maskne

Acné liée au port du masque : comment gérer le maskné ?

Par le 16 septembre 2020

Modifié le 18 septembre 2020

Depuis quelques mois, l’acné s’invite sur votre visage. A peu près depuis l’intensification du port du masque contre le coronavirus. Et pile sur la zone masquée… Coïncidence ? Peut-être pas ! Le maskné, contraction de masque+acné, est bien connu des soignants, travailleurs de la chimie ou du bâtiment, masqués de longue date. Mais nous sommes nombreux.ses à en découvrir les joies avec la pandémie et ne pas trop savoir comment le gérer. Alors, que peut-on faire contre le maskné ? 

 

Mon masque me donne des boutons : pourquoi ? 

 

La source du problème ? Notre sébum. Equilibré, il est le meilleur protecteur de notre épiderme. Mais s’il s’accumule à la surface de la peau, c’est la cata : les imperfections se multiplient puis s’installent. Pour maintenir cet équilibre subtil, évacuer surplus de sébum et toxines, se renouveler, notre peau a besoin de respirer, perspirer et transpirer. Or, le port prolongé du masque entrave ces mécanismes

 

Le masque est occlusif, c’est même sa raison d’être. Parfait contre les virus, mais notre épiderme en est moins fan ! Privés de précieux échanges avec l’air ambiant, il ne parvient plus à se débarrasser des indésirables ni à desquamer correctement. C’est l’embouteillage : l’occlusion se crée, bonjours comédons et points noirs. 

 

Là-dessus, les frottements du masque irritent l’épiderme jusqu’à devenir abrasifs : la porte s’ouvre aux bactéries, l’inflammation ne tarde pas. Car sous nos masques, entre air expiré et sueur qui macère, c’est un microclimat chaud et humide. Une serre idéale à la culture bactériologique !

 

Evidemment, agressée, notre peau ne reste pas bras croisés. Sa défense ? Activer sa production de sébum. Oups. Enfin, cerise sur le gâteau, quand vous enlevez votre masque, entre démangeaisons et envie d’essuyer la transpiration, difficile de ne pas y mettre les doigts… et éparpiller un peu plus les bactéries. Oh, le cercle vicieux : tout s’emballe, les boutons se multiplient, le maskné s’installe. Vous n’en voyez plus le bout. 

 

Bref, le masque coche toutes les cases du coupable parfait d’une belle acné mécanique. Les peaux grasses ou à tendance acnéique risquent d’en souffrir plus intensément mais n’en ont pas l’exclusivité. De cause externe, le maskné peut concerner tout le monde, à tout âge. Parfois douloureux, susceptible d’évoluer en acné chronique et/ou kystique : comment éviter ou au moins limiter ce maskné ? 

 

Pour limiter le maskné : bien choisir et utiliser vos masques

 

La première à chose à faire contre l’acné mécanique ? Supprimer sa cause. Argh : impossible pour le maskné, se dispenser des mesures barrières pour quelques boutons est inenvisageable. Mais avec les bons choix, vous atténuerez les effets du port du masque sur votre peau.

 

Des masques moins pires pour la peau 

 

Aucun masque n’est l’allié de votre peau, mais certains sont plus épiderme-friendly que d’autres

 

Un préalable : ne sacrifiez jamais votre sécurité et celle des autres ! Votre profession, votre état de santé, celui de vos proches exigent un masque chirurgical ou FFP2 jetable ? Aucune hésitation ! Vous pourrez toujours agir préventivement sur vos boutons et les traiter. 

 

Si ou quand vous en avez la possibilité, cependant, votre peau (tout comme l’environnement) préfèrera des masques lavables de qualité. Ils vous préserveront des différents plastiques – notamment l’hyperdense polypropylène- qui composent les masques jetables. Des matières synthétiques très occlusives, potentiellement irritantes voir allergisantes. Evitez également les masques de bricolage, inadaptés contre le virus, bien trop épais et rigides pour un port prolongé sans dommages cutanés.

 

Enfin choisissez vos masques lavables : 

 

  • aux normes Afnor (c’est LE critère. En privilégiant le made in France, idéalement 😉),
  • en tissus naturels (coton, lin, chanvre) si possible certifiés bio, mieux tolérés par la peau. Evitez les masques en néoprène, allergisants et très occlusifs.
  • de coloris clairs voire naturels plutôt que lourdement teintés : les métaux lourds ou le paraphénylènediamine, cause d’inflammations allergiques, sont fréquents dans les teintures foncées.

 

Des précautions d’emploi essentielles

 

  • Soyez hyper rigoureux.se sur l’hygiène de vos masques

 

Au bout de 4h (avant s’il est humide), votre masque doit être changé pour rester efficace. Mais jetable comme lavable, oubliez la fausse bonne idée du masque de secours, toujours le même, dans le sac ou accroché au rétro et porté 5 minutes par-ci par-là. Une fois utilisé, on le change. Même en-deçà des 4h. Une utilisation = un lavage 30mn à 60 degrés. Impératif pour de ne pas vous contaminer avec votre propre masque mais aussi parce que c’est un nid à pollution, microbes, bactéries, peaux mortes, sébum et transpiration… Tout ce qu’il faut pour entretenir votre maskné.

 

  • Ajustez votre masque

 

Masque trop serré qui adhère à la peau ou trop grand qui frotte : votre peau n’apprécie ni l’un ni l’autre. Essayez tant que possible d’avoir un masque bien ajusté : privilégiez les systèmes d’attaches qui ne nouent à la bonne taille ou avec deux élastiques croisés derrière la tête. Vous éviterez en plus les irritations derrière les oreilles. 

 

  • Laissez votre peau souffler 

 

Le maskné s’accentue avec le port prolongé. Encore une fois, votre peau ne peut pas être le critère numéro 1 : respectez scrupuleusement les consignes sanitaires. Mais dès que les conditions le permettent, même pour quelques petits instants, votre peau appréciera un peu d’air.

 

Une astuce : ayez sur vous un vaporisateur d’hydrolats. Profitez d’un changement de masque, d’une pause toilette ou café pour un petit pschitt et tamponnez délicatement. Un coup de frais appréciable quand on passe la journée à transpirer de la moustache 😉. Préférez-les aux jets d’eau fraîche : les hydrolats n’assécheront pas votre épiderme. Mieux, une synergie bien choisie apaisera les démangeaisons, assainira et ôtera en douceur le surplus de sébum et aidera même à en réguler la production.

 

Une routine anti-maskné renforcée

 

Selon votre peau, la météo, vos activités et contraintes, ces précautions ne suffiront pas à vous éviter le maskné. Il va falloir repenser votre routine et l’adapter au nouveau quotidien de votre épiderme…

 

N’empirez pas les choses !

 

N’en rajoutez pas une couche (au sens propre comme au sens figuré) : évitez le maquillage et plus généralement tous les produits occlusifs. Le maquillage peut à lui seul être cause d’acné, imaginez le résultat combiné à votre maskné ! Et votre peau appréciera cette cure no-makeup. Si vous ne pouvez vous en passer, fuyez les fonds de teints à base d’huiles minérales et silicones, optez pour du maquillage bio minéral qui laisse la peau respirer et peut même vous aider : oxyde de zinc anti-inflammatoire ou Kaolin régulateur de sébum sont de bons alliés anti-acné.

 

De même oubliez la couche de crème isolante pétrochimique contre les frottements. Vous voulez protéger les zones abrasées ? Privilégiez un baume à d’huiles et beurres végétaux comme notre Loving Balm qui protègera sans étouffer et réparera votre épiderme.

 

Attention enfin aux produits et gestes agressifs : gels anti-acné à base d’agents sulfatés ou gommages, notamment. Passée l’agréable et fugace sensation de dégraisser votre peau, les effets contreproductifs ne tardent pas : votre peau tire, s’irrite puis surgraisse pour se défendre. Aïe.

 

Chouchoutez votre peau 

 

Le secret pour éviter ou enrayer un maskné ? Encore et toujours : une routine adaptée et rigoureuse.

 

  • Soyez intraitable sur le nettoyage 

 

Matin et soir, c’est un minimum ! Nettoyez votre visage dès que vous rentrez chez vous et pouvez ôter votre masque. Notamment si vous devez le porter toute la journée au travail, dans les transports, la rue. Le nettoyant idéal : Gentle Angel. Sans sulfates, il purifie et régule le sébum de tous les types de peaux, même sensibles. Vous traiterez la zone masquée sans risque d’assécher les autres parties du visage. Terminez avec notre synergie d’hydrolats apaisants purifiants et détoxifiants pour en multiplier les bienfaits.

 

  • Prévenez et traitez localement les boutons

 

Tant que nous devrons portez des masques, intégrez à votre routine notre sérum équilibrant anti-imperfections Game Over. Appliqués sur la zone masquée avant votre hydratant, ses 70 actifs végétaux purifiants et régulateurs préviendront l’apparition des imperfections sans dessécher, même les peaux les plus sensibles.

 

Dès qu’un bouton apparaît réagissez très vite avec une action de choc ciblée. Dégainez Spot Off pour réduire l’inflammation, résorber les boutons au plus vite et empêcher votre maskné de s’étendre et dégénérer en acné kystique.

 

  • Renforcez votre peau 

 

Chouchoutez votre peau en gardant toujours une routine adaptée à ses besoins, peut-être à différencier selon les zones. Si nécessaire concentrez les soins anti-imperfections à la zone masquée, privilégiez un hydratant plus protecteur sur les zones de frottement… 

 

Renforcez vos soins par votre hygiène de vie, notamment votre alimentation. Evitez de fumer avant de mettre votre masque : votre haleine surchargée en monoxyde de carbone nuirait un peu plus à l’oxygénation et au renouvellement cutané. Le stress entretenu par cette crise anxiogène dope le cortisol et le sébum : parfois plus facile à dire qu’à faire, mais essayez de vous détendre.

 

Surtout restez à l’écoute de votre peau : le maskné est fréquent mais pas automatique. Selon sa nature, votre épiderme peut souffrir d’autres maux, eczéma, dermatite… Gardez aussi à l’esprit que votre acné peut avoir d’autres causes, notamment hormonales, le masque ne faisant que l’amplifier. Elle s’installe, empire ? Consultez.

 

Sans être pessimistes, nous allons certainement devoir nous habituer à vivre masqués… Autant adopter au plus vite les bonnes habitudes : notre peau le vivra plus sereinement !

 

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *