieront l’huile de Coco, antibactérienne et antifongique ou une goutte de toute autre huile ou beurre végétal de votre choix. Encore mieux : une synergie d’huiles végétales bio apaisantes et nourrissantes.

En cas de démangeaisons intenses ou pertes odorantes, plutôt que vous ruer sur le premier produit, consultez : un médecin vous apportera les conseils adaptés à votre cas. Une mycose nécessite parfois un produit spécifique, légèrement basique, pendant quelques jours.


conseils pour hygiene intime

Les règles d’or de l’hygiène intime : douceur et mesure

Enfin, pour une hygiène intime respectueuse de vos défenses naturelles, il suffit de respecter quelques principes simples.

1. N’appliquez QUE des produits 100% naturels et sûrs sur votre zone génitale

Ne vous contentez pas d’arguments marketing : vérifiez ! Ce conseil vaut particulièrement pour le choix de votre lubrifiant intime : Pourquoi choisir un lubrifiant naturel ?

2. N’utilisez JAMAIS de déodorant sur cette zone

Même estampillés hygiène intime (oui, ça existe… et souvent sous forme de lingettes jetables ☹), sans alcool ni parfum : attention aux irritations, déséquilibres de la flore et même brûlures (aïe).

Plus généralement, bannissez tous les produits sans rinçage : ils laissent sur la vulve et à l’entrée du vagin des tensio-actifs bien trop agressifs. Notre société ultra-hygiéniste a tendance à l’oublier mais même avec une hygiène irréprochable, des odeurs discrètes sont normales et utiles ! Elles envoient des messages bourrés d’hormones à votre partenaire 😉. Moins agréable mais très important : elles alertent sur un début d’infection lorsqu’elles deviennent fortes et désagréables. Les masquer risque de retarder diagnostic et traitement.


prendre soin de son hygiene intime

3. Evitez le rasage ou l’épilation complète de la zone vulvaire

C’est une cause d’irritations, de blessures et une exposition directe aux contaminations bactériennes. Si vous ne pouvez pas vous en passer, soyez hyper rigoureuse sur votre hygiène. Surtout, résistez à la tentation de l’épilation définitive qui détruit les bulbes pileux : une catastrophe pour l’hydratation de votre zone génitale ! On vous en dit plus par ici : A quoi servent les poils ?

4. L’excès d’hygiène est au moins aussi préjudiciable que son manque

Votre toilette intime doit être :

externe et superficielle : ne lavez que la région vulvaire (lèvres, clitoris) et la zone interfessière. Les douches vaginales, même à l’eau, sont à proscrire totalement : c’est le plus sûr moyen de décimer votre flore protectrice.

ni trop rare, ni trop fréquente : une fois par jour, 2 au maximum. C’est largement suffisant pour empêcher le développement des germes pathogènes. Au-delà vous risquez d’affaiblir la protection hydrolipidique de la peau et votre flore. De même, inutile de se laver après un rapport sexuel : aller aux toilettes suffit pour éviter que des germes remontent l’urètre et causent une infection urinaire.

douce et à la main : bannissez gants de toilette, éponges ou autres fleurs de douche, nids à bactéries et irritants. Procédez toujours de l’avant vers l’arrière afin d’éviter la contamination par des germes de la région anale. Séchez soigneusement en tamponnant avec une serviette de toilette douce changée régulièrement.

5. Vos protections périodiques sont cruciales pour votre hygiène intime

Veillez à les changer régulièrement et n’en utilisez pas en dehors des règles, même en cas de sécrétions vaginales. Les serviettes entretiennent l’humidité dans laquelle les agents infectieux prolifèrent. Les tampons sont même à éviter en fin de règles, lorsque le flux n’est plus assez abondant pour imbiber totalement le coton : irritations et micro-blessures en vue, nids à infections et causes de de très rares mais gravissimes chocs toxiques. Privilégiez les protections les plus basiques : exit serviettes parfumées, hydratantes, apaisantes aux compositions plus que douteuses (appliquez le même principe au papier toilette). Mieux, passez au durable avec les protections lavables, coupes ou culottes menstruelles.

6. Une bonne hygiène intime passe aussi par le choix de vos vêtements.

Pour prévenir macérations et irritations propices à la prolifération des bactéries, privilégiez des matières naturelles et respirantes pour vos sous-vêtements. Changez-les quotidiennement et essayez de vous en passer la nuit. Evitez aussi les pantalons trop serrés à l’entrejambe.

Vous voyez, la zone génitale féminine a toutes les armes pour se nettoyer et se défendre seule ! L’unique objectif de votre toilette intime doit être de l’y aider en la protégeant des agents infectieux sans menacer l’équilibre de sa flore vaginale et vulvaire. Bref, n’en faites pas trop !

Trouvez le menu sur-mesure de votre peau

En 2 min top chrono, notre fondatrice vous dévoile :
- les vrais besoins de votre peau,
- une routine 100% naturelle adaptée,
- plein de conseils pour en prendre soin ;)

Anne-MarieGabelicaoOlution.png

Nourrir sa peau comme on nourrit son corps

Nous créons une cosmétique à la hauteur de nos assiettes : généreuse, équilibrée, 100% naturelle, bio, végane, fabriquée en France, sans huile de palme, sans ingrédients de remplissage et consignée.

Vous aimerez aussi

lubrifiant naturel

Pourquoi choisir un lubrifiant naturel ?

poils

A quoi servent les poils ?