Votre panier

Nos suggestions pour votre peau

Choisissez votre miniature offerte

Vous bénéficiez de la livraison offerte !
Plus que pour bénéficier

Choisissez votre miniature offerte

Nos suggestionspour votre peau

Masque éclat visage bio

Mini Shine Bright

OFFERT

Eau florale bio

Mini Flower Power

OFFERT

Lait hydratant corps bio

Mini Magic Milk

OFFERT

Huile démaquillante bio

Mini Oil Right

OFFERT

Economisez 10% sur votre commande en vous abonnant à vos produits chouchous.

en savoir plus

Fraisde livraison

Wahou merci pour l'accueil de notre mois anniversaire ! Les commandes peuvent prendre un peu plus de temps qu'à l'accoutumée, Julie fait le max pour les faire partir au plus vite :)

Livraison sans signature - 5,90 € TTC - Gratuit dès 49€ d'achat (France, Belgique, Luxembourg)

Jusqu'à 9,90€ pour le reste du monde !

Mondial Relay - 3,90 € (France, Belgique, Luxembourg))

offerte dès 49€ d'achat.

Temps de lecture : 5MIN

Repérer l'huile de palme sur les étiquettes de nos cosmétiques

Ecrit le 28.Mar.21 par Anaïs Marty — Mis à jour le 18.May.21


Chez oOlution, on a choisi de dire non à l’huile de palme et tous ses dérivés dès notre création. Un pari qui semblait fou, tant l’huile de palme est omniprésente dans tous les produits de consommation courante. Et notamment dans les cosmétiques où elle se cache parfaitement derrière d’obscurs pseudonymes. Vous souhaitez éviter l’huile de palme dans tous vos cosmétiques ? Il va falloir apprendre à la démasquer !

eviter l'huile de palme

Pourquoi il est important de dire non à l’huile de palme

Grâce au travail d’associations et lanceurs d’alertes, tout le monde sait aujourd’hui que l’huile de palme est à éviter. Mais connaissez-vous vraiment l’ampleur du problème ?

L’huile de palme est parfaitement naturelle : issue de la pulpe du fruit du palmier à huile, elle est exploitée traditionnellement depuis plusieurs millénaires pour la cuisine et ses bienfaits cosmétiques. Une huile végétale comme on les aime ! Alors, comment est-elle devenue le symbole des dérives dévastatrices de notre modèle de consommation ?

L’huile de palme un désastre écologique et humain

A cause d’une surconsommation effrénée ! L’huile de palme, c’est le quart du marché mondial des huiles végétales avec une croissance de +100% en une douzaine d’année, une production de plus de 2,2 tonnes chaque seconde. Et, surtout, concentrée à 85% sur une toute petite région du globe : en Indonésie et Malaisie, où se trouvent aussi les forêts primaires les plus précieuses pour la biodiversité mondiale.

L’huile de palme étant un commerce juteux, il faut sans cesse de nouvelles plantations à exploiter. Intensives, qui épuisent les sols. Et nécessitent de la place… Conséquences directes très concrètes :

L’industrie de l’huile de palme est responsable de 20% de la déforestation mondiale, la région elle-même a perdu la moitié de ses forêts primaires depuis les années 1960.

L’Indonésie est le 3e émetteur mondial de gaz à effet de serre. Le rapport ? Les forêts primaires sont des puits de CO2, qu’elles libèrent en disparaissant. Et les palmiers à huile sont incapables de tenir ce rôle à leur place. Désastreux pour toute la planète.

193 espèces animales sont en danger critique d’extinction, privées de leur habitat naturel à cause de l’huile de palme : orangs-outans et autres singes, tigres, éléphants, rhinocéros, insectes, reptiles, oiseaux…

Les populations locales aussi sont mises en danger : produits cancérigènes et neurotoxiques dont l’industrie de l’huile de palme est hyper consommatrice, travail forcé, travail des enfants, expropriations, glissements de terrain, assèchements de cours d’eau… L’huile de palme est exploitée avant tout au profit des grandes multinationales.


Faut-il éviter toutes les huiles de palme ?

En résumé, l’huile de palme est un condensé de tout ce que nous savons faire de pire à notre planète et ses habitants. Et on a beau le savoir, l’industrie de l’huile de palme est déjà partie à la conquête de l’Afrique et de l’Amérique du Sud... En faisant autrement ? Pas vraiment.

Certes, des certifications huile de palme responsable, durable ou bio existent désormais… qui ne garantissent souvent rien d’autre qu’une tentative de redorer l’image de l’huile de palme. Et quand bien même, une huile de palme éthique est impossible : le problème de fond n’est pas l’huile de palme elle-même mais sa surconsommation. L’hyper-concentration de la demande par toutes les industries mondiales (cosmétiques, alimentation, carburants, détergents, produits d’hygiène, médicaments…) sur toute autre huile végétale serait aussi désastreuse. Pire, peut-être : le palmier à huile a au moins pour lui des rendements exceptionnels.

Les industriels n’étant pas près d’abandonner d’eux même cette ressource bon marché, facile à stocker, transporter, transformer, le combat est perdu d’avance ? Non ! Notre porte-monnaie a du pouvoir : pour que les produits contenant de l’huile de palme cessent d’être produits, il faut… arrêter de les acheter.


Quels cosmétiques peuvent contenir de l’huile de palme ?

Eviter toute goutte d’huile de palme n’est pas si facile : les industriels ont bien compris que l’afficher clairement était de moins en moins vendeur. Malgré tout, en évitant plats préparés, pâtisseries, friandises, biscuits apéritifs, snackings industriels et en vous méfiant des mentions huile végétale ou matière grasse végétale sans plus de précision vous devriez éviter presque toute huile de palme dans votre assiette. En cosmétique, c’est une autre histoire… L’enjeu est de taille, pourtant : les cosmétiques consomment à eux seul presque le quart de la production mondiale d’huile de palme !

Tous les cosmétiques peuvent-ils contenir de l’huile de palme ?

Tous ou presque ! Savons, gels douches, shampoings, crèmes, laits corporels, maquillage, démaquillants, huiles pour la peau ou les cheveux… Pour quoi faire ? L’huile de palme est très rarement un principe actif en cosmétique. Certes, quand elle est utilisée pure (ce qui est très rarement le cas…), ses acides gras lui permettent d’hydrater et nourrir mais d’autres huiles végétales le font beaucoup mieux.


Traquer l’huile de palme sur la liste INCI des cosmétiques : mission impossible ?

Une fois de plus, impossible de faire l’impasse : décortiquer les étiquettes de vos cosmétiques est incontournable pour bannir l’huile de palme de votre salle de bain. Problème réglé ? Pas si simple…

Pour certains types de cosmétiques comme les huiles végétales pures, il est facile de vérifier que votre bouteille ne contient que les huiles mentionnées ni estérifiées ni hydrogénées et rien d’autre (notre article Comment reconnaître les vrais cosmétiques naturels ? vous explique comment reconnaître leurs noms). Mais dès qu’il y a une formulation un peu plus complexe… tout se complique !

Partir à la recherche de l’appellation INCI de l’huile de palme, vous donnera l’impression que nous faisons beaucoup de bruit pour pas grand-chose : Elaeis Guineensis Oil n’apparaît quasiment jamais. Eh oui : parce que vos cosmétiques contiennent très rarement de l’huile de palme en tant que telle, leurs étiquettes ne listent que les noms de ses dérivés. Des centaines d’ingrédients cosmétiques courants aux noms très compliqués et variés qui n’évoquent pas du tout l’huile de palme ou alors de très loin sont d’insoupçonnables dérivés d’huile de palme…

Peine perdue, alors ? Non !

L’industrie cosmétique adore l’huile de palme avant tout pour les ingrédients qu’elle permet de fabriquer : conservateurs, huiles hydrogénées, huiles estérifiées, émulsionnants, agents de texture sont pour la plupart des dérivés d’huile de palme. Votre savon solide (même bio) ? Regardez de plus près : l’huile de palme est souvent la matière première utilisée pour la saponification…

Et elle est si peu chère, si simple à conserver et intégrer aux formulations grâce à sa très grande stabilité qu’elle est même un ingrédient de remplissage de choix ! Bref, dans l’immense majorité des cosmétiques, l’huile de palme n’apporte rien à votre peau : elle simplifie les formules, rend les produits plus vendeurs, stabilise leur texture. Et permet avant tout de baisser les coûts de revient.

Et un cosmétique naturel ne vous garantit rien : l’huile de palme peut être parfaitement naturelle. Les cosmétiques bio labellisés ? A part le label Nature&Progrès, aucun ne vous garantit l’absence de dérivés d’huile de palme…


huile de palme en cosmetique



Reconnaître les noms de l’huile de palme sur les étiquettes cosmétiques

La liste des dérivés d’huile de palme est impossible à mémoriser par cœur. Mais apprendre à repérer ceux qui peuvent poser problème n’est pas si compliqué.

1. Aucun doute : votre cosmétique contient l’huile de palme

Si sa liste INCI mentionne :

Elaeis Guineensis : Elaeis Guineensis Oil, Elaeis Guineensis butter, Elaeis Guineensis (palm) butter
Sodium palmate ou Sodium palmitate (huile de palme saponifiée)

De même avec le mot Palm :

• Palm oil
• Palm Stearine
• Palmolein / oléïne de palme
• Hydrated Palm Glycerides
• Hydrogenated Palm, Hydrogenated Palm Glycerides, Hydrogenated Palm Glycerides Citrate, Hydrogenated Palm Kernel Glycerides,
• Palm kernel / Palm Kernel Acid, Palm Kernel Oil / PEG-6 Esters, PEG-45 Palm Kernel Glycerides
• Sodium Palm Kernelate


les ingredients cosmetiques derives d'huile de palme

2. Votre cosmétique contient très certainement des dérivés d’huile de palme

S’il contient des ingrédients ayant pour suffixe / préfixe :

• -capryl (les huiles estérifiées, notamment)
• Lauryl- (on retrouve là nos célèbres SLS et SLES)
• stear-
• palm-
• cetear- (cetyl)
• dodec-
• myr(ist)-

mais pas forcément… !

Quelques-uns sont quasiment toujours des dérivés d’huile de palme :

• Alcool cetylique
• Cetyl Alcohol, Cetyl palmitate, Cetyl Olivate
• Cetearyl : Cetearyl alcohol (Cetostearyl / Cetylstearyl alcohol), Cetearyl citrate, Cetearyl Ethylhexanoate, Cetearyl Glucoside, Cetearyl Isononanoate, Cetearyl Octonoate, Cetearyl Olivate, Cetearyl sodium sulfate

Les autres ? Même ceux dont le nom laisse peu de doutes à première vue (acide palmitique, alcool de Palmityl, Glycol palmitate, Palmitate d'Isopropyl…) peuvent tout aussi bien être dérivés d’huile de palme que de matières premières synthétiques ou d’autres huiles végétales comme l’huile de Coco. Mais rarement : elle est beaucoup plus chère… (et au passage, l’huile de Coco n’est pas toujours non plus un modèle de consommation éthique et durable).

 

Alors, comment faire ?

En l’absence de toute précision, partez du principe qu’il s’agit d’huile de palme. Et dites-vous qu’un produit cosmétique qui se proclame éthique sans aborder la question de l’huile de palme… en contient certainement !

Ou vérifiez directement auprès des marques et fabricants : vérifiez chartes et sites internet, interpellez sur les réseaux sociaux, par mail ou téléphone… Retour clair et rapide, abonnés absents ou réponses alambiquées vous éclaireront à coup sûr.

Et appliquez les mêmes principes à vos ingrédients si vous fabriquez vos cosmétiques maison, notamment aux émulsifiants : ils sont très souvent dérivés d’huile de Palme (Olivem 1000, esters de sucre, Méthyl glucose sesquistearate (Emulsan), BTMS…).


Le plus simple, enfin : confier votre peau à des cosmétiques engagés contre l’huile de palme ! Chez oOlution, nous faisons zéro concession à l’huile de palme : 3 ans de recherches nous ont permis de créer la première marque cosmétique au monde garantie sans aucune goutte d’aucun dérivé d’huile de palme. Et nous allons même au-delà : en faisant le choix de la diversité, en composant tous nos soins avec de nombreuses huiles végétales différentes aux modes de production éthique et durable, nous nous assurons de n’encourager aucune monoculture désastreuse pour l’environnement et les populations. Parce que formuler les cosmétiques les plus naturels et sains, pour nous, c’est aussi important pour votre peau et votre santé que pour la planète.

Les conseils d'Anne-Marie

Notre créatrice vous offre ses conseils personnalisés « Je veux restaurer l’équilibre naturel de votre peau pour des résultats concrets, sans compromis pour votre santé et la planète. »

Anne-Marie Gabelica oOlution

Notre vocation

Créer une beauté sans concession : des soins riches d’une diversité unique de plantes, 100% naturels, bio, vegan, made in France, sans huile de palme, sans ingrédients de remplissage et consignés.