fermentation-cosmetique

La fermentation cosmétique : quels bienfaits ?

Par le 16 novembre 2020

Modifié le 16 novembre 2020

Connaissez-vous le kimchi, le kombucha, le kéfir ? Ces 3 aliments-piliers de l’alimentation healthy ont un point commun : la fermentation. Une tendance telle que des ateliers, épiceries ou restaurants lui sont totalement dédiés. Et qu’elle a désormais investi le secteur cosmétique. Révolution ou effet de mode, la fermentation cosmétique ?

 

La fermentation : késaco ?

 

La fermentation : une chimie verte millénaire

 

Tendances, les aliments fermentés ? Yaourts, choucroute, cornichons ou bière ne sont pourtant pas exactement la dernière nouveauté ! La fermentation est une transformation chimique naturelle, appliquée depuis des millénaires aux végétaux, viandes, poissons, produits laitiers, céréales… Au départ pour les conserver, avant l’invention du frigo : d’une grande simplicité, elle ne requiert aucune source d’énergie. Super écolo !

 

Pour qu’il y ait fermentation, 2 conditions suffisent : l’absence d’oxygène et la présence naturelle ou ajoutée de micro-organismes (enzymes, bactéries, levures). Prenez un chou. Laissez-le longtemps à l’air, il sera bon à jeter. Enfermez-le dans un bocal hermétique avec un peu de sel, vous obtiendrez de la choucroute. Grâce aux bactéries qui digèrent sucres et nutriments, les décomposent puis forment de nouveaux composants : de l’acide lactique, en l’occurrence, comme dans les yaourts, les pains au levain. Mais cela peut être de l’alcool, de l’acide acétique (vinaigre). Se forme alors un environnement acide qui empêche le développement des bactéries pathogènes et élimine partiellement nitrates et pesticides. Pas mal, non ?

 

Les aliments fermentés : un trésor pour la santé

 

Et ça n’est pas tout. A l’inverse de la pasteurisation qui les détruit, la fermentation fabrique des vitamines, acides aminés et probiotiques : c’est une dégradation positive. Elle bonifie les goûts, apporte des nutriments, rend les aliments plus digestes grâce aux probiotiques et la décomposition de substances comme le lactose, les fibres irritantes…

 

Surtout, les aliments fermentés sont plébiscités parce qu’ils renforcent et aident à reconstituer notre flore intestinale. D’où la cure de yaourt pour accompagne un traitement antibiotique… Pas moins de 100 billions de micro-organismes indispensables pour notre santé digestive, notre barrière immunitaire intestinale, la synthèse des nutriments et même notre santé psychique et neurologique !

 

Pourquoi ce détour par notre flore intestinale pour parler fermentation cosmétique ? Parce que c’est à partir des effets –très étudiés– de la fermentation alimentaire que les cosmétiques se sont dit : pourquoi pas nous ?

 

La fermentation cosmétique : quelle utilité ?

 

La fermentation cosmétique, ça n’est pas vraiment nouveau. Mais elle connaît un développement fulgurant.

 

Fermentation cométique & adjuvants naturels

 

Enzymes, levures, bactéries : la cosmétique naturelle les aime. Car la fermentation cosmétique permet de remplacer par des ingrédients végétaux, sans aucun recours à l’huile de palme, les adjuvants les plus nocifs, polluants et douteux de la cosmétique conventionnelle :

 

· les conservateurs : parfaits dans ce rôle, la chair de Coco fermentée et, surtout, le radis fermenté par les bactéries Leuconostoc kimchii. Vous le retrouvez dans nos soins sous le nom Leuconostoc/Radish Root Ferment Filtrate. D’origine 100% naturelle, non polluant, parfaitement toléré par l’épiderme : il n’y a pas photo avec ses homologues synthétiques !

 

· les texturants et émulsifiants fermentés permettent de stabiliser, ajuster la texture des cosmétique de façon 100% naturelle et d’éviter alkylphénols et autres silicones. Nous utilisons la Xantham Gum, produite par fermentation de sucre par les bactéries Xanthomonnas campestris.

 

C’est également la fermentation cosmétique qui permet d’obtenir de l’alcool végétal généralement à partir du blé : précieux pour créer des parfums vraiment naturels ou obtenir des solvants naturels.

 

Fermentation cosmétique : la révolution ?

 

Mais la nouveauté, ce sont des gammes entières de cosmétiques composés majoritairement d’actifs fermentés : des fleurs, fruits et autres plantes repérables par les mentions Lactobacillus et ferment. Et ça buzze : une « révolution », des soins « plus puissants », « dont on ne pourra plus se passer »… Vraiment ? Voyons leurs arguments :

 

· La fermentation cosmétique préserve les bienfaits des actifs

 

C’est vrai : non dénaturante, elle fait partie de la chimie verte. Mais elle n’est pas la seule ! Pression à froid, estérification, saponification, hydrolyse, échange ionique, neutralisation, oxydo-réduction sont aussi économes en énergie, non polluantes et permettent de conserver toutes les qualités des végétaux. Bref, ce n’est pas une révolution, mais on aime.

 

· La fermentation cosmétique offre des actifs plus riches

 

Ça n’est pas faux, mais très schématique. Les études manquent encore sur le sujet, mais nutritionnellement on sait que la fermentation donne des compositions différentes, oui, mais pas meilleures dans l’absolu. La choucroute est plus riche en vitamine C mais moins en vitamine B9 ou magnésium que le chou.

 

· La fermentation pour des cosmétiques plus efficaces

 

Les cosmétiques fermentés pénètreraient mieux l’épiderme. La raison ? La plus petite taille de leurs molécules actives. Un facteur de pénétration cutanée, effectivement, mais insuffisant : l’exceptionnelle pénétration des huiles végétales première pression à froid, par exemple, s’explique avant tout par l’affinité de leur lipides avec ceux de la peau.

 

· L’acide lactique : composant miracle ?

 

Avec la fermentation, les cosmétiques contiennent de l’acide lactique. Acide, exfoliant, il est recherché pour sa capacité à booster le renouvellement cellulaire et maintenir le pH de la peau. Mais prudence ! Il peut être irritant et pas forcément adapté à tous les épidermes, notamment les peaux sèches au pH déjà trop acide.

 

Les ingrédients fermentés ont donc des atouts, mais on n’est pas dans le registre du miracle universel ! Reste un point, qui ferait vraiment la différence : l’effet supposé des cosmétiques fermentés sur le microbiote cutané.

 

La fermentation cosmétique au secours de notre flore cutanée ?

 

Les micro-organismes, alliés-santé de la peau

 

Oui, comme nos intestins, notre peau a besoin d’un microbiote riche et diversifié. Notre société hygiéniste nous fait craindre bactéries, virus et champignons, assimile la santé à une peau récurée voire désinfectée. Mais rien n’est plus faux !

 

Une peau saine est une peau pleine de micro-organismes… Plus de 1000 milliards de 1000 espèces différentes y vivent et s’y développent quotidiennement, formant un écosystème indispensable à son équilibre : ses défenses immunitaires, sa capacité à cicatriser et se régénérer, l’efficacité de sa barrière protectrice en dépendent directement. Comme un antibiotique naturel, ils empêchent les pathogènes de proliférer en maintenant l’acidité du pH et en occupant la place. Sans eux, bonjour peau sèche, réactive, sensibilisée, imperfections, eczéma, acné ou psoriasis. Et ce microbiote a 1001 occasions d’être déséquilibré : âge, santé, météo, activités, hygiène de vie, cosmétiques, hormones…

 

C’est là que les cosmétiques fermentés proposent d’intervenir : ils favoriseraient le bon équilibre de la flore cutanée en apportant de bonnes bactéries. Au top, donc, pour stimuler les défenses et purifier les peaux à problèmes. Problème : contrairement à ceux des aliments, les probiotiques des soins cosmétiques ne sont pas vivants… sauf à ne pouvoir les conserver. Probiotiques fantômes pour certains, fractions de bactéries pour d’autres, rien à voir avec les ferments actifs vivants d’un yaourt !

 

Chouchoutez votre microbiote en prenant soin de votre peau

 

Et quand bien même, notre flore cutanée, très résiliente, n’a de toute façon pas vraiment besoin de nouvelles bactéries. Mais plutôt que nous l’aidions à conserver les siennes. Comment ? Avec un film hydrolipidique en pleine forme et un pH idéalement acide. Cela suffit à ces bons micro-organismes pour s’accrocher à l’épiderme. Eh oui, pas de cosmétique miracle : c’est en prenant soin de votre peau au quotidien que vous soignerez votre flore cutanée qui, à son tour, prendra soin de votre peau.

 

Pour cela, 3 règles d’or :

 

1 – Une hygiène modérée

 

Attention aux excès : douches et bains chauds prolongés, séchages expédiés, détergents trop décapants (SLS et SLES en tête), gestes agressifs (évitez les gommages) font des ravages dans notre microbiote. Prudence avec les gels hydroalcooliques et savons antibactériens, les déodorants et tous les ingrédients irritants (on résume : exit les ingrédients synthétiques).

 

2 – Des soins de qualité adaptés à votre peau

 

Un nettoyant doux et des soins suffisamment nourrissants pour votre peau, naturels, riches en huiles végétales première pression à froid. Et les merveilleux hydrolats, au top pour rétablir l’équilibre du pH de votre peau après nettoyage.

3 – Renforcez cette routine dans votre assiette

 

Le lien est scientifiquement établi ente flores intestinale et cutanée, notamment en cas d’acné ou d’eczéma. Limitez les sucres raffinés, consommez légumes et fruits frais bio à volonté, buvez suffisamment. Les aliments fermentés ? Bien sûr, mais sans excès : diversité et équilibre sont la clé.

 

On aime la fermentation cosmétique : elle fait partie intégrante d’une cosmétique réellement naturelle, respectueuse de l’environnement et saine, offre des ingrédients de qualité et ouvre même la porte vers des matières premières peu utilisées, avec de nombreuses innovations (une façon de diversifier les actifs et éviter les pressions désastreuses sur des ingrédients stars ? A suivre, en tout cas). Mais vous le savez, nous, les miracles et les ingrédients stars, on n’y croit pas. La fermentation alimentaire n’a plus à prouver son intérêt mais vous nourrir exclusivement de yaourts et kimchi ne vous viendrait pas à l’esprit ? Appliquez le même principe à votre épiderme !

 

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *