conservateurs_chimiques_dangereux

Les 6 conservateurs dangereux en cosmétique à éviter absolument

Par le 19 septembre 2014

Il existe de nombreux conservateurs synthétiques utilisés dans les formulations cosmétiques pour prévenir l’apparition de micro-organismes tels que les bactéries ou les champignons dans les produits de beauté. Parmi les conservateurs privilégiés par l’industrie cosmétique car peu coûteux à utiliser, beaucoup présentent de graves risques pour la santé qu’il ne faut pas négliger.

 

Quels conservateurs toxiques à éviter dans vos produits de beauté

 

C’est le cas, entre autres, des célèbres parabens. Suspectés d’être cancérogènes et de perturber le système hormonal, ils ont été très souvent éliminés des formules cosmétiques au cours des dernières années. Malheureusement, ils ont en fait été remplacés par d’autres conservateurs tout aussi toxiques dans la plupart des cas.

 

 

La simple mention de « sans paraben » ne suffit donc en rien à garantir l’innocuité d’un produit cosmétique. Comment ainsi repérer les conservateurs dangereux dans une liste INCI (liste d’ingrédients réglementée par l’Union Européenne) ?

 

On a identifié pour vous les 6 conservateurs chimiques les plus courants qu’il faut à tout prix éviter :

 

1. Les parabens / parabènes

 

Cette famille de conservateurs synthétiques (Paraoxybenzoates) est utilisée dans pratiquement tous les types de produits cosmétiques non bio. Si les doutes sérieux quant à leur dangerosité1,2,3 nous poussent à les éviter comme la peste, on sait avec certitude qu’il en existe certains plus nocifs que d’autres. En effet, c’est la taille du paraben qui détermine son efficacité et sa toxicité potentielle : plus il est grand, plus il sera efficace et aussi plus nocif qu’un autre paraben ayant une plus petite taille.

 
Edit : Victoire ! Le propylparaben et le butylparaben sont désormais interdits dans les produits sans rinçage destinés aux enfants de moins de 3 ans et devant être appliqués sur la zone du siège. Un pas en avant qu’il est bon de souligner. :)
 

Les crèmes sans paraben sont-elles vraiment plus sûres ?Ce midi dans LA QUOTIDIENNE je vous parlais des parabens en cosmétique et surtout des crèmes « sans paraben » ! Vous allez vous en rendre compte, ces dernières cachent souvent d’autres dangers…
Pour tout savoir sur les parabens et apprendre à les éviter, rendez-vous sur le bloOg d’Oolution : http://goo.gl/zpV5dg

Posted by Anne-Marie Gabelica on lundi 21 septembre 2015

 

Les parabens les plus dangereux à éviter absolument sont : le propylparaben, le butylparaben et l’isobutylparaben. Le methylparaben et l’ethylparaben sont, eux, moins nocifs, mais restent fondamentalement indésirables dans un produit destiné au soin de la peau.

 

 

2. Le triclosan

 

Cet anti-bactérien synthétique est un perturbateur endocrinien connu qui influe sur le fonctionnement de la thyroïde.4 Il forme des résidus cancérigènes accumulables dans le corps que l’organisme ne sait pas éliminer. Accumulé avec d’autres perturbateurs endocriniens, il constitue un risque sur le long terme du fait de ce que l’on appelle « l’effet cocktail ».

 

Voir notre article sur les perturbateurs endocriniens utilisés en cosmétique et leurs dangers

 

 

3. Le cetrimonium bromide

 

Allergène reconnu, mais aussi très irritant pour le corps humain5, ce conservateur chimique est très couramment utilisé pour conserver des produits nettoyants (eaux micellaires…). Malgré ses effets allergènes et irritants, la législation en vigueur autorise son utilisation en cosmétique jusqu’à une concentration maximale de 0,1 %.

 

 

4. Le méthylisothiazolinone

 

Très courant dans les formules de cosmétiques non bio, le méthylisothiazolinone est pourtant un fort irritant cutané.6 On le trouve principalement dans des produits de type shampoings, gels douche, crèmes pour la peau ou encore dans les lingettes bébé. Sur une liste INCI, on peut également le trouver sous les noms MIT ou Kathon CG.

 

 

5. Les libérateurs de formols / formaldéhyde

 

Les conservateurs dits « les libérateurs de formols » produisent lentement et sous forme de gaz du formaldéhyde. Ce composant est classé « allergène de classe A » par l’Institut Allemand de Documentation et d’Information Médicales, et « agent cancérigène connu » par le Centre international de Recherche sur le Cancer. Ses effets néfastes pour la santé sont liés à son risque d’inhalation tout autant qu’à son contact direct avec la peau et son contact proche avec les yeux.

 

 

S’il existe des réglementations sur la concentration de formaldéhyde dans les produits cosmétique, il n’en est rien concernant celle des libérateurs de formols. L’Union Européenne requiert simplement que la mention « contient des libérateurs de formols » soit signifiée sur l’étiquetage des produits en contenant plus de 0,05 %. Les plus communs qu’il faut tacher d’éviter sur une liste INCI sont les suivants : DMDM hydantoïne, diazolidinyl urea, imidazolidinyl urea, methenamine et quarternium-15.7

 

6. Le phénoxyéthanol

 

Aussi connu sous le nom de phénoxytol ou EGPhE, le phénoxyéthanol est un conservateur de la famille des éthers de glycol, très répandu dans les produits cosmétique (sauf bio ou 100 % d’origine naturelle). Nocif pour le foie et le sang, il présente également des risques cancérigènes et provoquerait des dysfonctionnements du système hormonal chez l’homme, atténuant la fertilité. Enfin, c’est un allergène reconnu pouvant entraîner de l’eczéma et de l’urticaire chez les personnes intolérantes.

 

 

En plus de toutes ces raisons d’éviter le phénoxyéthanol, celui-ci présente de graves dangers chez l’enfant, pour qui le seuil de tolérance est beaucoup moins élevé que chez l’adulte. L’Agence Nationale de Sécurité du médicament recommande de limiter sa concentration à 0,4 % dans les produits pour enfants : à l’heure actuelle, la limite réglementaire est de 1 %. Cette recommandation s’accompagne d’un autre conseil, appuyé par l’Agence Sanitaire Française : ne pas utiliser de lingettes pour bébé contenant du phénoxyéthanol. La peau des nourrissons étant plus sujette à la pénétration qu’une peau adulte, d’autant plus chez les prématurés. Il est donc vivement déconseillé d’appliquer des produits contenant ce type d’ingrédients sur les parties génitales de l’enfant.8

 

 

Tout comme les détergents sulfatés et les perturbateurs endocriniens, tous ces conservateurs synthétiques n’ont rien à faire dans des produits cosmétique. Lors de vos achats, privilégiez donc des produits bio (labélisés ou non !) ou aux formules 100 % d’origine naturelle, et prenez le temps de consulter les étiquettes afin de vous assurer de choisir des produits sains. 😉

 

Toute la gamme oOlution est formulée SANS conservateurs synthétiques ! Nos soins sont garantis 100% d’origine naturelle végétale :

  • Glow Up : le soin hydratant éclat/détox pour peau normale à mixte
  • Whole Again : le soin nourrissant/protecteur pour peau très sèche à fragile
  • Check Matte : le soin matifiant/régulateur pour peau mixte à grasse
  • Age Out : le soin anti-âge et anti-rides pour peau mature
  • Eye Love : le contour des yeux multi-actions anti-cernes, poches et ridules

 

Découvrir la gamme de soins visage oOlution
 

 

 

  1. 1. Tavares RS, Martins FC, Oliveira PJ, Ramalho-Santos J, Peixoto FP., Parabens in male infertility-is there a mitochondrial connection? Reprod Toxicol. 2009 Jan;27(1):1-7.
  2. 2. Harville HM, Voorman R, Prusakiewicz JJ., Comparison of paraben stability in human and rat skin. Drug Metab Lett. 2007 Jan;1(1):17-21.
  3. 3. INSERM, Reproduction et environnement, 2011.
  4. 4. The Effects of Triclosan on Puberty and Thyroid Hormones in Male Wistar Rats. Leah M. Zorrilla, Emily K. Gibson, Susan C. Jeffay, Kevin M. Crofton, Woodrow R. Setzer, Ralph L. Cooper and Tammy E. Stoker. 2008.
  5. 5. EWG’s Skin Deep – Cosmetic Database, fiche « Cetrimonium Bromide », 2013.
  6. 6. Isabelle Eustache, Emilie Pommereau, article « Methylisothiazolinone : un dangereux remplaçant du parabène », e-sante.fr, 2013.
  7. 7. Fondation David Suzuki, « Les libérateurs de formaldéhyde », 2010.
  8. 8. EWG’s Skin Deep – Cosmetic Database, fiche « Phenoxyethanol », 2013.
  9. + Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, lettre « Vigilances n°27 » – § ‘Veille toxicologique’,  2005.
   

____________________________________________


À propos de l'auteur


Anne-Marie Gabelica
Ingénieure agronome diplômée en biochimie, Anne-Marie Gabelica a fait ses armes dans le secteur des cosmétiques durant 6 ans. Convaincue qu'une alternative au modèle actuel des cosmétiques (promesses marketing illusoires, manque de diversité dans les actifs, ingrédients inutiles et/ou dangereux, omniprésence des dérivés d'huile de palme) est possible, elle prend le chemin de l’entrepreneuriat militant. Anne Marie fonde alors oOlution pour réconcilier le bon pour soi et le bon pour tous.   Retrouvez chaque semaine les conseils d'Anne-Marie dans l'émission La Quotidienne sur France 5, disponible en replay juste ici ! Suivez son actualité sur sa page Facebook et sur Twitter @AMGabelica.

À propos d'oOlution

Avec plus de 65 actifs végétaux bio, les soins visage oOlution s'adaptent sur mesure aux besoins de chaque peau. Les formules 100% d'origine naturelle, garanties sans aucun ingrédient de remplissage (0% d'huiles hydrogénées ou estérifiées) sont aussi les premières à exclure tous les dérivés de l'huile de palme pour préserver la biodiversité.
Faîtes dès à présent votre diagnostic de peau et découvrez comment en prendre soin.

Besoin de conseil ou astuces ?
Papotez avec l'équipe d'oOlution sur Facebook, Twitter et Instagram.


____________________________________________

Newsletter

Vous avez apprécié cet article ?

Abonnez-vous à notre newsletter pour plus d'amour/de conseils/de bons plans dans votre inbox !


38 commentaires sur “Les 6 conservateurs dangereux en cosmétique à éviter absolument

  1. Voilà pourquoi moi je n’utilise que des produits 100% naturels: beurre de karaté, huiles essentielles, eaux florales (hydrolats), huile de jojoba, de noisette, d’amande douce, d’abricot…

      1. Aide soignante depuis 10 ans j’ai pu voir des femmes de 70 à 100 ans avec de belles peau. Leur secret de beauté, elles se l’avent le visage que à leau

    1. Cette vidéo est d’une pauvreté et d’une absurdité… Parce que vous croyez que ces huiles dont vous parlez sont naturelles ? le nom l’est… la composition non… on fait des huiles et des beurres synthétiques de toutes ces plantes ou fruits en leur donnant un nom commercial identique. Mais si vous regardez et savez véritablement déchiffrer la liste INCI au dos des produits vous verrez qu’il en est souvent autrement… Je suis encore effaré du nombre de bêtises et de contre-vérités que l’on peut dire sur un domaine générant autant d’emplois notamment par des gens qui n »y connaissent absolument rien ! Croyez moi il vaut mieux un produit cosmétique avec des conservateurs dont on maîtrise la qualité du début à la fin, qu’un produit « naturel » ou « bio » (comme certains vernis à 2€…) qui vous apportera bien plus de soucis dans le temps (allergènes, inefficacité, traçabilité absente etc…)

      1. Bonjour Christophe,
        Nous avons publié plusieurs articles sur les différentes types d’huiles en cosmétique, et nous faisons bien la différence entre les véritables huiles végétales naturelles et les huiles estérifiées/hydrogénées : http://www.oolution.com/bloog/blog/2013/10/17/huiles-vegetales-naturelles-on-dit-oui/
        Par ailleurs, tout le propos de notre blog est justement d’informer sur les compositions des cosmétiques et de donner des pistes pour que chacun soit en mesure de les décrypter et faire ses choix en bonne connaissance de cause.
        Un exemple de ce que nous faisons : http://www.oolution.com/bloog/blog/2015/05/22/video-les-5-grands-pieges-du-marketing-des-cosmetiques/

    1. Hello Zé Ro. Tout à fait, c’est un reflexe dont on ne peut pas se passer ! C’est vrai pour les produits de beauté, mais aussi ce qui se retrouve dans nos assiettes, ou ce que l’on porte. Ce qui est essentiel, c’est le savoir qui doit revenir au consommateur. Apprenons à nous interroger sur tout ce que nous consommons, avec quoi est-ce fait, dans quelles conditions etc. Chez oO, notre mission c’est aussi de vous informer sur ce qui peut se cacher dans les cosmétiques. On vous prépare d’ailleurs une petite fiche pratique pour apprendre à déchiffrer cette liste d’ingrédients qui peut-être assez intimidante il faut le reconnaître ! Restez dans le coin 😉

    1. Oui, c’est une très bonne idée, très ludique pour comprendre enfin la composition d’un cosmétique. C’est en plus très agréable et amusant à faire ! Attention cependant à bien vous informer, notamment sur les méthodes de conservation pour ne prendre aucun risque avec votre peau ! Pensez bien aussi à choisir des ingrédients naturels et sûrs. Eh oui, fait maison ne rime pas forcément avec sain !

      1. Je me suis bien fait avoir! Lingettes 0% paraben nivea contient du methylisothiazolinone et phenoxyethenol. Ça va que j’utilise principalement de l’eau. Je vais nettoyer son pot avec les lingettes.

        1. Bonjour vivi,
          Effectivement, mieux vaut opter pour un rinçage à l’eau plutôt que d’utiliser des produits nocifs à votre santé. :)
          L’équipe oO

  2. voila pourquoi tant de cancer,,,,,,meme pour produits pour enfants,ca m ecoeure que les grosses compagnie ait le droit d en mettre ds leurs produits,,,,,

    1. Parfaitement d’accord avec vous ! Il est urgent que l’on prenne conscience du problème de santé publique que ces ingrédients posent. Bannir des composants dangereux pour les produits de soins du nourrisson, cela relève pourtant du bon sens ! Continuons à nous informer, transmettre ce savoir pour faire des meilleurs choix. C’est ainsi que nous feront entendre notre voix. Les consciences s’éveillent, nous sommes sur la bonne voie… :)

      1. Oolution Pas de critique sur votre article mais à mon sens il s’agit de brand contain puisque vous proposez cet intéressante enquête pour mettre en valeur vos produits. Désolée, déformation professionnelle, je suis journaliste.

        1. Merci pour cette précision Karine ! Cet article de notre bloOg de marque s’inscrit dans une démarche pédagogique globale qui nous tient à coeur chez oOlution. Il nous parait important de fournir aux internautes qui nous lisent les informations qui leur permettront de faire leur choix en connaissance de cause.
          La transparence est malheureusement une notion trop souvent absente dans le secteur cosmétique qui privilégie davantage le marketing pour asseoir les promesses de ses produits. C’est justement ce que nous souhaitons faire évoluer à travers notre démarche très informative, ici ou sur les réseaux sociaux ! :)
          Il nous parait effectivement important d’avoir un blog de marque riche en brand content ET en informations plutôt qu’un blog auto-promotionnel plus habituel, qui nous ennuie profondément et qui ne répond pas si bien que ça aux attentes des internautes à notre sens.

          1. Oolution Oui, c’est la nouvelle tendance des marques de communiquer sur leur domaine d’activité ou d’expertise. Intéressant. Mais toutes les marques n’ont pas la même démarche de sérieux, ce qui, globalement, disqualifie la qualité d el’info. Surtout, cela introduit une confusion dans la tête du lecteur entre l’information enquêtée et le brand content un peu « limite ». Pour ma part, cela me fait un peu relativiser la qualité de votre info, désolée de vous le dire. J’aurai besoin de lire des choses similaires, c’est à dire de croiser les sources avant d’apporter ma totale confiance à ce que je lis en « brand content ». Et j’invite toutes les lectrices (et lecteurs) à faire de même, entretenir leur esprit critique pour faire face à la somme d’informations ou de communications qui leur sont adressées chaque jour. Avec tout le respect que je vous dois. 😉

          2. Karine Papillaud Des « choses similaires » il y en a énormément sur la toile! Etant journaliste, vous devez savoir reconnaitre les sources fiables, non? Et je ne vous parle même pas des articles scientifiques consacrés! Alors sur ce sujet précisément, et sur tout ce qui concerne notre consommation en général, nous devons apprendre à trouver les bonnes informations. C’est notre devoir de consommateur averti. Alors ne blamez pas le messager qui désigne le problème! Renseignez vous avant de « relativiser » publiquement !!!

          3. Bonjour Karine, nous comprenons tout à fait que vous pussiez être sceptique : comme vous l’avez dit, toutes les marques n’ont pas une démarche suffisamment sérieuse/transparente pour que l’on puisse considérer leur discours comme vérité. Afin de minimiser les doutes que vous pourriez avoir vis à vis de nos propos, nous prenons grand soin de citer nos sources lorsque nous avançons des données scientifiques et d’enrichir nos articles de plusieurs liens. Si vous souhaitez en apprendre plus sur notre marche et nos démarches, de nombreuses pages prévues à cet effet sont accessibles sur notre site :)
            Au plaisir d’échanger !

          4. Merci pour votre soutien Célia. Nous pensons aussi qu’il est du devoir de chacun de vérifier les sources d’informations qui se proposent à lui, notamment à notre époque où les infos en tout genre se multiplient et se diffusent sur des canaux toujours plus variés. On fait de notre mieux pour convaincre nos lecteurs du sérieux des informations que nous mettons à leur disposition, et ça nous touche énormément de voir qu’il y en a parmi vous qui sont bel et bien convaincus de notre honnêteté ! Merci beaucoup :)

  3. Merci infiniment pour ces informations ! J’ai aussi vu des  » PEG + n°  » et des mentions « sans PEG ». Cela veut-il dire qu’ils sont dangeureux également ?

    1. Bonjour Justine,
      Effectivement les PEG sont des dérivés ethoxylés qui peuvent être contaminés par des molécules cancerigènes lors de la fabrication. Ils posent également des vrais problèmes de biodégradation.
      Ce ne sont pas des conservateurs mais des émulsifiants/humectants, cependant nous vous recommandons de les éviter complètement ! 😉
      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions.
      Très belle journée !

  4. bonjour, je suis stupéfaite et déçue en même temps en lisant votre blog,, parce que hier même j’ai acheté un fond de teint pour faire du contouring et les composants de ce produit contiennent généralement tous ces éléments nocifs que vous avez citez en haut, maintenant je suis perdue :-(; merci c vraiment important cke vous avez à nous communiquer là. Que dois-je faire dans ce cas? très belle journée :)

    1. Bonjour ! Merci beaucoup pour votre message, nous sommes très heureux que ces conseils vous aident à y voir plus clair. Concernant le produit que vous venez d’acheter, nous n’avons malheureusement pas de solution à suggérer… Ce que vous pouvez faire dorénavant, c’est prendre soin d’éviter ce type de composants à l’avenir pour vos prochains achats. Il n’est jamais trop tard pour bien faire 😉

    1. Bonjour Ranto ! L’ utilisation répétée de ces ingrédients est nocif pour la peau et la santé.
      Nous vous déconseillons donc de l’utiliser. Cependant comme vous l’avez déjà acheté, ce serait du gaspillage de le jeter alors qu’il est neuf.
      Un dilemme qui relève de votre opinion personnelle :)

  5. Votre article est a peu près bon sauf sur une chose, celui de la dangerosité des parabens.

    En effet, le cri d’alarme vient d’une étude du Pr Dabre où la véracité scientifique a été remis en cause aussitôt par le reste de la communauté scientifique. Toutefois, le mal avait été fait et l’article scientifique prouvant que le dudit article du Pr Dabre était faux et infondé a fait moins de bruit que le premier auprès du grand public.
    De plus, sur la même période, les industries cosmétiques ont surfé sur la vague du « paraben-free » mais ont mis des conservateurs beaucoup plus dangereux (méthylisothiazolinone…).

    Il faut savoir que les parabens (et le couple paraben/phénoxy) sont utilisés partout (et je dis bien partout ! Même sous forme de sirop comme celui contre la toux !) et les risques sont connus et maîtrisés de longue date. De plus, elles ne sont mêmes pas interdit par la réglementation cosmétique pour certain !

    Aujourd’hui, on nous demande de ne plus rien mettre comme conservateurs mais on doit respecter les exigences sanitaires (et heureusement qu’elles sont là). Mais j’ai peur qu’un jour, à force de tous nous enlever, une ou des bactéries puissent se développer dans un produits cosmétiques et qu’un consommateur génère une septicémie… J’espère ne pas connaitre ce jour là mais on prend cette direction.

  6. Bonjour :)

    Ben voilà une bonne raison de ne pas utiliser tout ces produits de grande surface, moi j’ai un savon bio pour les cheveux, et un savon Marius fabre pour me laver le corps, autrement j’utilise du bicarbonate, huiles essentielles et de l’huile de noix de cocos bio pour ma peau, plus vous habituez à mettre des produits plus votre peau en demandera :-)

    1. Bonjour Jackie,
      Merci pour votre commentaire. Vous avez bien raison, le minimalisme est une bonne option pour vous assurer de ne mettre que des produits sains sur votre peau. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *