gommage

Gommage visage : attention danger !

Par le 20 septembre 2019

Teint terne, peau rêche, pores bouchés : vous vous dites qu’il serait temps de programmer un bon gommage ? Attention ! Loin du geste beauté incontournable mis en avant par les journaux féminins, le gommage du visage peut être tout à fait néfaste… Faisons le point.

 

Qu’est-ce qu’un gommage ?

 

Le gommage serait le secret d’un épiderme de velours au renouvellement cellulaire boosté pour un effet peau neuve. Sacré programme ! Mais comment ? En mettant son grain de sel dans un processus naturel : le renouvellement cellulaire de la peau.

Oui, notre peau se renouvelle en permanence. Les chargés de mission ? Les kératinocytes. Des cellules qui naissent non-stop dans les couches profondes de l’épiderme puis accèdent en 30 jours aux couches supérieures. Là, elles deviennent des cornéocytes, des cellules mortes remplies de kératine. Elles forment alors la couche cornée qui protège notre épiderme des agressions et UV et le rend imperméable. Enfin, elles se détachent, -elles desquament-, avant d’être remplacées par d’autres, arrivées à leur tour des couches profondes. Un adulte perd environ 10 g de peau morte par jour, aussitôt renouvelés. Fascinant, non ?

Mais le processus de desquamation est parfois perturbé. Fatigue, froid, pollution, hormones… : les cellules mortes s’accumulent à la surface de la peau avec les excès de sébum, des impuretés et bactéries. Résultat : une peau épaissie, terne et une ribambelle d’imperfections qui s’invitent sur notre visage. Le rôle du gommage ? Éviter ou surmonter tout ça en éliminant en profondeur les peaux mortes et leurs complices afin de désincruster les pores.

Pour réaliser ce grand ménage, 2 grandes techniques : mécanique ou chimique. Dans les deux cas, le gommage est un geste simple, rapide mais loin d’être inoffensif. S’attaquer à la couche cornée peut exposer et fragiliser l’épiderme. Prudence… tout particulièrement avec certains gommages.

 

Gommage mécanique : pourquoi tant de violence ?

 

Les gommages mécaniques peuvent passer pour les plus naturels, simples et sains. Ils sont surtout les plus problématiques pour le visage.

Ils consistent à masser l’épiderme avec un produit ou un accessoire à texture granuleuse afin de décoller cellules mortes et impuretés, tout en activant la micro-circulation. Du coup, nul besoin de produit complexe hors de prix. Gant ou éponge exfoliants, sucre, sable, sel, noyaux broyés ou poudres minérales font l’affaire. (Mais attention : si les micro-billes de polyéthylène -perturbateurs endocriniens dévastateurs pour les fonds marins- sont désormais interdites, tous les gommages mécaniques du commerce ne sont pas exempts d’ingrédients synthétiques dangereux…)

Cet avantage apparent est annihilé par leur mode d’action. Réaliser un gommage mécanique revient littéralement à user la couche cornée avec un abrasif afin de l’affiner. Ouch ! Et franchement, réussir à exfolier avec efficacité tout en restant suffisamment doux relève de l’exploit. Grisé par la sensation de propre, on se retrouve vite à décaper son film hydrolipidique, laissant la peau à nu, totalement vulnérable. Voire pire.

Si vous avez une peau sensible, les gommages mécaniques vous irritent, entraînent rougeurs, sensations d’inconfort et de tiraillement voire des micro-blessures : votre peau n’en veut pas ! Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, les peaux grasses les détestent tout autant. Un gommage mécanique excite les glandes sébacées qui se mobilisent pour sauver leur épiderme fragilisé en reconstituant un film hydrolipidique plus costaud. Traduction : la peau surgraisse, finit par étouffer.  Quant aux peaux sujettes aux imperfections, attention danger : les frottements irritent les lésions, les rendent plus visibles et exposent aux surinfections, avec propagation des bactéries et multiplication des boutons. On est loin du résultat escompté !

Le gommage à grains est même capable de fragiliser tous les types d’épidermes et d’installer une acné mécanique. Votre peau est une costaude qui apprécie vos récurages réguliers ? Prudence… C’est parfois après plusieurs gommages auxquels il a vaillamment résisté que l’épiderme finit par craquer et ne plus rien supporter, pas même votre crème hydratante.

Notre conseil : Autant passer votre peau au papier de verre…Bref, on fait une croix définitive sur le gommage mécanique du visage.

 

Les gommages chimiques « moins pires » ?

 

Alors, quid des gommages chimiques ? Avant tout, pas de panique : chimique n’est pas synonyme de synthétique, polluant, dangereux. La nature est pleine de réactions chimiques ! Avec ces gommages, nul besoin de frotter et aucun grain abrasif à l’horizon. Le produit travaille tout seul grâce à des actifs -acides ou enzymes-, capables d’accélérer la desquamation de la peau. Appliquez, laissez agir, rincez : les cellules mortes et impuretés sont éliminées de la surface de la peau par réaction chimique. La solution pour un gommage respectueux de la peau ? Pas si simple…

 

Les acides : pas sans dangers

 

Très à la mode, les gommages aux acides peuvent se réaliser chez un dermatologue ou à la maison. Leurs actifs ? Des acides aux propriétés exfoliantes, notamment les AHA (Alpha Hydroxy Acides), naturellement présents dans les sucres des fruits (raisin, betterave, tomates, myrtilles, agrumes, pomme…). Bien souvent, cependant, les produits cosmétiques ont recours à des acides synthétiques.

Ces acides sont capables de décoller la couche cornée de la peau et grignoter les cellules mortes. Autrement dit de provoquer la desquamation et éliminer la couche la plus superficielle de l’épiderme. D’ailleurs ils sont également appelés peeling : épluchage en anglais… (on est d’accord, cela n’est pas très engageant !). Efficaces, ils sont capables de lisser les ridules, estomper les taches, éclaircir le teint.

Le souci ? Ces actifs puissants sont potentiellement corrosifs, avec des effets secondaires importants : irritations, gonflements, peau qui pèle, rougeurs voire brûlures, selon la nature et la concentration en acides du produit, le temps de pose. En France, la législation interdit les produits à plus de 15% d’acides de fruits hors cabinet médical… au risque d’avoir plus d’effets secondaires que d’actions réelles. Et attention aux produits étrangers achetés sur le net…

Trouver le bon équilibre efficacité – tolérance est difficile et spécifique à chaque peau. Et on ne peut réellement savoir si on les tolère avant de les avoirs testés… Ces gommages trop agressifs sont dans tous les cas à proscrire pour les peaux sèches et sensibles ayant tendance aux rougeurs. Mais aussi pour certains phototypes : photosensibilisants, ils peuvent provoquer des taches sur les épidermes foncés. Pour tous, il est indispensable de se protéger soigneusement du soleil après un gommage aux acides. Et de ne pas les utiliser trop fréquemment : votre peau a besoin de temps pour reconstituer une solide couche cornée…

Notre conseil : A bannir pour les peaux sensibles et foncées, à manier avec prudence pour toutes les autres.

 

Les enzymes : pourquoi pas… avec modération

 

Les gommages enzymatiques, plus récents, sont finalement les seuls que nous pouvons recommander… à condition d’y recourir avec modération.

Les enzymes sont des protéines naturellement présentes dans notre organisme, aux propriétés catalytiques : elles  facilitent et accélèrent les réactions chimiques. Certaines interviennent dans la digestion, d’autres dans … la desquamation. Tiens, tiens ! Les gommages aux enzymes reproduisent ce processus naturel. Ils sont d’ailleurs parfois appelés « gommage biologique ». Leurs agents exfoliants ? Des enzymes végétaux issus de fruits (papaye, ananas, abricot, kiwi, figue…) ou de levures, capables de dissoudre la kératine qui structure les peaux mortes de la couche cornée. Résultat : les cellules mortes se désolidarisent de la peau puis sont éliminées par simple rinçage, emportant avec elles les impuretés.

Le gommage aux enzymes est plus doux et généralement bien toléré (attention cependant si vous êtes allergique au latex). Rapide à agir (1 minute de pose sans frotter ou avec de petits massages légers), il accélère le processus de desquamation déjà en cours mais ne le provoque pas. Agissant uniquement sur les cellules mortes et les impuretés, il respecte mieux l’équilibre de la peau et est efficace pour donner un coup d’éclat à un épiderme fatigué ou terni par la pollution.

 

Une peau bien soignée au quotidien = gommage superflu

 

Si un gommage enzymatique à la sortie de l’hiver ou d’une période délicate pour votre épiderme vous fait du bien au moral, allez-y ! Mais n’en abusez pas et respectez quelques précautions. Récurer l’épiderme est une vraie tendance cosmétique actuelle, pourtant, excès ou manque d’hygiène sont tout aussi préjudiciables ! Notre peau est un écosystème au délicat équilibre : peaux mortes, flore bactérienne et gras ne sont pas des indésirables. Ils font sa force.

Dans tous les cas, retenez ces principes essentiels :

  • jamais de gommage sur le contour des yeux : la peau y est bien trop fine ;
  • jamais de gommage au cœur de l’hiver ni en plein été : votre peau a trop besoin de toute son épaisseur pour se protéger ;
  • interdiction formelle de tout gommage en cas de traitement contre l’acné ;
  • pas de gommage trop fréquent : une fois par trimestre, voire semestre si votre peau est fragile ;
  • une hydratation rigoureuse après gommage est indispensable.

 

Surtout, faites confiance à votre épiderme : il sait se défendre et se renouveler naturellement… à condition de ne pas contrarier son bon fonctionnement par des produits, gestes et une hygiène de vie inadaptés. Offrez-lui une routine quotidienne rigoureuse : un nettoyage bi-quotidien soigneux et doux, des soins adaptés à sa nature pour le nourrir et l’hydrater. Le tout appliqué par petits massages du bout des doigts afin d’activer la micro-circulation. Enfin, en cas de problème plus costaud, optez plutôt pour un sérum bien ciblé. Bref, de la douceur !

   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 7 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *