cire-de-carnauba

Cire de Carnauba : alternative écolo aux huiles minérales et à la cire d’abeille

Par le 20 mai 2020

Modifié le 13 mai 2020

La cire de Carnauba, ou Copernicia cerifera Wax, cela ne vous dit rien ? Elle est en effet un ingrédient cosmétique plutôt méconnu, issu d’un palmier du Brésil. Mais attention, rien à voir avec l’huile de Palme, bien au contraire ! La cire de Carnauba est un top ingrédient, naturel, bénéfique et écologique. Envie d’en savoir plus ? Suivez le guide.

 

Des cires dans mes cosmétiques : mais pour quoi faire ? 

 

Quand vous entendez cire, vous pensez certainement plus spontanément bougies, entretien du bois ou fartage que cosmétique. Épilation mise à part, peut-être. Pourtant, les cires sont très courantes dans les cosmétiques, et souvent irremplaçables ! Pourquoi ? Pour leurs propriétés inimitables. 

 

Animales, végétales, minérales : il existe des cires très différentes. Mais toutes ont en commun une texture spécifique et de très bonnes qualités de résistance à la chaleur : elles restent malléables mais solides en-dessous d’une certaine température, généralement élevée, appelée point de fusion. On les utilise pour stabiliser, lier, ajuster la viscosité, épaissir des émulsions. C’est généralement grâce à elles que, selon leur dosage, vos crèmes sont douces, onctueuses ou cireuses. Ou que vos cosmétiques en sticks sont à la fois suffisamment solides, faciles à étaler et offrent une tenue longue durée. Même quand il fait chaud. Rouges à lèvres, crayons à maquillage, fonds de teint compacts, baumes font rarement l’impasse sur les cires. Enfin, elles ont un pouvoir filmogène : elle forment un film protecteur sur la peau, adoucissant et lissant, qui peut retenir l’hydratation. 

Mais toutes les cires ne se valent pas.

 

Cires animales : un problème éthique

 

Jusqu’à l’interdiction de la chasse à la baleine, la cire la plus utilisée en cosmétique était le spermaceti, une substance sécrété dans la tête des cachalots. Au prix d’une quasi extinction de l’espèce, éthiquement (et écologiquement!) insoutenable aujourd’hui.

 

Pourtant, la cosmétique utilise toujours des ingrédients liés à l’exploitation animale. Cela choque moins que lorsqu’il est question de mise à mort de mammifères, mais la cire d’abeille, sécrétée par les abeilles à miel pour construire leurs ruches, en fait partie. 

 

Cette Cera alba ou Cera Flava, la plus utilisée des cires naturelles depuis des millénaires, a bien des atouts : vraiment naturelle quand elle est de qualité, une agréable odeur de miel et de vrais bénéfices pour la peau. Filmogène sans être comédogène, émolliente et riche en vitamine A, anti-inflammatoire et assainissante, cicatrisante… Pour la récupérer, on fait fondre à l’eau chaude les alvéoles abandonnées par les abeilles en fin de saison, sans destruction des alvéoles non usagées. 

 

Un procédé doux et écologique… mais insuffisant pour répondre aux critères végans. Prélever et utiliser la cire produite par les abeilles reste une exploitation animale. Logiquement, malgré toutes ses qualités, le recours à la cire d’abeille est exclu pour nous : particulièrement soucieux du bien-être animal, tous nos soins oOlution sont certifiés cruelty-free et vegan par la PETA.

 

Restent donc deux solutions : les cires minérales, de loin les plus courantes en cosmétique, ou les cires végétales. Chez oOlution, c’est sans hésiter que nous avons choisi la cire végétale de Carnauba. Par conviction écologique, mais pas seulement.

 

La cire de Carnauba : un choix écologique

 

  • Les cires minérales : carton rouge environnemental ! 

 

Les cires minérales comme la paraffine solide ou la cire microcristalline sont issues du pétrole. Très résistantes à l’oxydation, très bon marché, elles ont vite séduit les industriels. Un indéniable progrès pour les cachalots, certes, mais à quel prix ? Avec les cires minérales, nous nous tartinons d’hydrocarbures (miam) et nous polluons tout au long de leur cycle de vie : extraction problématique, utilisation de ressources non renouvelables, rejet dans les eaux alors qu’elles ne sont pas biodégradables. Mettons dans le même panier les synthétiques cires de silicones (diméthicone, notamment), tout aussi polluantes à produire, et qui participent à un désastre écologique : les catastrophiques microplastiques… 

 

D’ailleurs, tous les labels bio excluent les cires minérales comme synthétiques. 

 

  • La cire de Carnauba : une exploitation écologique et durable

 

Côté cire de Carnauba, c’est une toute autre histoire. L’arbre dont elle est issue, le Copernica Cerifera, est un palmier du nord-est du Brésil aux feuilles incroyables : mesurant jusqu’à deux mètres de diamètre, elles sécrètent une substance fabuleuse. Une poudre cireuse qui les protège de la déshydratation, même sous d’intenses chaleurs. Récoltée par simple battage manuel des feuilles séchées quelques jours au soleil, elle est simplement fondue avec de l’eau chaude, centrifugée puis filtrée de ses impuretés. Et voilà notre cire de Carnauba, parfaitement naturelle et biodégradable.

 

Une production naturelle mais aussi un débouché économique pour les populations locales, particulièrement respectueux des écosystèmes. Ni coupe d’arbre ni rendement forcé à renfort de produits phyto-sanitaires : le Copernica Cerifera pousse naturellement. Inutile de déboiser des forêts primaires pour laisser la place à de grandes palmeraies artificielles. Mieux : ce sont les forêts elles-mêmes qui deviennent une ressource précieuse à préserver ! Une logique bien éloignée de cette de l’huile de palme, fléau des forêts indonésiennes. Et le Brésil n’est pas en reste : palme, également, mais aussi soja, élevage bovin, infrastructures de tourisme… dévorent quotidiennement des hectares du poumon vert amazonien. 

 

Écologique, très similaire à la cire d’abeille mais végane, la cire de Carnauba a tout bon !

 

La cire de Carnauba, un ingrédient cosmétique de choix

 

La question écologique disqualifie d’office les cires minérales. Mais opter pour la cire de Carnauba n’est pas seulement une bonne action éco-friendly : elle est un ingrédient très intéressant pour formuler des cosmétiques sains et naturels de qualité.

 

  • Cires pétrochimiques et synthétiques : on passe notre chemin 

 

Si aucune toxicité n’a été démontrée pour les cires minérales utilisées en cosmétique, elles ne sont pas franchement recommandables pour notre épiderme. Occlusives, comédogènes : inutile de préciser que les peaux grasses ne les apprécient guère. Mais les peaux fragiles qu’elles irritent non plus ! Pour les peaux sèches, c’est encore pire. La couche étanche que les cires minérales déposent sur l’épiderme lui donnent une sensation de confort immédiat. Superficielle, éphémère et contre-productive : en-dessous, la peau, privée de l’humidité de l’air et de vrais actifs, dépérit et ne peut plus se passer de sa béquille minérale. Vos lèvres qui se craquellent sans leurs 10 doses quotidiennes de stick pétrochimique ? La faute aux cires et huiles minérales (pour creuser la question : Huiles minérales en cosmétique : pas de pétrole sur ma peau !). Bien sûr, les cires de silicones ne sont pas plus bénéfiques pour l’épiderme. Attention également au greenwashing, très courant : des pseudos cires végétales mises en avant sur un packaging qui ne sont en réalité qu’un mélange d’huiles hydrogénées dépourvues de toute vertu. Seule la mention INCI wax ou cera vous garantit la présence de cire naturelle dans votre cosmétique.

 

Cire de Carnauba : additif mais aussi actif 

 

Avec la cire de Carnauba, aucun danger pour la santé : pas de risque d’irritation ou d’allergie, zéro toxine à l’horizon. Elle est d’ailleurs utilisée pour l’enrobage de médicaments et autorisée en alimentaire.

 

Cire à haut point de fusion (environ 85°C), à très fort pouvoir filmogène, plus résistante des cires végétales, elle est au top pour formuler sticks ou baumes. Elle les solidifie tout en maintenant une humidité et permet d’éviter toute sensation collante sur la peau. 

 

Mais utiliser la cire de Carnauba uniquement comme agent de texture ou de brillance serait vraiment dommage. Avec ses esters cireux, ses acides et alcools gras, ses résines, d’odeur neutre, la cire de Carnauba a un fort pouvoir émollient et protège efficacement l’épiderme sans l’obstruer. Le film qu’elle dépose sur la peau est à la fois très protecteur, résistant à l’eau mais léger et non comédogène. Enfin, elle est particulièrement riche en antioxydants. On est loin du simple additif ! Et toutes les peaux l’apprécient : les peaux grasses pour son action antibactérienne, adoucissante et lissante, sans boucher les pores. Mais surtout, évidemment, les épidermes fragiles, sensibles et même irrités. 

 

Le top, pour les baumes à lèvres naturels. Et, bien sûr, pour nos aisselles dont l’épiderme, entre transpiration et épilation, est mis à rude épreuve. La cire de Carnauba est sans équivalent pour formuler un déodorant baume en stick, la galénique la plus recommandée pour la peau. Alors quand nous avons formulé notre déodorant Keep Cool, solide et doux pour la peau, 100% naturel, c’est sans hésiter que nous avons opté pour la cire de Carnauba. Elle contribue à lui donner sa texture agréable, sa tenue et sa douceur pour la peau. Bref à en faire bien plus qu’un simple moyen de lutter contre les odeurs de sueur.

 

Totalement en phase avec nos valeurs et nos exigences, la cire de Carnauba est LA cire végétale qui coche toutes les cases pour la peau, la santé, l’environnement. Un véritable coup de cœur ! 

 

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Ce article est également disponible en anglais.

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *