pierre-dalun

Pour ou contre la pierre d’Alun ?

Par le 05 novembre 2019

La pierre d’Alun est souvent citée comme une alternative saine aux déodorants conventionnels bourrés de sels d’aluminium. Résultat d’un plan de communication efficace ou réalité ? Et si tout ne sentait pas si bon, du côté des pierres d’Alun ? Avant de leur confier nos aisselles, prenons le temps d’y regarder de plus près.

La pierre d’Alun, le déodorant parfait ?

La pierre d’Alun a un nom vraiment rassurant, vous ne trouvez pas ? Il sonne VRAIMENT naturel, ne semble faire référence à aucune substance controversée. On comprend qu’elle ait été le refuge de nos aisselles lorsque les effets néfastes des déodorants conventionnels ont été médiatisés.

Effectivement, la pierre d’Alun est d’origine minérale. Et elle a de sacrés atouts pour notre lutte contre les auréoles et les odeurs indésirables. Niveau efficacité, elle est au top : antiseptique contre les bactéries odorantes, légèrement astringente pour réguler en douceur sans la bloquer la transpiration excessive, elle reste efficace plusieurs heures. Même avec des températures élevées. Elle irrite rarement, ne provoque aucune allergie. Inodore, elle ne laisse aucune trace sur les vêtements et est hyper simple d’utilisation : on l’applique humidifiée sous les aisselles et c’est tout. Côté pratique, elle s’emporte facilement partout et passe les contrôles aériens. Et on trouvera difficilement plus développement durable : une seule pierre, qui n’a pas vraiment besoin de packaging, dure des années. Cerise sur la gâteau, elle est plutôt esthétique dans la salle de bain, avec ses faux airs de cristal. On frôle la perfection !

Une pierre pas si naturelle…

Vous êtes déjà en train d’enfiler vos chaussures de marche pour aller ramasser votre futur déodorant dans la montagne ? Pas si vite ! Son nom est trompeur : la pierre d’Alun n’existe en pas à l’état brut dans la nature. Pas si naturel que ça, notre déodorant miracle… On est même à la limite du greenwashing.

En réalité, on trouve dans le commerce 2 types de pierres d’Alun. Des pierres 100% synthétiques, fabriquées de A à Z à partir d’Ammonium Alum ou même de Sulfate d’Ammonium de synthèse, sous-produit de l’industrie chimique du nylon. On est loin de notre rêve de pierre ramassée au bord du chemin. Et ce sont elles que l’on trouve généralement dans les composants des déodorants à base de pierre d’Alun. Des anti-transpirants, en fait. Ce qu’est la pierre d’Alun… et qui n’est pas recommandé pour notre bonne santé (pour en savoir plus : Anti-transpirants et déodorants : quelle différence ?).

Mais la pierre d’Alun présentée comme naturelle ne l’est pas non plus réellement. Pour les fabriquer, on extrait de mines, notamment en Chine où elles sont souvent socialement et écologiquement désastreuses, des roches riches en Potassium d’Alum : bauxite, Alum-K, kalunite, alunite. Ensuite plusieurs traitements chimiques permettent d’extraire, purifier puis recristalliser leurs cristaux d’Alun : chauffage plusieurs jours à très haute température pour les débarrasser de leur impuretés, maintien plusieurs mois dans l’eau pour les rendre poreuses puis filtration des cristaux qui sont ensuite taillés et polis. Un écobilan bien moins réjouissant !

Pour savoir à laquelle vous avez affaire : les pierres dites naturelles sont appelées Potassium Alum. Elles sont plus translucides que les pierres de synthèse identifiées, elles, par l’appellation INCI Ammonium Alum ou Aluminium Alum. Plus une pierre d’Alun est blanche et plus elle est synthétique

Pierres d’Alun : toutes bonnes à jeter ?

En réalité, synthétique ou pseudo naturelle, cela importe peu. Toutes les pierres d’Alun ont un vice caché : l’aluminium. D’où vient d’ailleurs le terme Alun. Eh oui, le tableau était trop beau pour être vrai : le miracle de la pierre d’Alun est imputable aux sels d’aluminium… Oups ! Elle qui était justement présentée comme une alternative aux antitranspirants et déodorants conventionnels, c’est raté. Le problème, avec les sels d’aluminium ? Ils sont soupçonnés de favoriser cancers du sein, troubles hormonaux, maladies dégénératives, anémies… (pour en savoir plus : Déodorant aux actifs naturels, efficaces et sans danger : comment éviter les sels d’aluminium ?). Ça commence à ne vraiment plus sentir très bon du côté de notre déodorant idéal…

Que l’on utilise une pierre 100% synthétique ou plus naturelle, de l’aluminium est toujours déposé à la surface de notre peau. Une nuance, cependant : l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé recommande sans équivoque d’éviter les pierres d’Alun de synthèse. Mais les pierres plus naturelles ne présenteraient pas les mêmes risques : la nocivité de leurs sels d’aluminium n’a en tout cas pas été démontrée. Les fabricants soulignent que le taux d’aluminium réellement déposé sur la peau est en-deçà des limites conseillées et que le Potassium Alum n’est pas absorbé par la peau en raison de sa structure moléculaire et de sa charge ionique négative… tout en recommandant de ne pas les utiliser quand la peau est très perméable, après rasage, épilation ou en cas de lésions. Hum.

Que faire, alors ? Face à un déodorant conventionnel plein de sels d’aluminium, de conservateurs et parfums synthétiques, on préférera bien sûr se tourner vers une pierre d’Alun dite « naturelle ». Mais par principe de précaution, nous vous conseillons de faire une croix sur TOUTES les pierres d’Alun. Encore plus pendant la grossesse ou en cas d’insuffisance rénale. S’il s’avérait que l’aluminium pénétrait effectivement notre organisme, les doses ingérées ne seraient pas énorme, certes. Mais quotidiennes. Et sur une zone où l’épiderme est particulièrement fin et perméable. Et s’ajoutant encore à quantité d’autres sources d’aluminium, quotidiennes elles aussi, via notre alimentation, notamment.

Bref, autant ne pas en ajouter quand on a le choix. Et c’est d’autant plus facile que des solutions déodorantes naturelles, efficaces et sans danger existent. Des aisselles au naturel, sans odeurs et sans sels d’aluminium, oui, c’est possible !

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *