acne-hormonale

Acné hormonale, quelles causes et comment y remédier ?

Par le 09 septembre 2020

Modifié le 24 septembre 2020

Peau & hormones… Cela ferait un beau titre d’histoire à la Je t’aime moi non plus ! Et qui nous préoccupe toutes : vos nombreux témoignages et questions nous l’ont confirmé. Toutes ? Eh oui… la peau féminine est de loin la plus malmenée par les hormones. Voici nos réponses à vos interrogations.

 

Hormones et épiderme : c’est compliqué !

 

Le lien peau-hormones vous l’expérimentez au quotidien, c’est clair. Mais vous aimeriez le comprendre. Explications. 

 

Au moindre bouton, on me répond « c’est hormonal ». Mes problèmes de peau sont-ils forcément hormonaux ?

 

Les hormones régulant l’activité de tous nos organes, rien d’étonnant à ce qu’elles agissent sur le plus grand d’entre eux : la peau. 

 

Et notamment nos hormones stéroïdes. Le cortisol, hormone du stress, diminue les capacités de régénération et de défense de l’épiderme. L’insuline, régulatrice de notre taux de sucre, épaissit la peau, détériore fibres de collagène et d’élastine. Mais celles qui font la pluie et le beau temps sont nos hormones sexuelles. Sécrétées par les ovaires et les glandes surrénales, testostérone, œstrogènes et progestérone gèrent notre puberté, notre ovulation, notre cycle. Et surtout, sans qu’on ne l’explique parfaitement, toutes ces hormones ont une influence sur notre production de sébum

 

Selon notre âge, notre sexe, nos pathologies, les périodes, leurs taux fluctuent en entraînant parfois un emballement des glandes sébacées. Avec un impact certain sur l’éclat et la santé de notre épiderme. Le plus évident : la bien nommée acné hormonale.

 

Oui, une acné qui se déclenche adulte a de grandes chances d’être hormonale. Quelques indices : 

 

  • Vos imperfections se concentrent sur le bas du visage (mâchoire, joues, cou) plutôt que sur la zone T, 
  • Votre acné semble profonde, les boutons ont tendance à devenir kystiques
  • Vous avez changé ou arrêté votre contraception récemment.

 

Pourquoi l’acné hormonale est-elle féminine ? 

 

Schématiquement, la production de sébum est freinée par les œstrogènes, stimulée par la progestérone et carrément dopée par l’hormone masculine, la testostérone. Pourtant 85% des adultes concernés par l’acné sont des femmes. Illogique ? 

 

Les hommes sont plutôt concernés par les acnés juvéniles sévères, avec une testostérone qui explose à la puberté. Adultes, leur équilibre hormonal reste stable et l’acné hormonale les épargne (les veinards). 

 

La puberté des filles étant hormonalement plus douce, vous avez peut-être échappé à l’acné juvénile, mais ne vous réjouissez pas trop vite. Les fluctuations hormonales rythment ensuite notre vie ! Chaque cycle est une petite puberté, grossesses et ménopause sont des tsunamis hormonaux. Et notre contraception vient encore en rajouter… 

 

Enceinte, plus de la moitié des femmes connaissent une acné hormonale, parfois pour la première fois. D’autres, habituellement sujettes à l’acné, ne voient pas un bouton pendant 9 mois ! La ménopause ? Pour certaines, la testostérone n’étant plus contrebalancée par les hormones féminines, c’est la cata. Pour d’autres, la disparition des cycles est salutaire. Chaque peau a sa propre histoire avec les hormones.

 

Contraception et acné hormonale, à quoi m’attendre ? 

 

Un point vous interroge particulièrement : la contraception est-elle un remède ou une cause d’acné hormonale ? Contraception et peau peuvent-elles faire bon ménage ?

 

Quelle contraception pour éviter une acné hormonale ?

 

Toutes les contraceptions hormonales fonctionnent par diffusion d’hormones de synthèse qui modifient le fonctionnement de l’appareil reproducteur et suppriment le pic hormonal déclencheur d’ovulation. Autrement dit, elles bouleversent forcément votre équilibre hormonal. 

 

Les contraceptions progestatives (stérilet hormonal, implant, pilules microdosées) ont souvent un effet booster d’acné : imitant la progestérone, elles suractivent les glandes sébacées. Les oestroprogestatives (pilules combinées, anneau vaginal, patchs) contrebalancent le progestatif par des œstrogènes de synthèse. Elles sont théoriquement meilleures pour la peau mais avec des effets secondaires plus marqués (poids, tension, cholestérol, risques de mastose…). Hum.

 

Les contraceptions non hormonales, alors ? D’action mécanique, elles ne libèrent aucune hormone de synthèse et ne modifient a priori pas l’équilibre hormonal. Sauf que… Le stérilet au cuivre, par exemple, pousse les ovaires à fabriquer plus d’hormones androgènes et chez certaines le cuivre peut donner des réactions acnéiques. Aïe…

 

En réalité, tout comme votre profil hormonal vous est propre, prévoir précisément les effets d’un contraceptif sur VOTRE épiderme est difficile, au-delà de tendances générales. 

 

La pilule pour traiter mon acné hormonale : bonne ou mauvaise idée ? 

 

Soyons clairs : mieux vaut éviter de mélanger les genres. 

 

La pilule n’est pas un traitement contre l’acné, elle se contente de l’endormir temporairement. 

 

Et détourner un médicament de l’usage pour lequel il a été formulé et testé est toujours risqué. Pilules de 3e ou de 4e génération utilisées contre l’acné, traitements anti-acné à base d’Androcur abusivement utilisés comme contraceptifs : dans les deux cas on a constaté un peu tard des effets secondaires graves.

 

Votre gynécologue a décrété qu’il vous fallait cette pilule afin de lutter contre ces 2 boutons sur votre menton ? Stop ! C’est à vous de décider si vos imperfections vous préoccupent. Et surtout à vous de définir vos souhaits en termes de contraception : éviter ou non les hormones synthétiques (qui sont par définition des perturbateurs endocriniens) ou certaines contraintes, régulariser vos cycles, soulager vos douleurs … Le rôle de votre médecin ou sage-femme ? Vous présenter toutes les possibilités, en fonction de vos pathologies et contre-indications.  

 

Arrêter la pilule, c’est acné hormonale garantie ? Changement de contraception = bonjour aux boutons ?

 

A l’arrêt de la pilule ou lors d’un changement de contraception, une poussée d’acné est effectivement fréquente.

 

Peut-être parce que votre corps retrouve son déséquilibre précédent : il va falloir traiter les causes de votre acné que votre contraception avait masquées. 

Peut-être que votre organisme peine à retrouver ses marques sans sa dose d’hormones artificielles, même en cas d’arrêt progressif. 

 

Enfin, parfois, c’est cette nouvelle contraception qui ne vous convient pas. Au-delà de quelques mois d’effets indésirables, votre médecin ou sage-femme doit savoir remettre sa prescription en cause sans balayer votre ressenti d’un « ça n’est pas un effet secondaire listé dans la notice ».

 

Dans les 3 cas, patience et routine rigoureuse vous aideront à passer le cap (qui peut parfois durer une année). 

 

Quelles solutions contre l’acné hormonale ? 

 

« Je galère depuis des années avec cette fichue acné hormonale », « c’est hormonal, il n’y a pas de solution » : vos témoignages sont parfois fatalistes. Mais hors de question de s’arrêter à ces verdicts déprimants.

 

Avec ces satanés boutons de règles, ma peau n’est au top qu’à peine une semaine par mois… 

 

Ah, les boutons qui apparaissent chaque mois au même endroit… un grand classique ! Qui s’explique. Les 14 premiers jours de notre cycle, les œstrogènes dominent : la peau a tendance à être moins grasse. Appréciable, si vous êtes sujette à l’acné. Les 14 jours suivants, ça se gâte : la progestérone prend le dessus, stimule la production de sébum… jusqu’au coup de grâce quelques jours avant le début des règles. Œstrogènes et progestérone au plus bas, la testostérone règne et niveau sébum, c’est l’emballement. Les pores se bouchent, les imperfections suivent. Un peu de cortisol s’en mêle sous l’effet d’un coup de stress ? Désastre cutané garanti ! Le temps de soigner tout ça, vous avez parfois quelques jours de répit avant de repartir pour un cycle.

 

Comment enrayer ce cercle infernal ? L’une d’entre vous l’a deviné : Dois-je modifier ma routine en fonction de mon cycle ? Oui ! 

 

Commencez par tenir un journal de vos imperfections et rapprochez-le du calendrier de votre cycle. Selon votre profil hormonal et votre type de peau, vous constaterez que les imperfections se concentrent sur la semaine juste avant les règles (le plus courant), lors de l’ovulation ou pendant les règles. Quelques jours avant, intégrez notre sérum rééquilibrant anti-imperfections Game Over à votre routine sur les zones à risque, avant votre hydratant. Adaptez également votre nettoyant visage : Gentle Angel vous aidera à franchir l’obstacle. 

 

Les indésirables pointent leur nez ? Agissez vite et localement : un traitement de choc permettra d’accélérer la résorption des boutons. Appliquez Spot Off directement sur chaque bouton après votre hydratant pour éviter leur multiplication, leur retour incessant et leur évolution vers une acné kystique

 

Malgré une routine rigoureuse, mon acné hormonale persiste. Que faire ? 

 

Une acné importante persistante après 25 ans devrait systématiquement vous amener à consulter. Surtout si elle s’accompagne d’indices d’un dérèglement hormonal : cycles irréguliers ou douloureux, changement de pilosité ou poids, ongles cassants, transpiration excessive, bouffées de chaleur… Dermatologue, gynécologue, endocrinologue envisageront un traitement s’ils identifient des causes derrière ces symptômes : carences, diabète, ovaires polykystiques, troubles de la thyroïde, allergies, une infection… Ou, bien sûr, une contraception inadaptée. 

 

Puis-je aider mon organisme à lutter contre l’acné hormonale ?

 

Notre organisme sait naturellement rétablir son équilibre hormonal. S’il se laisse déborder, ce n’est pas toujours pathologique. Souvent, nous ne faisons rien pour l’aider. 

 

Pour éliminer les surplus d’hormones il lui faut un foie et un côlon en pleine forme : les fibres, les vitamines c’est oui mais limitez alcool, sucres raffinés, acides gras saturés. Le cortisol qui dope les hormones sexuelles et donc la production de sébum est régulé par les oméga-3 : poissons gras, huiles végétales, graines de lin, légumes verts… Attention à votre hygiène de vie : sport sans excès, détente, sommeil. Mention spéciale au yoga dont certaines postures rééquilibrent les hormones.

 

Enfin, vigilance renforcée sur les perturbateurs endocriniens : vous n’avez pas la main sur toutes leurs sources (pollution, pesticides…) mais préservez- vous au maximum de leurs effets notamment dans vos cosmétiques.

 

Peau et cheveux, sommeil et stress, santé, émotions, désir, appétit, poids : nos hormones et leurs fluctuations, naturelles ou accentuées par des facteurs extérieurs, mènent la danse. Elles sont les piliers de notre équilibre physique et psychique. Le secret pour affronter vaguelettes et tempêtes ? C’est l’une d’entre vous qui l’a formulé : « bien se connaître ». Autrement dit s’écouter et prendre soin de soi !

 

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *