acne-kystique

Acné kystique, quelles solutions ?

Par le 06 septembre 2020

Modifié le 24 septembre 2020

Vous souffrez d’acné kystique ? Plus visible, plus difficile à soigner, parfois douloureuse, cette forme d’acné sévère n’est pas la plus facile à vivre… Haut les cœurs ! Si elle nécessite généralement un suivi médical, quelques bonnes habitudes peuvent vous soulager, améliorer l’aspect de votre peau et même l’éviter.

 

L’acné kystique : qu’a-t-elle de spécial ? 

 

1. Une forme d’acné sévère

 

De quelques imperfections jusqu’à l’acné kystique, le cheminement est toujours le même. 

 

Sébum trop abondant et hyperkératinisation se conjuguent : votre peau desquame mal, les canaux de vos pores commencent à se boucher. Cellules mortes, sébum et fragments de poil ne sont plus évacués vers l’extérieur. Ils s’y accumulent : coucou les comédons ! 

 

Là-dessus, les bactéries s’en mêlent : les boutons – ou papules- font leur entrée en scène. Prises au piège, les bactéries provoquent une inflammation. Le pore obstrué s’infecte, la papule devient pustule. D’accord, ça n’est ni esthétique ni confortable, on s’en passerait bien. Mais ces boutons d’acné classique restent des lésions superficielles dont il est possible de venir à bout sans traces durables.

 

Parfois, cependant, l’accumulation est trop importante, l’infection se développe, les lésions s’installent profondément. Et votre acné devient kystique. Des boutons rouges douloureux au toucher, très inflammatoires, beaucoup plus volumineux apparaissent et peuvent évoluer en abcès. Plus étendus, ils prennent aussi racine beaucoup plus profondément. Lorsqu’ils se rompent dans le derme, l’infection s’étend dans les tissus cutanés et peut s’auto-entretenir des années. Visage, cuir chevelu, épaules et dos, cou et décolleté deviennent le théâtre d’éruptions à répétition. Pour circonscrire l’inflammation, votre organisme réagit en formant des kystes qui durcissent en profondeur. Des bosses blanches apparaissent durablement en surface. 

 

2. Une acné difficile à traiter

 

Atteignant les tissus plus profonds, l’acné kystique est logiquement plus longue et difficile à soigner. Plus susceptible, aussi, de laisser des cicatrices indélébiles marquées. 

 

Surtout, une acné kystique est parfois le symptôme d’un autre problème. Sa cause principale ? Les déséquilibres hormonaux. C’est pour cela que grossesse, ménopause ou puberté sont des périodes à haut risque. Avec une bonne part de malchance génétique. Mais les déséquilibres hormonaux peuvent aussi découler d’ovaires polykystiques, problèmes de thyroïde, médicaments… Homme ou femme, il est possible de découvrir les joies de l’acné kystique à tout âge. 

 

Consulter est indispensable : l’avis d’un gynécologue ou d’un endocrinologue et/ou un traitement sont parfois nécessaires pour en traiter les causes et enrayer l’inflammation.

 

Eviter l’acné kystique : un sprint

 

Bon, ok, ça n’est pas réjouissant. Mais déséquilibres hormonaux et excès de sébum ne débouchent pas forcément sur une acné kystique. En agissant vite et bien, il est possible de l’éviter. 

 

1. Activer le plan d’urgence anti-boutons

 

Agir au plus vite sur les boutons ce n’est pas seulement limiter désagrément esthétique et douleur. C’est aussi (surtout ?) réduire l’inflammation et contrer l’infection. Et donc éviter que les pustules ne dégénèrent en kystes.

 

Traiter localement vos boutons est le plus efficace : cela permet d’utiliser un soin très concentré en actifs qui cible l’inflammation, désinfecte, nettoie, assèche et cicatrise. Autrement dit un traitement de choc, plus efficace plus rapidement. La tentation de toucher, triturer, percer et donc d’étendre l’infection sera d’autant moins forte 😉.

 

C’est aussi plus respectueux de votre épiderme. Les actifs les plus efficaces ne sont pas forcément indiqués pour répondre au besoin essentiel d’une peau submergée par son sébum : la douceur. Un exemple ? Les actifs astringents, précieux contre les boutons mais desséchants. D’autant que, même si les peaux grasses y sont plus sujettes, tous les épidermes peuvent connaître un emballement de leur production de sébum et une acné kystique. Des cosmétiques inadaptés peuvent même provoquer une acné sur une peau pas du tout grasse de nature… Evitons de créer des difficultés supplémentaires à un épiderme qui a déjà beaucoup à faire !

 

Enfin, c’est anti-gaspi et plus économique : pourquoi appliquer ces précieux actifs sur de grandes zones qui n’en ont aucunement besoin ?

 

2. Quel traitement localisé contre mes boutons ?

 

Vous pouvez utiliser une goutte d’huile essentielle pure, directement sur le bouton : Tea Tree ou Lavande. Le problème : elles peuvent être irritantes voire allergisantes sur la durée. Le mieux ? Jouer sur les synergies pour non seulement gommer ces effets indésirables mais aussi décupler leurs effets. 

 

Apaiser, soulager, désinfecter et cicatriser en un geste, c’est la mission de notre Spot off : ultraconcentré, ses 48 plantes bio purifiantes sont redoutables pour accélérer la résorption des boutons. Lavande et Tea Tree y sont bien présentes, accompagnées d’autres actifs cicatrisants et anti-inflammatoires comme l’huile essentielle d’Hélichryse. Les argiles blanche et jaune, purifiantes, matifiantes, astringentes, detox et même légèrement exfoliantes. Ou encore le Thé Vert, puissant antibactérien pour traiter l’infection, l’Hamamélis régulatrice de sébum, l’Achillée millefeuille, l’Epilobe et l’Ylang-Ylang séborégulateurs et cicatrisants…

 

Son utilisation ? Matin et/ou soir, sur chaque bouton, après votre hydratant. Mais aussi dès que vous sentez l’apparition imminente d’un bouton : un traitement précoce évite d’autant mieux les complications. 

 

Lutter contre l’acné : un marathon

 

Avec l’acné kystique, vous n’êtes pas seulement engagé.e dans une course contre la montre : ces actions coups de poing sont essentielles mais non suffisantes. Garder votre peau saine au quotidien, sur la durée, est la meilleure façon de remporter durablement le combat ! 

 

1. Une routine cosmétique rigoureuse

 

Votre routine quotidienne doit prévenir autant que possible l’apparition d’imperfections, même mineures, susceptibles de créer une acné kystique.

 

  • Eviter l’encrassement des pores 

 

Une règle d’or : toxines, bactéries et cellules mortes ne doivent pas s’accumuler sur votre épiderme. Mais hors de question de récurer, frotter à outrance : votre peau agressée se défendrait en surgraissant et les gommages excessifs irritent et aggravent l’acné kystique. 

 

Votre épiderme doit être nettoyé rigoureusement mais en douceur, sans frotter, matin et soir, avec un nettoyant visage purifiant et régulateur. Impérativement sans sulfates : irritants, ils entretiennent l’acné. Notre Gentle Angel est idéal pour nettoyer sans dessécher les peaux à imperfections. Un pschitt d’hydrolats par-dessus renforce son action : Menthe, Citron, Rose ou Mélisse régulent, purifient, apaisent. Pour le corps, vous pouvez utiliser Gentle Angel sur les zones à risque, mais un bon savon saponifié à froid est hyper efficace tout en renforçant votre film hydrolipidique.

 

  • Réguler le sébum

 

Car pour s’apaiser et se réguler, tout épiderme a besoin d’être nourri. Même s’il est gras, ne cherchez surtout à l’assécher : il se sentirait agressé et mobiliserait son sébum en défense. Au contraire, offrez-lui du bon gras, non comédogène, afin de renforcer son film protecteur : des huiles végétales. Le Jojoba, très proche du sébum, est un très bon régulateur pour toutes les peaux. Vous le retrouvez dans notre Check Matte, toute indiquée pour réguler les peaux acnéiques. Mais pas de conclusion hâtive : faites votre diagnostic afin de toujours choisir un soin hydratant adapté aux besoins ET à la nature de votre épiderme, au risque d’être contreproductif. 

 

  • Intégrez à votre routine un soin préventif ciblé 

 

Vous décuplerez l’action de votre soin hydratant avec notre sérum anti-imperfections Game Over. Sur tout le visage ou sur les zones sujettes à imperfections, en routine quotidienne ou lorsque vous anticipez un tsunami séborrhéique. Les empêcher d’apparaître reste la meilleure façon d’éviter que vos imperfections ne se transforment en acné kystique !

 

  • Attention au maquillage

 

Résistez à la tentation du camouflage à outrance : votre peau a besoin de respirer. Oubliez les fonds de teint occlusifs bourrés de composants pétrochimiques et passez à un maquillage bio léger, à base de poudre minérale : oxyde de zinc anti-inflammatoire, Kaolin sébo-régulateur… Du deux en un ! Surtout, n’allez jamais au lit sans un démaquillage parfait.

 

2. Une hygiène de vie anti-acné kystique

 

Enfin, de bonnes résolutions au quotidien peuvent tout changer. 

Revoyez le contenu de votre assiette : il n’est pas établi que notre alimentation provoque l’acné mais on sait qu’elle peut l’entretenir voire l’aggraver. Attention à tout ce qui impacte le taux d’insuline et entretient les inflammations : mollo sur le chocolat, les produits laitiers, sucres raffinés, acides gras saturés, alcool, café. Notre peau est un organe émonctoire important : quand le foie ou les intestins sont surbookés elle prend le relais… et trinque ! Pour les aider, pas de restriction sur les fibres et vitamines des fruits et légumes frais bio. Et buvez beaucoup d’eau tout au long de la journée.

 

Respirez et reposez-vous ! Manque de sommeil et stress ne causent pas non plus d’acné mais favorisent une peau plus grasse. Méfiance avec le soleil qui épaissit la peau. Enfin, soyez intraitable avec l’hygiène : changez au moins chaque semaine les nids à bactéries que sont draps, taies d’oreiller, serviettes de toilette. Et, bien sûr, mais c’est forcément plus que jamais déjà le cas : lavez-vous les mains ! 

 

Lutter contre l’acné kystique n’est pas des plus simples, et chaque geste compte : une acné légère négligée peut vite dégénérer en acné kystique. Conjuguez réactivité et patience, soins costauds et douceur. Autant de défis qu’une cosmétique réellement naturelle vous aidera à relever haut la main.

 

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *