cosmétique-naturelle-img

Naturel et d’origine naturelle, quelle différence ?

Par le 25 mars 2020

Modifié le 24 mars 2020

La cosmétique naturelle a le vent en poupe et on ne va pas s’en plaindre ! Mais, entre nuances parfois subtiles et confusions savamment entretenues par le greenwashing, pas toujours facile de comprendre à quoi on a affaire. Connaissez-vous, notamment, la différence entre un ingrédient naturel et un ingrédient d’origine naturelle ? On pourrait penser que c’est du pareil au même : après tout, les deux viennent de la nature, non ? En réalité, la différence peut être de taille… ou pas ! 

 

Ni définition officielle ni label

 

Déjà, il n’existe ni définition légale, ou au moins officielle, ni label ou organisme de contrôle en naturalité. Les labels bios ? Bio et naturel ne sont pas synonymes : un ingrédient bio est forcément naturel mais un ingrédient naturel n’est pas forcément bio. Et un cosmétique bio ne contient pas forcément uniquement des ingrédients naturels (vous suivez toujours?). 

 

Dernière tentative en date, on vous en parlait récemment : la norme ISO 16128. Son objectif : définir internationalement ce qu’est un cosmétique ou un ingrédient naturel / d’origine naturelle / bio. Une ambition louable… qui a fait pschitt ! Avec pour résultat une norme faite sur mesure pour verdir les cosmétiques conventionnels. Un joli hold-up des industriels sur le marché de la cosmétique naturelle. Pour en savoir plus sur cette tromperie : Norme cosmétique naturelle, véritable assurance ou mensonge ? 

 

Aujourd’hui, rien ne réglemente l’appellation naturel et aucune obligation – notamment en termes de traçabilité – ne s’impose à un fabricant qui a décidé d’en apposer la mention sur son cosmétique. On se contente de faire confiance à sa bonne foi. Hum ! Évidemment, ceux qui sont aussi près de la cosmétique naturelle que les fast-foods industriels de la haute gastronomie en usent et en abusent. Des enrichi en extraits naturels de … ou XX% d’origine naturelle … fleurissent sans réel garde-fou. 

 

Naturel, origine naturelle ou synthétique ?

 

Alors, comment les définir ? 

Par la négative : ni les ingrédients naturels ni les ingrédients d’origine naturelle ne sont synthétiques. Ceux-là sont toujours issus de la chimie lourde, ils n’existent pas dans la nature : leurs molécules sont fabriquées artificiellement. 

Par leur point commun, ensuite : les ingrédients naturels et d’origine naturelle doivent être issus de la nature. Végétaux (les plus nombreux et intéressants), minéraux, animaux répondent à ce critère. 

 

Enfin, par ce qui les différencie : un ingrédient naturel conserve ses propriétés et caractéristiques brutes alors qu’un ingrédient d’origine naturelle a subi des transformations dans sa structure chimique. Et ça peut changer beaucoup de choses ! 

 

Les ingrédients naturels sont vivants, riches en précieux nutriments, et c’est ce qui en fait de puissants actifs. S’ils doivent être extraits (à partir de feuilles, de graines, de noix…), des procédés exclusivement physiques, mécaniques permettent de le faire sans les altérer : distillation par entraînement à la vapeur d’eau pour les hydrolats ou les huiles essentielles, pression à froid pour les huiles végétales, tamisage pour des extraits de plantes… C’est en étant pressée à froid que l’huile d’Argan peut être si réparatrice, régénératrice et antioxydante : elle conserve quasiment intacte l’exceptionnelle teneur en acides gras insaturés, vitamine E et stérols des noyaux de l’arganier. 

 

Les ingrédients d’origine naturelle, eux, ont subi une transformation chimique. Soit parce qu’ils ne peuvent être utilisés à l’état brut soit pour modifier leurs caractéristiques. Évidemment, ils en perdent un certain nombre dans l’opération. L’exemple le plus parlant ? Les huiles végétales estérifiées ou hydrogénées. Elles ont beau être issues des même plantes que les fabuleuses huiles végétales, les traitements pétrochimiques, les solvants ou le chauffage à très haute température qu’elles ont subis les ont délestées de tous leurs précieux acides gras ou vitamines. L’objectif ? Améliorer les rendements et leur conservation, modifier leur texture, leur couleur ou leur odeur pour les intégrer plus facilement dans les cosmétiques. Des impératifs économiques pour un résultat polluant sans aucun intérêt pour votre peau : ces huiles ne sont que des ingrédients de remplissage totalement inertes. Et pourtant bien trop courants dans des cosmétiques se revendiquant naturels et même labellisés bio.

 

Naturel = forcément meilleur ? 

 

Alors, pour notre épiderme comme pour la planète, il faudrait n’utiliser que des ingrédients naturels ? Ça n’est évidemment pas si simple. 

Déjà, chimique n’est synonyme ni de synthétique ni de néfaste : la nature est pleine de réactions chimiques. Tout est chimique autour de nous ! Un composant d’origine naturelle peut être obtenu via des solvants pétrochimiques, polluants, irritants, toxiques. Oui. Mais il existe aussi une chimie verte. 

 

Ses principes : exclure tout procédé néfaste pour l’environnement, tout recours à des ressources non renouvelables aux effets au mieux controversés sur notre santé, économiser l’énergie au maximum, ne pas produire de déchets polluants. Ses procédés ? L’estérification, la saponification, la fermentation, l’hydrolyse, l’échange ionique, la neutralisation. 

Avec la chimie verte, on peut fabriquer ou extraire des molécules en utilisant des végétaux (amidon, algues, paille, oléagineux…) ou des minéraux (soude…) au lieu d’hydrocarbures et produire des ingrédients que l’on ne trouve pas tels quels dans la nature. En cosmétique naturelle et/ou bio, ce sont des tensio-actifs, généralement doux et respectueux de l’épiderme : les savons saponifiés à froid qui sont ce qu’on fait de mieux pour se laver en sont un excellent exemple. Elle permet aussi d’obtenir les ingrédients nécessaires pour conserver, stabiliser et maintenir l’homogénéité des cosmétiques qui contiennent de l’eau, très vulnérables aux contaminations. La fermentation de radis donne un conservateur antibactérien, l’estérification de l’huile de Coco permet d’obtenir du Gycéryl Caprylate émulsifiant…

 

Ces ingrédients d’origine naturelle peuvent, bien que non labellisables, être issus de l’agriculture biologique ou de cueillette durable. Ils sont alors écologiques, respectueux de notre environnement, de notre organisme et de notre peau. En un mot, parfaitement recommandables.

 

A contrario, un ingrédient naturel peut contenir des substance chimiques synthétiques du fait de son mode de culture à base de pesticides, d’ engrais, d’OGM, sur des terrains contaminés : coucou métaux lourds, perturbateurs endocriniens et autres joyeusetés. Il peut également participer à des ravages environnementaux comme la fameuse huile de palme. Enfin, pour notre santé comme pour notre épiderme, naturel ne veut pas dire sans danger : certains actifs naturels sont cancérigènes, perturbateurs endocriniens… Les sels d’aluminium des déodorants, même naturels sont un exemple parmi d’autres. Aïe, ça n’était déjà pas simple, mais ça se complique !

 

Comment vérifier la naturalité de mes cosmétiques ? 

 

Aujourd’hui un cosmétique peut se revendiquer naturel sans contenir un pourcentage minimal d’ingrédients naturels. Mais aussi sans transparence sur ses ingrédients et aucune obligation quant à leur provenance et leurs procédés de fabrication. Pire, la norme ISO 16128 a même facilité les choses en offrant un paravent prestigieux au greenwashing ! Et les industriels ne manquent pas d’inventivité et surtout d’audace. L’eau est naturelle, certes. Mais la prendre en compte comme argument de naturalité dans un cosmétique qui en contient 60% ? Sérieusement ? 

 

La difficulté est notamment de s’assurer des modes de production des ingrédients d’origine naturelle. Nature et Progrès, à nos yeux le plus exigent des labels bio bien qu’en-deçà des normes que nous nous appliquons volontairement, a un intérêt majeur : il dresse une liste des modes de transformations acceptables. Mais il n’interdit vraiment que les procédés les plus lourds. Et c’est bien le problème : savoir où placer le curseur. Quid de la sulfatation ? Elle permet d’obtenir, à partir d’huile de ricin, un tensio-actif émulsifiant d’origine naturelle, certes, mais irritant. De même, comment considérer les procédés tels que l’hydrogénation qui a parfois recours à des métaux lourds ?

Bref, on en revient toujours à la même conclusion : méfiance face aux slogans marketings. Pour chaque ingrédient, posez-vous ces questions : 

  • est-il naturel ou d’origine naturelle ? 
  • s’il est naturel, est-il issu de l’agriculture bio ou de cueillette durable ?
  • s’il est d’origine naturelle, comment est-il obtenu, avec quels procédés ? Sont-ils respectueux de ma santé, de l’environnement ? Dans quelle mesure altèrent-ils les qualités de la matière première ? L’ingrédient obtenu est-il recommandable et bénéfique pour ma peau et ma santé ? 

 

Pas toujours simple d’être un consomm’acteur éclairé ! Les éléments auxquels se fier ? La liste INCI, les chartes, les marques transparentes sur leur cahier des charges et l’origine de leurs ingrédients. Et si des informations manquent, demandez-les. Chez oOlution, nous n’utilisons que des ingrédients bio ou issus de cueillette durable naturels ou, pour nos conservateurs et stabilisateurs, d’origine naturelle. Tous sont obtenus par chimie verte, sans aucun recours à l’huile de palme hélas trop souvent utilisée en chimie verte. Transparents jusqu’au bout, nous vous permettons de les identifier en un clin d’œil sur la fiche produit de chacun de nos soins. Un doute ? Nous nous ferons un plaisir de répondre à toutes vos questions !

 

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Ce article est également disponible en anglais.

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *